CHRONIQUE : NON, JE NE SUIS PAS DE MAUVAISE FOI


Illustratio de Segolène Derudder

Découvrez le texte de Wen, notre Georges arrivé deuxième au concours organisé avec le site We Love Words sur le thème "Paulette pique sa crise". 

 
"Mais non, je ne suis pas de mauvaise foi !
Attends ! Il débarque alors que je suis encore en peignoir, avec un turban sur la tête, pas encore maquillée et les paupiettes-recette-de-maman pas prêtes. C’est bien qu’il était super en avance quand même, non ?
 
Après, je ne l’ai pas vraiment engueulé quand je lui ai demandé pourquoi il arrivait avec une heure d’avance. C’est quand il a laissé filer le chat dans l’escalier que je me suis un peu énervée. Bon, okay, je me suis un peu emmêlé les pinceaux dans ma ceinture de peignoir, mais ce n’est quand même pas ma faute si la seule chose que j’ai pu attraper à ce moment-là c’était sa veste Armani.

Oh, et puis, elle ne s’est pas déchiré sur toute la longueur non plus, il ne faut pas exagérer. En tout cas, ce n’était pas une raison pour me gueuler dessus non plus !
 

Et puis je lui avais dit de venir sans rien, s’il m’avait écoutée, il n’aurait pas lâché la bouteille dans les escaliers et elle ne se serait pas cassée sur la tête de Madame Michu du 2e qui sortait son chien.
Bon, après, ça a un peu dégénéré, j’avoue, mais c’est encore de sa faute aussi… Il a tenté de secourir Madame Michu mais il a glissé sur le vin qui s’était répandu. Il me semble que sa tête a touché le mur avant de retomber sur le fond de la bouteille cassé par terre. Il avait des belles dents pourtant.
 
Moi, – bonne pomme encore – c’est là que j’ai ôté mon peignoir pour éponger un peu avant de courir en culotte derrière le chat qui dévalait toujours les escaliers. Le problème, c’est quand j’ai entendu la porte claquer. J’ai tout de suite pensé aux clés laissées sur la table de la cuisine. Heureusement les pompiers ont été sympas.
 
C’est le restaurant d’en face qui les a appelés parce qu’ils avaient vu la fumée sortir par la fenêtre ouverte – rapport aux paupiettes qui enfumaient tout l’immeuble -. Ils en ont profité pour les emmener tous les deux à l’hôpital et ils m’ont même ouvert la porte sans trop la casser.
Bon, à votre avis, j’le rappelle ou je ne le rappelle pas ?"

> Quant à la chronique de la grande gagnante, Félicia D., elle a été publiée dans notre numéro 5 Aquatique. Commandez le numéro ici.

Un grand merci à tous les participants d’avoir joué le jeu. Le choix n’a pas été facile…  

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *