CES PETITES CHOSES NOSTALGIQUES QUI PROUVENT QU’ON N’A PAS CHANGÉ EN 10 ANS

La bombe est tombée en cette fin d’année 2020 : Gossip Girl revient avec un reboot plus inclusif. Près de 14 ans après la diffusion de son premier épisode, la série vient nous mettre une claque nostalgique qui mérite réflexion pendant que l’on traverse ce confinement. Coup de vieux mais remise en question : puis-je regarder ce nouveau show ou est-il désigné à une toute autre génération ? Les questions se bousculent mais la réponse reste la même : bien des choses n’ont pas changé chez moi en 10 ans de temps. Destiny’s Child, Dinosaurus ou lisseur ghd… Mêmes basiques dont je ne saurais me passer.

Gossip Girl, l’original

Quand j’ai vu la photo du tournage, j’ai pris peur. Qui sont-ils pour oser reprendre Gossip Girl, si peu de temps après l’arrêt la série ? Etrangement, je ne suis pas en colère parcequ’ils rééditent un succès international pour les adolescents. C’est même l’inverse : j’espère quelque chose de plus inclusif avec un casting diversifié et un message global visant à rappeler que non, l’argent de suffit pas à faire le bonheur. Je suis curieuse et impatiente de découvrir son premier épisode, et je suis persuadée qu’une soirée pyjama sera organisée chez moi pour l’occasion avec mes vieilles copines. Non, ce qui ne frustre, c’est de me dire que j’étais une fan sans limite de Gossip Girl il y a dix ans (au point de lire les 16 livres ayant inspiré la série) et qu’aujourd’hui, je risque de détester ce nouveau show. Parce que j’ai vieilli ou parce que j’ai changé, je n’en sais rien mais cette trouille me ronge puisqu’elle m’éloigne de mes 20 bougies, de mon insouciance et post-adolescence.

Gossip Girl, le reboot

Chassez le naturel, il revient au galop

Pourtant, ma curiosité me mènera forcément à la découverte de ce reboot – qui restera peut-être un rendez-vous au même titre que The Simple Life. Je trouve le programme honteux et pourtant, je le regarderais volontiers si seulement il pouvait me ramener à mes jeunes années. Et pourquoi ? Car je n’ai pas tellement changé. Les tocs et petits plaisirs du quotidien varient au fil des années, évoluent mais restent ancrés en nous puisque nostalgie rime avec bons moments. Je fais le point et je comprends, toi qui approche de la trentaine ou déjà passé le cap de ces trois décennies, pourras certainement te retrouver dans ces exemples.

Ta passion pour la pop des années 2000

Tu écoutes encore et toujours les Destiny’s Child en boucle. Diam’s, Jlo et Britney aussi. Tu trouves les paroles toujours aussi utiles et débordantes de sens et chaque mélodie est une occasion pour te bouger.

Ton amour pour le velours

Et les ensembles Juicy Couture car oui, ils en ont des nouveaux et ton côté Paris Hilton ou Lindsay Lohan peut ainsi se dévoiler.

Ton lisseur trois fois par semaine

Tu as arrêté la chevelure « baguettes » et bien trop raide. Par contre, tu branches quasi chaque matin ton lisseur ghd, qui te sert désormais à boucler, onduler naturellement et brusher plus simplement ta crinière. Un investissement sur lequel tu ne lésines pas – tu n’hésiterais pas une seconde à renouveler ton matériel si besoin et tu as d’ailleurs demandé le dernier coffret DELUXE de la marque pour Noël. Raison pour laquelle quatre stylers® ghd gold sont vendus chaque minute dans le monde.

Tes UGG le weekend

Tout le monde ne sait pas que tu pourrais te proclamer comme semi-collectionneuse. Et si tu n’en as qu’une paire qui date d’il y a dix ans, tu continues encore et à mettre tes bottines chaussons.

Les Dinosaurus le matin

Enfin bon, ça fait 20 ans. Voire 25 que cette relation dure chaque matin, sauf qu’avant tu ne trempais pas ces délicieux biscuits en forme de dinosaures dans du… café !

Le bon petit pliage

Sac Longchamp bien pratique que tu emmènes encore et toujours en weekend.

Article de Margaux Rouche

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *