CHEVALREX, DÉBARQUEMENT IMMÉDIAT

Avec sa tenue d’astronaute, son regard profond et sa voix douce, Rémy Poncet nous emmène avec son projet Chevalrex vers un monde pop et hypnotique. Originaire de Valence, Chevalrex aime les mots autant que l’on aime les écouter dans sa bouche. “Futurisme”, son album en langue française, mélange évasion, poésie et fiction telle une bande son idéale d’un été capricieux. Interview mot à mot, par celui qui les dompte à la perfection

Paulette : Futurisme.
Rémy Poncet : Le titre du disque. Le précédent et premier disque de Chevalrex s’appelle Catapulte. On avait envie de faire une suite dans l’appellation, un mot qui représente un tout. Je cherchais quelque chose autour d’un mouvement, d’un rythme. Et puis, je voulais un mot en lien avec le graphisme de la pochette dont je me suis occupé. Le futurisme est tombé à ce moment-là, sous mes yeux, et je me suis dit que c’était le nom du disque, il n’y avait pas de doute. Pas futuriste, pas futur mais futurisme, un mot universel, ça parle.

Pop
C’est un mot valise que j’aime bien, ça sonne bien, comme dans pop corn. L’ambiguïté du mot pop est intéressante aussi, il y a un côté populaire. Mon rapport à la musique est très lié à la pop, j’ai grandi avec des disques de la culture populaire, de la chanson française, de la musique électronique, etc. Mon père avait une collection de vinyles mais c’est plutôt mon grand frère qui était un vrai passionné de musique, un collectionneur et il m’a initié. Les premiers disques que j’ai écoutés petit sont quasiment les mêmes que j’écoute aujourd’hui.

Dominique A
C’est quelqu’un que j’ai beaucoup écouté, dans les années 90. Puis je m’en suis éloigné depuis 2003… Pourquoi ? Je suis moins traversé. Peut-être qu’il y a une forme de lassitude. C’est plaisant que l’on me rapproche de lui. On m’associe souvent à Alex Beaupain et à Florent Marchet… Que je n’aime pas du tout artistiquement ! Je crois que ça vient du fait que l’on a tous quelque chose de minimal dans le chant, nous ne sommes pas de grandes voix, en étant presque du parlé chanté.

Frère
J’ai fait de la musique avec mon frère pendant 10 ans, il a son propre projet qui s’appelle Gontard. On avait un groupe tous les deux, on a appris ensemble sur des premiers disques, ça a été très important dans ma vie et dans mon évolution musicale. Depuis 4 ans, on ne joue plus ensemble et chacun s’est affranchi, a pris sa direction !

Français
C’est ma langue maternelle, ça n’a jamais été une souffrance pour moi de chanter en français. Je sais que pas mal de gens qui écrivent se posent la question de le faire en français ou en anglais. Pour moi, c’était une évidence depuis mes 14 ans. C’est paradoxal car ma culture musicale est vraiment marquée par des musiques anglo-saxonnes, instrumentales, mondiales, pas forcément francophones. Je suis plus tolérant avec des mots en anglais alors qu’en français, j’ai besoin de les entendre sonner tout de suite.


Valence
Ma ville natale ! J’étais content car j’ai toujours voulu dire le mot Valence dans une chanson, et c’est le cas sur ce disque. C’est l’histoire d’un attachement, et puis, d’une tentative de détachement. La famille, les amis, le premier cercle social qui nous fondent, puis le côté « je veux m’affranchir » de cette matière là… Voilà de quoi est fait ce disque. Ça coïncide avec mon départ de Valence pour Paris, il y a 6 mois. Il y a une véritable résonance.

Fait maison
C’est vraiment proche de ma conception de la musique, j’enregistre les morceaux en même temps que je les écris. La question du lieu et du studio est centrale, l’endroit où j’enregistre est essentielle. Pour ce disque, c’était dans une maison, dans une pièce bien particulière, ensuite on a pris cette matière pour la mixer dans un studio.

Catapulte
Le premier disque que j’ai fait, il y a 3 ans. En gros, c’était le premier disque de Chevalrex, je n’avais pas encore identifié le projet que je ferai seul. On a monté une petite galerie en Belgique avec un ami, à Anvers. Et il voulait que l’on fasse une exposition ensemble. On a exposé des travaux et j’ai sorti un disque en même temps, avec une série limitée de 200 disques aux pochettes différentes. C’était un prétexte pour finir les chansons. Enregistrées en 3 semaines, on a conçu les pochettes en 1 mois, c’était le meilleur moyen de lancer ce projet.

Arrangements
Ce mot, j’y pense tout le temps. Il y a un côté j’arrange les choses pour qu’elles soient mieux. Mais disons que le mot orchestration résonne plus pour moi. Je ne suis pas attaché à un instrument en particulier, je n’écris pas des morceaux seulement à la guitare, ou au piano, ou à la batterie. J’ai plein d’instruments, et sur le disque, je joue de tout. C’est ce que j’aime faire, j’ai l’impression d’être libre. Donc la question de l’arrangement est centrale et imbriquer avec l’écriture. C’est l’ADN de la manière d’écrire, le son, la prise de son, etc.

Aussi Loin
C’est le titre d’une chanson sur le disque mais j’ai découvert il y a trois jours aussi que c’était le titre d’une musique de Claude François, Aussi Loin. Ce sont deux mots assez simples, ça arrive ! (rires). C’est une très belle chanson, d’ailleurs ça parle grosso modo de la même chose que ma chanson, ça m’a troublé. C’est la dernière chanson écrite de l’album, il me manquait quelques petits réglages et puis c’était bon. Il y a quelque chose autour de la distance, avec ma ville natale, sans être trop précis, ça m’a plu.

Rémy Poncet
C’est mon nom en fait ! C’est comme ça que je veux que l’on m’appelle. C’est vrai qu’il y a la question du pseudonyme, pourquoi Chevalrex et pas Rémy Poncet ? Peut-être une histoire de distance, d’un nom pour un groupe. J’aime bien l’idée que Chevalrex devienne un groupe de 6 personnes…

Paulette
Pour moi, Paulette c’est le nom d’une grand-mère, ça me rappelle la mienne d’ailleurs, dont j’étais très proche. Ça me fait aussi penser à des weekends à Annecy dans une grande maison. Plutôt chouette.

CHEVALREX : FUTURISME
Because
Sortie le 10 juin

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *