CES FILMS QUI NOUS METTENT L’EAU À LA BOUCHE

Noël, la dinde, la bûche… Sans oublier le chocolat, les fruits et les friandises qui nous font agiter les papilles…

Difficile de passer à côté en cette période de fête ! Une solution : se nourrir de bons films où les aliments de nos assiettes sont rois.

 
Charlie a bien choisi son domaine : la chocolaterie. Des montagnes en chocolat blanc aux rivières de chocolat noir, des confiseries en tout genre ainsi qu’un monde cacaoté, Charlie et la chocolaterie nous emmène dans l’univers sucré et imaginaire d’un conte osé, imagé et appétissant. Tim Burton ne s’est pas trompé en choisissant Johnny Depp, déjà adepte de chocolat quatre ans auparavant dans Le chocolat, avec Juliette Binoche. Sorti cette semaine, le film Les Émotifs anonymes met à l’épreuve les effets du chocolat sur la déprime, le manque de confiance en soi, l’agréable sensation d’être réconforté. Avec une Isabelle Carré dompteuse des meilleurs goûts, textures et saveurs, le chocolat devient alléchant, source d’envie et de désir.
 
La cuisine française a même dépassé nos frontières pour inspirer un film, Julie & Julia, où Meryl Streep joue le rôle d’une cuisinière passionnée, prête à tout pour révolutionner les consommations alimentaires américaines. Des fourneaux aux tables garnies, son talent pour la cuisine donne faim. On s’inspire, on en rit, on se dit "pourquoi pas moi au final ?". Pas si simple la cuisine, à vrai dire, si un petit rat caché dans notre toque pouvait nous aider comme dans Ratatouille, ça serait chouette. Une pincée de sel, quelques légumes, une cuisson parfaite, à table ! Plus asiatique, les délicieux raviolis de Mei dans le film Nouvelle Cuisine aurait des vertus rajeunissantes… Attention tout de même aux composantes de cette spécialité chinoise !
Au-delà du goût, rien ne remplace la convivialité d’une grande tablée entre amis, comme dans Les petits mouchoirs, où d’une huitre à l’autre, d’une salade d’été à une chanson jouée à la guitare, il n’y a qu’un geste. Bon, pour les plus courageux dans leur appétit visuel, il vous reste La Grande bouffe, sorte de suicide collectif gastronomique…  à consommer avec modération tout de même ! Dans un registre plus régional, on peut tenter le maroilles – oubliez donc les bisous sous le sapin ! – et les frites, valeur sûre au final, de notre record au box office, Bienvenue chez les Ch’tis.

En mode plus sexy, transformation immédiate en Pénélope Cruz dans Volver, cuisinière de choc pour un restaurant en perdition. Au menu, décolleté osé et coup de couteau millimétré, cuisine espagnole pour clients ravis. Ça donne faim !
 
Vous hésitez encore ? Laissez donc votre lecteur DVD manger des films pour vous et bon appétit !
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *