CARTE POSTALE : OSLO

Illustration, Helene Gruenais

Hei Paulette,

Il est 15h30, le soleil se couche et les trottoirs sont recouverts de glace… Tu l’auras compris, je t’écris d’Oslo, la capitale norvégienne.

> Premier jour, direction le centre-ville.

Nous sommes en pleine semaine et pourtant, l’endroit semble calme, très calme. Il y a peu de monde dans les rues, mais qu’importe, le charme est là.
La rue principale, Karls Johan Gate, s’étire de la gare centrale au Palais royal ce qui lui vaut le surnom de « petits Champs-Elysées ». Elle traverse de nombreuses rues piétonnes, bordées de commerces et cafés historiques.
À chaque période de l’année, elle est l’une des principales attractions de la capitale norvégienne. En hiver, il est même possible de patiner sur le plan d’eau complètement gelé, situé sur le terre-plein central. Fais attention où tu mets les pieds Paulette, la glace s’étire bien au-delà de la patinoire !


Après avoir admiré la vue depuis le palais royal, on est allé prendre l’air marin, à Aker Brygge. Ce quartier est en fait l’ancien port qui hébergeait les chantiers navals. Maintenant, l’endroit est une promenade chic, entourée de restaurants, bars, cafés, commerces… À ne pas manquer : le centre Nobel de la paix, où est remise chaque année la prestigieuse distinction du même nom.


Un peu plus loin, après la forteresse médiévale d’Akershus, on a pu admirer un beau coucher de soleil depuis le toit de l’Opéra. Un bâtiment ultramoderne à ne pas manquer.


Pour finir la journée, nous choisissons de manger dans l’un des meilleurs restaurants de poissons de la ville. A la carte : des spécialités typiquement norvégiennes, en passant du saumon au steak de phoque ou de baleine…

> Deuxième jour : le tremplin de ski Holmenkollen et Bigdoy

Après notre première nuit chez Martin et Tatsiana, – nos hôtes osloïtes qui nous louent leur appartement -, nous prenons le métro en direction du tremplin à ski d’Holmenkollen. Visible à des kilomètres à la ronde, il fait partie intégrante du paysage d’Oslo. La vue panoramique depuis le haut du tremplin vaut à elle seule le détour !


De retour en ville, direction le parc Vigeland avec ses 200 sculptures en bronze disséminées le long des allées, et la presqu’île de Bigdoy. Avec ses maisons en bois construites dans le pur style norvégien, la balade en plein air est très agréable. Mais, les Paulette, n’oubliez pas qu’Oslo est aussi la ville du peintre Edvard Munch. La plupart de ses œuvres sont visibles au musée éponyme, mais c’est à la Galerie nationale que l’on peut voir son plus célèbre tableau, Le Cri.


> Troisième jour : Velkommen au village du père Noël
Après une heure de bus, nous voilà à Drobak, ville ancienne de 15 000 habitants au sud d’Oslo. Ses atouts ? Sa magnifique vue sur le fjord d’Oslo, ses maisons typiques en bois coloré, ses ruelles paisibles et surtout, la maison du père Noël norvégien. Qui est en fait un magasin aux prix particulièrement élevés… Chaque année, plus de 20 000 lettres d’enfants, provenant du monde entier, sont envoyées à Drobak. Rien que pour cette raison, un détour par l’office de tourisme s’impose : les lettres en tapissent littéralement les murs.


Après cette dernière journée, mon premier séjour norvégien touche à sa fin. Une belle expérience à renouveler l’été. Pourquoi pas, cette fois, aller plus au Nord du pays après le cercle polaire, pour apprécier le célèbre soleil de minuit ?
Mais avant ça les Paulette, pensez à économiser, car la Norvège est aussi l’un des pays où le coût de la vie est le plus élevé au monde !

 

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *