CARTE POSTALE : COACHELLA 2011

Collage par Lily L’éclair – Photos par Clara

Dear Paulette,

What’s up Sweety? Here California is a blast!
Nous quittons aujourd’hui Venice, ses artistes, ses skatteurs, ses clochards et cette ambiance rock hippy particulière de L.A., en direction du désert californien pour le fameux festival Coachella, qui s’annonce comme une expérience unique/le Woodstock des temps modernes.


Une mustang décapotable, les cheveux au vent, The Shakedown en fond musical, groupe de rock folk découvert à l’angle d’un bar vers Huntington Beach et le désert californien à perte de vue, je suis prête à subir cette vague musicale de 3 jours.


Voilà, That’s Coachella Bébé !
Un site à l’américaine, démesuré, 45°C, des milliers et milliers de gens, hippies, fashionistas, rockeurs, rappeurs, des vieux, des jeunes, des plumes de part et d’autres, des lignes de ballons dans le ciel, des palmiers et surtout de la musique qui n’a plus fini de t’enivrer !




Le truc à Coachella, c’est qu’il faut être super organisé car le programme est chargé et si tu veux voir tout tes groupes favoris, alors un plan d’attaque s’impose : "Où ? Quand ? Ok , go-o-o !"


Malgré ce soleil assassin qui te fait suer de tout ton corps, la déshydratation, une foule inconsidérable sur chaque concert et l’odeur omniprésente de ce bon vieux cannabis qui te rend stone sans même en fumer, les artistes sont géniaux, généreux avec le public, et ne cessent de louer les grâces de Coachella. 

Le soleil se couche et l’ambiance sur le festival se calme un peu. Autant te dire que c’est appréciable… Quoi de mieux que de s’allonger sur l’herbe, profiter des derniers rayons de soleil d’Indio (sans la canicule), et d’écouter tes groupes préférés ? C’est ça aussi Coachella, allier détente et plaisir…


La nuit tombée, place aux têtes d’affiches avec leurs shows incroyables, tout le monde se rassemble, dance et chante à l’unisson. Arcade Fire avec sa déferlante de ballons, The Strokes avec un Julian Casablancas en forme et d’humeur blagueuse, The Black Keys avec des solos de guitare électrique à te faire pleurer et un Kanye West en mode Showman, qui se prend pour Dieu, mais qui a clôturé Coachella en beauté accompagné de ses phoenix paradant sur scène pendant ses 2 heures de concert.

Voilà, Coachella est terminé, nous repartons en direction de Venice Beach, frustrées que cela se termine, mais heureuses avec une seule pensée, vivement l’année prochaine !

Xoxo
Clara

Ps : n’hésitez pas à nous envoyer vos cartes postales à pauletteredaction@paulette mag.com !

Remerciements, le blog MyTourManager

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW