ÇA SWINGUE AVEC LADY LINN AND HER MAGNIFICIENT SEVEN


Après le succès de son 1er album en Belgique, sa terre natale, Lady Linn and her Magnificent seven débarque en France. Un album jazzy teinté de touches pop : rien de tel pour faire swinguer votre printemps. A écouter de toute urgence.
 
Paulette : Ton précédent album est sorti il y 4 ans. Pourquoi avoir attendu autant de temps avant de faire un nouvel opus ?
Lady Llinn : Ah oui ? Il y a 4 ans déjà ? Quand un album sort, tu joues beaucoup, tu fais beaucoup de concerts donc tu n’as pas beaucoup de temps pour écrire. Du coup, je n’ai pas l’impression que ça fait déjà autant de temps !
 
Justement comme ton précédent album a eu un vif succès en Belgique, est-ce que ça t’a mis un peu la pression avant de sortir le nouveau ?
Un peu oui. Mais j’essayais de ne pas penser à ça. J’ai continué à écrire à faire ce que j’aimais. C’est très important que les gens aiment ma musique, mais c’est aussi important que j’aime ce que je fais, je veux être moi-même et je ne peux qu’espérer que les gens vont aimer ça !
 
"J’AI EU DE NOUVEAU ENVIE D’ÉCRIRE À CAUSE DE MA VIE AMOUREUSE"
 
Avant ces 2 albums tu chantais des grands tubes oubliés, comment est venue cette envie d’écrire ?
J’écrivais quand j’avais 15 ans, à l’époque où je faisais partie d’un groupe rock. J’avais de nouveau envie d’écrire, sans doute à cause de ma vie amoureuse. Mais pas que ! Et puis, on a parfois eu des difficultés à se faire programmer. On rencontrait dans des festivals des programmateurs qui nous disaient "Ah oui, c’est très bien, mais vous n’avez pas vos chansons ". Du coup, ça nous a fait rater des concerts. Je me suis dit "si j’écris mes propres chansons on pourra peut-être faire plus de choses !"
 

 

 
Ton précédent album était plus jazzy, le nouveau a un côté plus pop. Tu as pris un virage différent. Pourquoi ?
C’est une évolution normale. On était un groupe très swing avec des cuivres. Maintenant, j’écoute beaucoup de musiques différentes. Ce n’est pas quelque chose que j’ai décidé, c’est venu naturellement, en écrivant. Il n’y a pas vraiment de raison !
 
Tu as été chanteuse dans de nombres groupes, comme Bolchi, Skeemz…. Comment est né Lady Linn and her Magnificent Seven ?
Au conservatoire, je faisais du jazz et du chant. En dernière année, à l’école, on devait faire des concerts. Je chantais du jazz et je jouais avec des musiciens. Je me disais j’ai des groupes soul, dance mais je n’ai pas un groupe de jazz. Comme j’aimais beaucoup le swing jazz, c’était l’occasion de faire quelque chose de différent, un peu pop, de reprendre des chansons oubliées originales que personne ne connaît. J’ai demandé à mes amis du conservatoire, des musiciens que j’aimais beaucoup de se joindre à moi.
 
Et donc il y a 7 musiciens sur scène !
C’est l’ambiance ! On a joué dans des tout petits cafés, aujourd’hui, dans des plus grandes salles. C’est chouette aussi d’être à l’étroit sur scène.

 
En écoutant ta musique, on a l’impression d’être à New-York dans les années 60. Tu as grandi en écoutant Duke Ellington ?
Non ! J’ai écouté Duke Ellington, surtout au début du groupe. Mais j’ai grandi en écoutant de la soul, de la pop, mais pas de jazz. Anita O’Day, Alicia Keys, Prince, Ella Fitzgerald ou encore Ottis Redding font en tout cas partie de mes influences. Beaucoup de musique pop !
 
On a aussi la sensation que tu démocratises le jazz. Qu’en penses-tu ?
Peut-être oui, mais ce n’est pas mon but. Le jazz est ma plus grande influence. Mais ce n’est pas pour démocratiser le jazz que je fais ce genre de musique. C’est juste ce que j’aime. Pour les instruments, les cuivres, c’est typiquement pour de la musique jazz, donc naturellement ma musique sonne jazz !
 
En France, les médias te prédisent un succès comparable à celui qu’a connu Selah Sue chez nous. Ta réaction ?
C’est très cool d’entendre ça ! Cela veut dire que l’on a confiance en nous. C’est un compliment. Mais tu ne peux jamais savoir si les gens vont aimer ta musique. Donc j’ai un peu peur…
 
Une dédicace aux Paulette ?
"Soyez vous-même, essayez de ne pas vous comparer aux autres, suivez vos envies !"
 
LADY LINN AND HER MAGNIFICIENT SEVEN ::
NO GOODBYE AT ALL
Sortie le 19 mars
Universal
 
 
Concert :
8/06 : Café de la danse, Paris
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *