COMMENT SURVIVRE EN OPEN SPACE PENDANT LA CANICULE

La chaleur des ordis, l’odeur de transpi… Nos astuces pour garder votre calme et survivre aux fortes températures

> Maintenir ses distances
 
Vous sentez le bras moite de votre voisin de table s’approcher dangereusement du votre ? Rien de pire que la chaleur corporel d’un autre pour vous donner encore plus chaud. Créez une barrière de sécurité en installant un cactus ou un plan d’orties entre vos deux ordis ou portez un bracelet avec des piques “Oups, pardon, mon bras a dérapé”
 
> Investir dans un ventilo
 
Vous pourrez à la fois vous rafraîchir, vous prendre pour Beyoncé et vous en servir comme bouclier pour menacer votre collègue à cheveux longs qui refuse de mettre du déo car “il y a trop de paraben” (ça fait mal la mèche coincée dans l’hélice hein ?)
 
> Installer une piscine en salle de réu
 
Un bassin gonflable rempli de glaçons vous aidera à mieux brainstormer. Sans compter que votre entreprise se classera directement dans le Top 10 des meilleures boites derrière Havas. En plus, toute occasion est bonne à prendre pour mater vos collègues en maillot.
 
> Le brumisateur devient votre allié
 
Parfait pour vous hydrater tout au long de la journée, vous pouvez vous “pshiter” le visage comme bon vous semble et surtout asperger vos collègues. Choisissez celles qui sont bien maquillées, c’est beaucoup plus rigolo.
 
> Chacun son déo et les vaches seront bien gardées
 
On veut voir des mini déos sur tous les bureaux ! Y a pas d’exception qui tiennent. Et Jean Louis, le marcel sous la chemise par 42 degrès, c’est non.
 
> Masquer les odeurs

Au bout de quelques heures, des relents de transpiration commencent à arriver jusqu’à vos narines ? Puisque vos voisins font la grève du déo et n’ont pas respecter la règle, il faut intervenir. Bosser avec un collègue qui pue, no way. La version pro > Lire et adopter les conseils du livre d’Alexandre Dubarry “Comment dire à un collègue qu’il sent mauvais sous les bras ?” ou croiser fort les doigts pour que le prochain coursier lâche un énorme “Ah mais ça sent le bouc ici !”, permettant peut-être à votre collègue de prendre conscience du fort odorat de ses aisselles.
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW