COUP DE GUEULE SUR L’AMOUR

La quête de la perfection, de l’accessoire tendance, de l’outil indispensable et  de l’exclusivité n’est pas uniquement affectée aux domaines de la mode et de la beauté, désormais elle s’applique à l’homme. Pas l’homme avec un h majuscule mais plutôt celui que l’on surnomme "petit ami".

Le hasard a vite été remplacé par le virtuel et la chance de finir avec le même garçon ne dépasse pas les 27\% (surtout pour les résidents de la région parisienne, j’en suis navrée). Bilan d’une société de surconsommation dotée d’utilisatrices exigeantes et indépendantes, le tout dans un univers de zappeurs individualistes.

Et se vanter de filer le grand amour avec le Georges du moment c’est une chose, mais le vivre pleinement en est une autre. À la surface flotte ce dont toutes on rêve : la transparence. Un garçon honnête, calme, plat et surtout amoureux. La marée ne reste jamais bien longtemps calme et un triste jour elle se met à s’agiter. Le vent se lève, le ton avec et s’en suit un mini tsunami. Au moindre faux pas la tempête s’empare du couple. Finalement, on se rend compte que l’on ne contrôle plus la chose alors que l’on se croyait envolé pour la patrie de l’utopie.

Un peu comme ces campagnes publicitaires et leurs protagonistes qui relaient l’image d’une parfaite maitrise et qui puent la complicité et l’amour. Vous voyez toutes de quelles affiches je veux parler.

On s’imagine un instant que leur ressembler est possible. Effectivement, ça l’est, si on en vient à faire semblant… Tout est une question de simulation. Au lit comme dans la vie, on appelle ça l’hypocrisie. À l’instar de la croissance des nouvelles formes de communication, nous, nous restons au stade précaire des échanges humains.

"Salut. Tu me plais. On baise ? Je ne suis pas prête à me mettre en couple". Next !
La collection été 2012 est déjà arrivée qu’il faut anticiper celle de 2013. Avec les Georges, même topo. Tu le prends, tu l’essaies et dès qu’il n’est plus de saison, tu le ranges au placard ou sur vide dressing.com. D’autres consommatrices trouveront chaussure à leur pied et seront ravies de récolter les morceaux de tissu restants !

Ainsi va la vie amoureuse du XXIe siècle.

> Retrouvez Camille
sur son blog !

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *