CARTE POSTALE : LE TRANSSIBÉRIEN

 Collage, Lily l’éclair

Zdravstvuitye Paulette,
 
On en rêvait et on l’a fait, nous sommes montées à bord du légendaire Transsibérien : 60km/h en moyenne, 9 288 kilomètres parcourus, 990 gares traversées, 7 fuseaux horaire franchis et 3 classes de confort !
 
 
Sur le trajet direction Moscou, nous commençons à fantasmer sur les divers récits qu’a alimentés ce train et nous imaginons de belles moscovites en fourrure monter dans un train luxueux au décor baroque pour une traversée de la Sibérie arrosée de vodka et de caviar.

Mais il faut faire face à la réalité, le transsibérien est un train, juste un train. Une fois arrivées, un peu dépitées mais très excitées, nous présentons nos papiers à la Provodnitsa (responsable du wagon) et cherchons notre cabine.

 
Trouvée ! Deux lits superposés dans un 3m2, Ludmila et sa petite fille Nastacia sont déjà installées. Mais où sont les tapisseries orientales, les fourrures, et où sont donc passées les bouteilles de vodka ? Le voyage va être long, très long… Heureusement qu’il y a différents arrêts !
 


Arrêt Irkousk – le lac Baikal
À la gare, un quatre-quatre nous attend pour l’Ile d’Olkone sur le lac Baikal ! C’est absolument…sans mot. Cette île contient soi-disant des vertus spirituelles si fortes qu’elle est devenue un haut lieu de chamanisme. Un peu sceptiques sur cette rumeur, nous nous sommes pourtant complètement laissées aller par son énergie enivrante. Imaginez, une île presque vierge où l’électricité n’est pas encore totalement installée, des forêts qui s’étendent à perte de vue, des dunes de sable cachées derrière des bosquets, de la mer bleue, bleue, bleue, des falaises, et des maisons en bois. Il est bon de voir qu’il reste encore des lieux préservés de tout vice dans ce monde.


Arrêt à Tuymen
Tuymen est une ville en plein essor grâce à son capital pétrolier mais l’intérêt majeur de cette ville reste sa réputation d’usine à mariages. Du jamais vu, des mariées à chaque coin de rue et à tout moment de la journée. On aurait dit une foire ! Les uns à la suite des autres, on voyait les couples sortir du bureau de registration, se promener, prendre tous des photos au même endroit, et, surtout, accrocher leur cadenas sur le pont des amoureux.
 
En Russie une nouvelle tradition consiste à accrocher un cadenas pour sceller son amour avec l’élu(e) de son cœur. Bien sûr, les jours de mariages, les ponts sont envahis de meringues et de champagne !
 
Tobolsk est très belle avec son Kremlin, ses vieilles demeures décrépites et ses églises à chaque coin de rue. Nous trouvons un semblant de tranquillité dans ses petites rues terreuses bordées de typiques bicoques en bois colorées.

Fatiguées, nous allons nous poser dans un petit resto très sympa proche du Kremlin. Le gérant nous offre des coups à boire (notre 1ère vodka russe !) ainsi que des glaces chimiques à l’abricot et du coca dégueulasse local. 
 

Terminus Pékin
Descente à Chita, ville russe frontalière avec la Chine et petit déjeuner à base de soupe de nouilles au piment. La branche du transmandchourien nous mène ensuite à Harbin, ville industrielle, pour s’arrêter au terminus : Pékin ! Avec tout notre attirail des parfaites touristes : audio-guides, appareils photo et sacs a dos Décathlon, on a l’air de petites joueuses face aux nuées de groupes de touristes chinois tous affublés des mêmes casquettes ou même k-way orange fluo.
 
 
Le plus intéressant à Pékin ce sont les bizarreries des Chinois. Je ne sais pas ce qui nous a le plus amusé : les promeneurs nocturnes en pyjama dans la rue, les t-shirts des hommes relevés au gré des températures, les cours d’aérobic le soir devant les portes de la cité interdite, la pesée du poulet vivant que l’on va découper sans pitié ou le crachat intempestif et constant !
 
 
Au final, nous avons parcouru 9000 km en un mois et demi, passé des dizaines de nuits dans des trains, mangé beaucoup de nouilles déshydratées et de pelmini, et rencontré pas mal de monde. Mission accomplie !
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *