COUP 2 COEUR : C2C


À quatre, les membres du C2C samplent, remixent, créent et jouent de leurs platines comme d’un instrument de musique.
Après avoir donné ses lettres de noblesse au turntablism français en étant sacrés plusieurs fois champions du monde de la discipline, ils ont sorti leur premier EP en janvier dernier. Six titres énergiques, dont les excellents “F·U·Y·A” et “Down The Road”, et surtout très prometteurs pour l’album à venir !
 
Paulette : Qui êtes-vous les garçons ?
Atom : Pour faire simple, on est 4 potes de lycée qui se sont mis à faire de la musique ensemble et pour qui ça a marché !
Greem : On a fait des compétitions de DJ, on s’est fait connaître en gagnant 4 fois de suite les championnats du monde en la matière à savoir les Disco Mix Club. De 2003 à 2006, on a été champions du monde en équipe. Nos shows ont pas mal tourné sur internet et là on arrive avec enfin du contenu discographique, ce qu’on n’avait encore jamais fait jusque là.
 
Où étiez-vous depuis 2006 ? En train de travailler sur l’album ou sur vos projets personnels ?
Greem : On a des projets séparés. D’un côté, Atom et Pfel bossent sur Beat Torrent, et 20syl et moi sur Hocus Pocus. On était tous très occupés de notre côté mais on voulait vraiment prendre le temps de se poser pour notre projet C2C. On a enfin réussi à trouver une fenêtre en commun en septembre 2010 et du coup on a mis un peu en stand-by nos formations respectives. Aujourd’hui on se concentre vraiment sur le projet C2C.

 
L’EP “Down The Road” est disponible depuis janvier, et l’album arrive à la rentrée. Pourquoi cette sortie en deux temps ?
Atom :L’idée de base est de pouvoir exploiter la totalité des morceaux. Quand on a sorti l’EP, l’album était presque terminé, on avait déjà 11 ou 12 titres… Mais si on sortait tout en même temps,  certains morceaux n’auraient peut être pas eu le temps de vivre ! Là, au moins, ils sont mis en avant car d’autres titres, plus frais, arriveront par la suite.
 
Vous avez moins travaillé sur des samples que lors de vos shows au DMC. Comment se passe votre processus de création à quatre ?
Atom :Ça dépend un peu des morceaux. Certains sont apparus au cours de jam sessions qu’on faisait, on branchait quatre platines et on essayait beaucoup de choses… Aujourd’hui, grâce à la technologie, on n’est plus obligés de ne piocher que dans des vinyles, de se cantonner aux samples, on peut utiliser des sons qui sont dans l’ordinateur, les scratche… ça nous ouvre beaucoup de portes ! D’autres morceaux sont des projets personnels que l’on a retravaillés à plusieurs.
Greem : On ne s’est pas mis de barrières, on a préféré amener notre propre sonorité. On a même enregistré nos voix ! On s’est surpris à chanter des trucs, à les trafiquer, à les scratcher, et ça nous a plu. On aime vraiment bricoler, ça nous définit dans notre manière de faire de la musique.
 
Sur chaque morceau, est-ce que vous avez une idée commune, un fil conducteur ?
Greem : Parfois, il y a des directions sur lesquelles on va tous tomber d’accord, il faudrait telle voix, telle sonorité… D’autres fois, on va galérer, chacun a sa vision du morceau, et on essaie d’accorder nos violons – c’est le cas de le dire ! Mais on arrive toujours à s’en sortir.
 
Vous venez de commencer votre tournée : comment fonctionnez-vous sur scène ?
Atom : On a retravaillé les morceaux, on ne joue pas exactement les versions du disque. L’idée, c’est de faire vivre les morceaux. Il y a des choses qui fonctionnent mieux sur disque, d’autres qui ont besoin d’évoluer en live. On joue aussi avec de la vidéo, on a une espèce de trame, de narration, au fur et à mesure des morceaux et du show. Du coup, on ne peut pas trop se permettre d’aller dans tous les sens, il y a des moments sur les morceaux où on a chacun un son, c’est un peu free, mais on est tout de même cadrés…
 
"C’EST TOUJOURS AGRÉABLE DE FAIRE UN SHOW AVEC DES NANAS QUI DANSENT AU PREMIER RANG, VENEZ DANSEZ LES PAULETTE !"
 

 
Quels sont vos projets à venir ?
Greem : On s’apprête à un bon petit tour du monde (Rires). On part à San Diego pour un show, on en profite pour aller à Los Angeles, faire un peu de tourisme quoi, puis on va à Tokyo où on retrouve les gars de Hocus Pocus, on va essayer de prévoir des shows avec eux. Après ça, on n’a plus aucun week-end de libre jusqu’en septembre, on se fait les Francofolies, Rock en Seine, les Nuits de Fourvière… Ca va être un été bien chargé !
 
Un petit mot aux Paulette ?
En choeur : Mais venez ! Venez sur les dates de concert, kiffez, c’est toujours cool et agréable de mixer, de faire un show avec des nanas qui dansent au premier rang… Venez danser les Paulette !
 
C2C :: DOWN THE ROAD (EP)
 
 
Concerts :
Liste complète ici (car il y en a beaucoup…)
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW