COUP DE COEUR : BIRKII


Photos, Elodie Daguin pour Paulette Magazine

Dans ses chansons, Aurélie, aka Birkii, raconte les tourments d’une jeune fille aux idées noires et roses sur des mélodies lascives, des boîtes à rythmes pop et des contre champs teintés de souvenirs d’été ! On aime ! Pour la découvrir en live, rendez-vous à la soirée Paulette du 8 juillet au Wanderlust.

Paulette : Aurélie, tu as un parcours atypique, peux-tu nous décrire un peu ta formation, tes débuts dans la musique ?
Aurélie : J’ai fait 24 ans de Conservatoire et après, j’ai tout claqué. Je suis très compétitrice et mon but durant toutes ces années c’était d’arriver première, major de promo, ce que j’ai fait. Mais je m’ennuyais… Et puis il fallait que je sois tout le temps à fond, il y avait beaucoup de pression, ça devenait personnel. La vraie musique, ce n’est pas ça !
 
Et du coup quel a été le déclic pour te faire quitter cet univers ?
J’étais scolarisée au CNED en parallèle, ma vie tournait autour de la musique, je me disais que je ne pouvais pas tout claquer comme ça, sur un coup de tête car tout ce que je savais faire c’était ça. Il a fallu que je trouve un autre moyen de me servir de tout le talent que j’avais. J’avais vachement peur mais je le faisais vraiment pour moi, c’était presque une thérapie. Un jour chez moi j’ai fait mon premier morceau, Shade of doubt , que des potes ont écouté. Il a tourné et Kitsuné l’a sorti !
 
C’est allé très vite !
Quand Maxime et Gildas de Kitsuné m’ont demandé de le sortir j’ai eu trop peur ! Je ne veux pas retomber dans les travers du passé. Je vais continuer à produire des morceaux pour moi, pour mon plaisir et on verra ce qui se passe. Si on n’est pas authentique de toute façon je trouve que ça se ressent. Je dois être mon premier public.
 
Et l’album, c’est pour quand ?
J’aimerais beaucoup sortir un album à la fin de l’année mais ça signifierait passer l’été en studio. Et vu comment c’est parti… Je bosse sur de nouveaux morceaux qui remplacent d’anciens qui ne me plaisent plus. Je me lève en pleine nuit et j’écris  un refrain ou un couplet et le lendemain je trouve ça nul. Je suis en plein processus créatif là (Rires).
 
 
Tu tweetes en japonais, tu as un côté très international, comment tu l’expliques ?
Au Conservatoire de Paris j’ai rencontré ma super pote Tomomi, une Japonaise, c’est elle qui m’aide à traduire et à répondre à mes twittos. En décembre dernier je suis allée faire un DJ set au Japon, c’était fou ! D’une manière générale le côté international ça vient de Kitsuné, qui est connu mondialement. Je leur dois beaucoup. Récemment un blog colombien m’a interviewée ! Ça fait bizzare de voir qu’à Bogota il y a un petit groupe d’hipsters tellement au taquet sur les nouveautés occidentales !
 
Une chanson que tu détestes ?
La Gasolina de Daddy Yanke. Je l’ai écoutée lors d’un cours de zumba c’était affreux.
 
Une chanson que tu surkiffes ?
Somebody to love de Mark Ronson ! Et comme je ne peux pas en dire qu’une, je rajouterai Horse and I de Bat for lashes. Et le groupe Grimes aussi  Au début je détestais, et maintenant je trouve que ce n’est quand même pas très bien mais que c’est génial quand même (rires). Enfin, ce que je veux dire, c’est qu’au début tu ne comprends pas et plus tu écoutes, plus tu rentres dans le délire. Un sacré style. Mystique !


 

Dans le clip Holy War également tu es très mystique. Tu portes une capuche, il y a de la fumée…
La capuche est de la marque Pantheone, je la trouvais cool ! Après c’est vrai que la chorégraphie donne une certaine dimension. C’est la chorégraphe Johanna Levy qui l’a réalisée d’ailleurs. C’est également la chorégraphe du groupe The Dø. Elle est hyper créative !
 
Ce morceau est produit par Anoraak, un petit mot sur lui ?
Il est très doué et, humainement, c’est une personne extraordinaire. Si jamais il produit l’album j’aimerais le mettre au Shake des synthétiseurs (rires).
 
Dédicace à Paulette ?
"Si t’as pas de kékéte, tu lis Paulette ! "
 
 

BIRKII :: HOLY WAR REMIXES (EP)

Concerts :
08/07 : Soirée Paulette, Wanderlust
16/07 : La Maroquinerie

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW