CHOISIR SA ROBE POUR « THE » MARIAGE

Non, ne vous méprenez pas je ne prépare pas mon mariage, ni même mes fiançailles.

C’est la première fois que je vais à un mariage où la tenue ne m’est pas imposée. Normalement, je suis une des demoiselles d’horreur, ah non pardon d’honneur.

De celles qui portent les robes les plus excentriques pour le bon gré de la mariée…

Cette fois-ci, non seulement je suis majeure, vaccinée, jeune conductrice mais accompagnée. Je suis aussi pour la première fois, une invitée parmi tant d’autres. Et, si mon jour de gloire est enfin arrivée, comprendre m’habiller comme je l’entends sans dentelle, rose pâle et noeud en résille sur la tête, je suis encore plus perdue qu’à l’accoutumée.

J’ai néanmoins quelques principes de base en ce qui concerne la tenue de mariage évidemment. Pas de blanc, rien de trop court et surtout ne pas faire plus habillée que la mariée. Mais voilà, si je peux d’ores-et-déjà éiminer toute robe crème ou mini-short, mon dernier principe me pose problème. Je ne connais la mariée que de nom. Impossible de savoir si je serais plus habillée qu’elle ou non.

Mois M-2 – Décryptage des tenues à oublier :

> La robe de soirée, de bal : la robe que l’on portait au bal des étudiants à la fin du lycée, de celle qui était trop longue. En taffetas ou en soie, elle nous faisait caresser le rêve d’être Cendrillon. On oublie ! Gros risque de paraître trop habillée, et le bleu layette ça ne nous a pas du tout !

> La robe longue : primo, si l’on conduit, le risque de confondre l’embrayage et le frein peut nous être fatal. Secundo : à moins de danser parfaitement, la robe longue devient rapidement un vrai calvaire quand on cherche à se trémousser sur le dancefloor. Le final de Dirty Dancing n’aurait franchement pas été le même si Bébé portait une robe longue n’est-ce pas ?

> La petite robe noire : solution de facilité par excellence. A emporter au cas où, si comme moi, les catastrophes arrivent toujours lorsqu’on porte THE robe qui nous a coûté un bras.

Bon, tout de même il nous reste pas mal de possibilités : du corail, du bleu électrique, des paillettes, du dos nu, de la jupe Charleston. La mode est quand même complaisante avec nous, plus qu’avec nos Georges, qui vont se voir revêtir l’uniforme traditionnel du complet noir, gris ou beige en toile pour les plus excentriques.

Ah oui j’oubliais : la coupe droite, même si elle nous avantage, n’est franchement pas confortable pour la soirée post cérémonie. Ok vous emballerez peut-être un Georges, mais les chances d’attraper le bouquet s’amoindrissent inévitablement non ?

Elodie F.
http://nephtalyne.blogspot.com/

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW