CARTE POSTALE : TANGER

Illustration, Ambre Clavel

Salam Paulette,

Je t’écris de Tanger, ville où l’on écrit beaucoup. Je relis d’ailleurs en ce moment la correspondance de Paul Bowles et de Jane, sa femme, qui ont tous deux vécu ici.

Ville mythique, Tanger est souvent appréhendée sous le prisme du cliché : ville de brigands, de voleurs, de tous les trafics. Ville sulfureuse, plaque tournante de la drogue, lieu de perdition pour les âmes en peine… Bref, je t’en passe et des meilleures.

Tu n’es pas sans le savoir Paulette, je viens souvent me reposer ici, pour lire, me balader et respirer l’air de la mer. J’espère que ces quelques clichés de mes lieux favoris t’aideront à te faire une idée de ce que je vis ici.

Arrivée au Grand Socco


Lorsqu’on arrive de l’aéroport Ibn Battouta, on saute dans le taxi et pour 100 dirhams (environ 10 euros), on arrive place du Grand Socco, entre la medina et la nouvelle ville. Là on peut s’assoir un instant au café de la Cinémathèque de Tanger, un lieu unique où la jeunesse se retrouve pour profiter de l’accès wifi et bavarder (et accessoirement aller au ciné !).


Ensuite, direction la medina, la vieille ville, pour poser les affaires à la maison. Sur la place du Petit Socco, bordée de cafés mythiques, on prend à gauche puis gauche, puis droite, puis gauche, on passe le hammam Franco pour remonter jusqu’au Dar, la maison.


Après un petit thé salvateur sur la terrasse, direction la Casbah avec son palais majestueux reconverti en musée. Si vous le visitez, n’oubliez pas de faire un tour dans son jardin, divin.


On longe ensuite la mer pour arriver aux tombeaux des Phéniciens d’où les Tangérois aiment regarder l’Espagne toute proche. Mais il est déjà l’heure de filer au café Hafa, tout en terrasses, pour avaler une bonne omelette et une soupe de fèves.


Le lendemain, déjeuner sur le port.
Pour 90 dirhams, soit 9 euros environ, on peut déguster une énorme assiette de crevettes à la coriandre et un plat de poissons variés. Avec Cécile, on n’a même pas pu le terminer !


L’après-midi, on fait un détour par la librairie les Insolites, au 28 rue Khalid Ibn Oualid, qui expose en ce moment les clichés du photographe Emilio Urbano.

Photo, Hicham Gardaf

La nuit tombée, après un apéro bien corsé à la maison, on s’engouffre gaiment dans la nouvelle ville pour danser.

Direction le très branché Tangerinn pour se mettre en jambes, puis le Monocle, plus traditionnel avec son orchestre local, le très disco Régine club et pour finir, le 555, sur le remblai, complètement bling-bling avec sa piscine.

Voilà, tu sais tout Paulette, hâte de te voir à Paris.
Bisettes
X
 

Surprise !
Paulette x Kusmi Tea vous offrent une sélection de 12 thés glacés à consommer frappés !

Pour gagner, il vous suffit de répondre à la question suivante :

"Quel est le roman le plus connu écrit par Paul Bowles et adapté au cinéma ?"

Les 10 premiers commentaires remportent la mise !

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *