« C’EST LE MOMENT D’EXPLORER QUELQUE CHOSE DE NOUVEAU » : RÊVER DE L’APRÈS AVEC LA SURFEUSE STEPHANIE GILMORE

Avec sa collection POP surf, Roxy promet une gamme éthique et esthétique qui inspire à protéger l’océan, et à courir dans les vagues. L’occasion pour nous d’échanger avec son ambassadrice Stéphanie Gilmore et d’obtenir ses conseils pour maîtriser l’évasion de l’esprit en ces temps difficiles.

Septuple championne du monde, Stephanie Gilmore est aussi ambassadrice Roxy, et le visage de la collection POP surf pour la troisième saison consécutive. Une ligne de swimwear pensée pour les surfeuses pro et amatrices, qui prône des valeurs éthiques. « Nous sommes des surfeurs » clame l’athlète. « L’ADN de Roxy, c’est l’océan. La santé des océans est l’un des sujets les plus importants et les plus urgents dans la durabilité de notre Terre en ce moment. »

Cette année, POP surf est d’ailleurs partenaire de la Surfrider Foundation, une organisation environnementale à but non lucratif qui vise à défendre l’océan et le littoral, de manière durable. Et les matériaux utilisés s’en ressentent : les maillots de bain sont fabriqués à partir d’un nylon en polyamide 100 % régénéré et les combinaisons confectionnées en néoprène entièrement fait de calcaire et de polyester fabriqué à partir de bouteilles recyclées.

Plus concrètement, cela représente 600 grammes de solvant éliminés par combinaison, 104 litres de ressources en eau économisées par kilo de tissu et 25 bouteilles en plastique recyclées par combinaison. « La collection ne fait pas de compromis« , promet Roxy.

Côté esthétique, la marque mise sur des teintes douces, des imprimés tropicaux, des coupes athlétiques « prêtes pour relever ses défis« , précise-t-elle. Des bikinis aux maillots une-pièce en passant par les combinaisons de plongée, POP surf nous suit aussi bien à la piscine qu’à la plage. Et nous fait rêver d’horizons plus cléments, de vacances au soleil, de peau hâlée et salée par l’océan.

En attendant que le songe devienne réalité, Stephanie Gilmore nous donne ses conseils pour mieux vivre cette période exceptionnelle, et se focaliser sur l’après. On a discuté avec elle de ce qui lui manque de sa vie d’avant, de sa routine sportive en pleine quarantaine et des lieux qu’elle aimerait explorer plus tard. Un échange qui inspire à voyager.

Parle-nous de ta vie quotidienne pendant la quarantaine, à quoi ressemble ta journée type ?

Dans ma petite ville en Australie, nous avons la chance que les plages soient encore ouvertes, alors je surfe tous les jours. À cette époque de l’année, le temps est superbe et c’est la première fois en 15 ans que je suis chez moi au mois d’avril, c’est magique.

Qu’est-ce qui te manque le plus de ta vie d’avant ?

Sortir dîner avec des amis me manque. J’apprécie vraiment un long dîner avec quelques personnes proches, assis au restaurant avec une bonne bouteille de vin et le plat du chef. Les petites choses comme ça, je les prenais pour acquises et ça me manque vraiment.

Comment restes-tu en forme à la maison pour pouvoir retourner surfer une fois le confinement terminé ?

J’ai un programme de musculation que je connais bien pour avoir travaillé avec mon entraîneur pendant des années. Si je mets de la musique forte, je peux facilement me motiver. Pour le cardio, je cours sur la plage devant ma maison tôt le matin. Et beaucoup de surf, que nous avons la chance de pouvoir encore faire.

Crédit : Roxy

Quels sont les objectifs que tu nous recommandes pour se booster en ces temps difficiles ?  

Je pense que c’est le moment d’explorer quelque chose de nouveau et de s’instruire. Essayez le yoga ou le pilates si vous ne l’avez pas encore fait via les cours en ligne Roxy sur Instagram. Ou testez vos capacités de course à pied en essayant de courir 3 x 30 min à l’extérieur en une semaine, en essayant d’améliorer la distance à chaque fois. Vous pouvez aussi télécharger une application d’apprentissage des langues.

Tout ce que vous avez toujours voulu essayer mais que vous n’avez pas encore eu l’occasion de faire. J’ai aussi appliqué cette théorie à la cuisine. J’ai acheté de la menthe vietnamienne au marché pour la première fois, c’est très différent de la menthe normale, donc j’explore de nouvelles recettes pour inclure cette nouvelle saveur… c’est plutôt cool d’avoir le temps d’entrer dans de tels détails.

Tu es ambassadrice Roxy, le surf et l’eau sont ta vie. Que comptes-tu faire une fois la crise derrière nous ?

Surfer, surfer, surfer ! Et apprécier vraiment ce style de vie que nous avons. L’une des choses les plus cool du surf, c’est qu’il ne faut pas grand-chose pour se sentir satisfait. Et une chose que cet isolement nous a appris, c’est de revenir aux choses simples qui nous rendent heureux.

Nous pouvons maintenant lentement commencer à penser à nous équiper pour aller dans les vagues… Des destinations de surf à recommander ?

Les Îles Fidji ! Le Maroc ! Et j’aimerais bien retourner bientôt au Mexique pour un voyage de surf fun avec beaucoup d’amis.

Quelles sont tes astuces pour « s’échapper » sans sortir ces jours-ci ? Des récits de voyage à suivre, planifier l’après, regarder des documentaires ?

En fait, j’utilise la méditation comme un outil clé pour m’évader. Une évasion intérieure. Je pense que c’est essentiel d’apprendre à la pratiquer et c’est l’une des meilleures façon de s’échapper que l’on puisse avoir. Je recommande.

Si tu pouvais aller n’importe où sur la planète en ce moment, ce serait où ?

Il y a beaucoup d’endroits incroyables où je ne suis pas encore allée et j’ai hâte d’y voyager, mais pour l’instant, je suis TELLEMENT heureuse d’être chez moi, en paix, et de laisser mon imagination faire son travail.

Collection disponible sur le site.

Article de Pauline Machado

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *