COMMENT ÉVOLUER DANS UN MONDE OÙ MÊME LES PETITES FILLES SE RETOUCHENT ?

Dove constate, selon une étude*, que plus de 76 % des jeunes filles ont déjà retouché une photo d’elle-même avant l’âge de 13 ans. Soyons fièr·e·s de qui nous sommes réellement !

© DOVE
© DOVE

Pour contre attaquer cet engouement du « toujours plus beau » et « toujours plus lisse », la marque lance sa nouvelle campagne #BeautéSansRetouche. Cette dernière s’inscrit dans le projet de Dove pour l’Estime de soi. 

 

15 ans d’écart et toujours au même stade

En France, c’est en septembre 2021 que Dove lancera sa campagne. Ce travail de longue haleine sur la promotion d’un retour à la beauté décomplexée, naturelle et surtout sans filtre, débutait déjà en 2006. Souvenez-vous, le spot publicitaire “Dove Evolution nous avait tou·te·s laissé·e·s bouche bée à l’époque. Il avait délié la parole.

Seulement voilà, 15 ans plus tard, à l’ère supra-connectée des réseaux sociaux, l’image est omniprésente. D’autant que nous vivons à travers les écrans et les caméras de Zoom depuis plus d’un an. Finalement, le numérique n’a fait qu’accentuer cette manipulation à outrance de notre image. Et les nouvelles générations grandissent avec ce besoin. C’est ce que dénonce Dove dans sa nouvelle vidéo publicitaire « Un selfie à contre-courant ».

Une remise en question des outils de retouche

Il y a quelques années encore, les logiciels de retouche photo étaient réservés aux professionnel·le·s. La multiplication des applications de modification de l’image, rend d’autant plus accessible et naturelle cette manie de modifier son apparence en ligne. D’abord, sur Snapchat et Instagram, les filtres étaient plutôt amusants et sans grand impact. Mais à la longue, les critères de beauté sont de nouveaux biaisés. Exactement comme ce qui était dénoncé (à travers les magazines de mode à l’époque) en 2006 par Dove.

Les jeunes notamment, évoluent dans un monde virtuel dans lequel les normes de beauté sont déformées par ces filtres et ces retouches. Ainsi, une pression de « l’image parfaite » se crée chez les jeunes (et les moins jeunes) internautes.

Dove veut mettre en lumière ce problème et contribuer à fournir des outils pour aider les jeunes à naviguer sur les médias sociaux de manière positive.

Firdaous El Honsali, Directrice Mondiale de la Communication et du Développement durable de DOVE

Estimez-vous, estimons-nous, vive la beauté sans retouche !

Le projet Dove pour l’Estime de soi permet chaque année de rebooster et de donner confiance aux plus jeunes de notre société. L’idée principale de cette initiative, c’est celle selon laquelle la beauté serait uniquement source d’assurance et non pas d’angoisse. Pour contribuer à cela, Dove fait appel à des expert·e·s en psychologie, santé mentale et image corporelle.

Depuis plus de quinze ans, près de 69 millions de jeunes de 142 pays sont accompagné·e·s grâce aux outils développés par la marque de beauté. En effet, depuis 2004, Dove propose des programmes complets. Ils comprennent des ateliers créatifs et des guides disponibles gratuitement pour parents et enfants. L’objectif étant d’entamer la discussion à propos de la confiance en soi.

Je suis unique © DOVE
Je suis unique © DOVE

Un engagement pour l’estime de soi

En fait, Dove aussi, a elle-même travaillée sur son image d’une marque « sans retouche ». Pour ce faire, depuis plusieurs années, elle s’engage en trois points. D’abord, révéler la vraie beauté des femmes. Dove n’emploie aucun mannequin pour ses campagnes de publicité. Les femmes misent en avant sont des citoyennes filmées au quotidien, sans aucune mise en scène.

Ensuite, la marque de produits de cosmétique et d’hygiène ne retouche aucun de ses visuels. Enfin, afin de développer et encourager une relation positive avec le corps, elle s’engage dans des campagnes telles que #BeautéSansRetouche, venant s’inscrire dans son projet Dove pour l’Estime de soi. 

Soyez attentif·ve, puisqu’à la rentrée 2021, la campagne débarque en France ! Chez Paulette, on ne refuse jamais une bonne dose de self-love et de body positive… 

Et vous, que pensez-vous de ces nouvelles initiatives ? 

*étude menée par Edelman data intelligence (Institut d’études) sur un panel de 506 jeunes filles âgées de 10 à 17 ans en avril 2021.

Un article de Margot Hinry

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *