COMMENT LUTTER CONTRE L’ENNUI AU LIT ?

Certains comptent les moutons pour s’endormir… d’autres pour faire passer le temps sous la couette. Au cours de discussions entre copines, j’ai été soulagée de découvrir que je n’étais pas la seule à avoir ressenti de grands moments d’ennuis en pleine parade coïtale.

 
Cet instant de solitude désespérée face à monsieur, s’acharnant comme un taureau pensant vous faire jouir, alors que vous attendez patiemment qu’il termine sa petite affaire au plus vite et vous laisse enfin regarder Grey’s Anatomy. 
 
Il avait pourtant tout ce qu’il faut sur le papier: agréable physiquement, sportif, pas trop bête, plutôt drôle, le risotto comme plat préféré, exactement comme vous. Pourtant sous les draps… c’est le néant ! Malgré tous ses efforts pour éveiller vos désirs, vous êtes aussi excitée qu’un poulpe desséché.
 
Même si je pourrais tenter de décortiquer les causes physiologiques (organe insuffisant) ou techniques (mauvaise utilisation de l’engin) de ces situations, je ne m’attarderai que sur les solutions afin de venir en aide à leur pauvres victimes : ces femmes démunies et misérables qui, non contentes de s’emmerder fermement, s’angoissent pour ne pas montrer de signes extérieurs de leur mortel ennui.
 
Heureusement, le manque d’intelligence émotionnelle largement répandue chez la gente masculine peut permettre de se sortir d’affaire assez aisément. Face à cette situation, plusieurs choix s’offrent donc à vous :
 
1) La transparence :
« Ecoute, je suis désolée mais je ne le sens pas (traduction= je ne ressens rien), mais ça ira mieux la prochaine fois (traduction= on ne le refera jamais). »
Bien que la plus honnête, cette solution est aussi la plus rude. De plus, si vous souhaitez revoir cette personne, elle risque d’avoir un effet castrateur, et d’amener avec elle d’autres déconvenues. A  manier avec précaution, donc.
 
2) La simulation :
Un petit coup d’accélération respiratoire, quelques gargarismes un soupçon de grimaces faciales, et le tour est joué.  Bonne vieille technique de grand-mère, c’est la méthode la plus douce. Si vos talents de comédienne sont bien affutés, Georges sera content et ça vous donnera un petit répit jusqu’à la prochaine fois.
 
3) La finition maison :
Si votre côté Mère Theresa vous empêche d’opter pour la première solution et que vous n’avez pas les talents pour effectuer la seconde, vous pouvez toujours accélérer le travail par une petite gâterie.  Bien administrée, cette solution est sûrement la plus efficace. Son petit bâton de berger en sera tout flatté et vous témoignera toute sa reconnaissance en vous laissant tranquille pour la nuit.

// Texte du Dr Minouchkha, Sexual Healer

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *