COUP DE CŒUR : SHAMIR


Photos de Pierre Bdn
 
A l’image de sa musique, on s’attendait à rencontrer quelqu’un d’exubérant. Mais Shamir aime brouiller les pistes. Il nous accueille avec un HUG à l’américaine mais quand il s’agit de parler de lui, il se mue en un garçon gauche et introverti. Il n’est pas encore habitué à justifier ses choix, mais c’est pourtant ce qui l’attend car tout le monde s’accorde à dire que ce jeune artiste est un génie… On a quand même réussi à glaner quelques infos !
 
Paulette : Ce qui frappe d’emblée, c’est ta voix. A certain moment, on pourrait penser que c’est une fille qui chante. Comment as-tu appris à la contrôler ?
Shamir : C’est mon truc ! Je pense réellement que j’étais destiné à devenir chanteur.
 
Quels artistes t’ont montré l’exemple ?
Beaucoup ! Des artistes comme Billie Holiday, Donny Hathaway ou Kurt Cobain. Ma tante, aussi. Elle écrivait des poèmes et des paroles de chansons mais elle ne chantait pas. Elle reste ma première source d’inspiration.

 
Tu fais de la musique dance mais on y trouve énormément d’influences : soul, jazz, hip-hop, r’n’b, disco, house.Jusqu’où peux-tu aller ?
Qui sait ! J’aime faire des expériences et mélanger tout ce que j’aime. J’essaie de ne m’imposer aucune limite !
 
Tu apprends la guitare en reprenant des classiques de la musique country, puis tu formes un groupe de punk. Aujourd’hui, tu changes radicalement de style…
Et mon prochain album sera complètement différent, j’en suis sûr !
 
Tu joues de ton côté androgyne. Pourquoi est-ce si important pour toi qu’il ressorte dans ta musique, tes visuels ?
Parce que c’est ce que je suis, ce n’est pas calculé ! Je n’ai pas honte de moi donc je me présente tel que je suis dans la vie et ça ressent dans ma musique.

Dans tes textes, il est surtout question d’abandon et de solitude. Mais l’environnement musical est très coloré et très dansant. Est-ce que la musique soigne ?
Oui vraiment ! Je ne sais pas où j’en serai s’il n’y avait pas eu la musique. C’est ma thérapie ! La musique m’aide à canaliser mon énergie et mes émotions. J’essaie de transformer les aspects négatifs de ma vie en quelque chose de positif. C’est la clé ! Nous pouvons contrôler nos émotions et décider d’être heureux. C’est une lutte de tous les instants, mais j’essaie de m’y tenir !
 
Tu as grandi à Las Vegas, qui semble être un endroit assez froid. Comment réussit-on à se construire dans un tel environnement ?
C’est un endroit normal, plus que ce que les gens pensent. Ce n’est pas froid, mais superficiel !
 
Et en tant que musicien ?
Là-bas, la musique n’intéresse personne ! Il n’y a pas de scène musicale à Vegas.

 
Tu as forcé le destin en envoyant directement tes démos au label new-yorkais Godmode. On t’a proposé de venir faire des essais à New-York. Quelles étaient tes attentes ?
Je n’espérais rien de particulier, mais je voulais enregistrer un maximum de chansons. Beaucoup de personnes ont voulu travailler avec moi, c’était une bonne surprise. Je voulais que ma musique touche d’autres personnes que ma famille et mes amis.
 
Est-ce que tu as dû faire des compromis ?
Non, ce n’est pas ce pour quoi je fais de la musique. Je pense d’abord à moi. Je fais de la musique parce que ça me fait du bien. Bien sûr, si les gens peuvent s’approprier mes chansons, c’est encore mieux !
 
Tout le monde s’accorde à dire que tu seras la prochaine révélation musicale. Est-ce que ça te fait peur ?
Oui ! L’argent me fait peur ! Surtout si j’en ai trop.
 
Une dédicace aux Paulette ?
Achetez mon album !
SHAMIR :: RATCHET
XL Recordings/Beggars
 
 
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *