COUP DE COEUR : DAUGHTER


C’est dans le quartier du 9e arrondissement de Paris que nous avons rencontré les anglais du groupe Daughter. Une rencontre touchante avec Elena, chanteuse du groupe, qui nous parle de ses démons, de ses influences mais aussi de la sortie de leur premier album, If You Leave,  prévue le 19 mars prochain.
 
Paulette : Parlez-nous de vos débuts.
Elena : J’avais commencé un projet solo qui finalement me semblait incomplet musicalement, encore trop fragile. J’ai eu la chance de rencontrer Igor (guitare) dans l’Ecole de Musique où j’étudiais et de fil en aiguille nous sommes devenus un duo. J’étais vraiment fascinée par son ingéniosité musicale et notre complémentarité nous a permis de réaliser deux bons premiers EP. Remi (batterie) nous a rejoints en 2011, et c’est aussi grâce à son apport que nous sortons notre premier album, If You Leave.

 
Vous étiez sur scène pour le Festival Les Inrocks à Paris en novembre dernier. Votre première fois en France, racontez-nous.
Elena : Tout était assez speed, difficile de prendre ses marques avant de monter sur scène. Le public était réceptif et paradoxalement très silencieux. J’étais personnellement très nerveuse mais nous aurions aimé jouer quelques morceaux de plus…
 
Justement, aimez-vous jouer sur des festivals de musique ?
Elena : Jouer dans le cadre d’un festival est un réel challenge. On doit s’adapter à un environnement festif, où le public ne vous connaît pas forcément. Mais c’est aussi une bonne manière de se faire connaître et de surprendre. Cela représente un réel tremplin pour le groupe, même si on n’est pas protégé d’une déception.
 

 
Votre musique correspond totalement à l’esprit du Pitchfork Music Festival à Paris, "spirituelle, intime et alternative". Avez-vous déjà envisagé d’y jouer ?
Elena : C’est un bon conseil. Malheureusement, je ne connaissais pas ce festival…
 
Pourquoi Daughter ?
Elena : Nous trouvions qu’il était logique de donner un nom féminin au groupe vu que les paroles sont composées par une femme. Nous voulions aussi y ajouter une touche de fragilité et d’intimité. Ce n’est pas relié à la famille mais plus à notre univers et notre musique.  Difficile de définir le nom d’un groupe mais celui là nous a plu.
 
Est-ce vous sur la couverture de votre album, If You Leave ?
Elena : Oui. Nous sommes tombés sur le travail du photographe américain Eliot Lee Haze. Son travail et son univers nous ont totalement charmés. Il a d’ailleurs travaillé avec quelques groupes comme Bat For Lashes, Yeasayer ou encore Devendra Banhart. Il est difficile d’être à l’aise devant l’objectif, sur cette photo il m’a demandé de courir et il a réussi à faire ressortir l’esprit de l’album. On dirait un fantôme qui s’enfuit. Une image sombre mais à la fois qui reflète la liberté. Et si vous regardez bien vous pourrez voir deux bonhommes au fond, Igor et Remi.

 
Votre musique fait parfois référence à l’univers de Justin Vernon (Bon Iver). Que pensez-vous de cette comparaison ?
Elena : Je n’ai jamais eu la chanson de le voir en live même si je suis une grande fan. Je ne suis que flattée par cette comparaison. Nous resterons humbles là dessus (rires). Je trouve que son premier album était réellement touchant et organique. Ces albums nous ont vraiment inspiré.
 
Quelle serait le meilleur endroit pour écouter votre album ?
Elena : Dans le noir. Dans une pièce sombre ou dans un train en marche, regardant les paysages qui défilent.
 

 
Si vous étiez une émotion laquelle seriez-vous ?
Elena : La mélancolie.
 
La plupart de vos titres ne contiennent qu’un mot. Y a-t-il une raison particulière ?
Elena : C’est drôle parce qu’il s’agit plus d’un côté pratique. C’est plus facile de noter la set list sur ma main si je n’ai qu’un mot par titre (rires) !
 
Votre musique est considérée comme mélancolique. Parlez nous un peu de votre album et son univers.
Elena : Cet album est une sorte de photographie de l’année passée et le reflet de notre progression depuis les premiers EP. Il renferme une tonne d’émotions, sans oublier ma fascination pour la mort (rires) qui se ressent beaucoup dans l’album. C’est sombre mais néanmoins relaxant dans les mélodies.
 
Un mot pour Paulette ?
Elena : Partagez vos émotions, n’ayez pas honte !
 
DAUGHTER :: IF YOU LEAVE
BEGGARS / 4AD
Sortie le 19 mars 2013

Site

 
Concert :
19/04 : Café de la danse, Paris

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW