BUZZ DE LA SEMAINE : BEST COAST

Photo, Maja Flink

Après nous avoir accompagné tout l’été il était temps de voir ce que Crazy For You, le premier album des californiens de Best Coast, rendait en live.

 
C’est chose faite avec leur concert au Nouveau Casino début décembre qui a permis à tous leurs fans parisiens de se réchauffer durant une bonne heure. La neige ayant empêché l’interview que l’on avait programmée, Bethany a eu la gentillesse de nous donner rendez-vous par téléphone le surlendemain, quelques heures avant son concert chez nos amis les Allemands.
  
Paulette : En quoi la West Coast est-elle la Best Coast ?
Bethany : Parce que j’ai grandi là-bas ! L’ambiance est décontractée, il fait tout le temps beau et la nature aussi, vraiment magnifique. J’en suis partie pendant un an pour m’installer à New York, pour essayer quelque chose de différent mais la Californie me manquait trop. C’est là que j’ai compris que c’était chez moi et nulle part ailleurs. J’aime la côte Ouest en général, mais la référence de Best Coast c’est la Californie.
 
Qu’est-ce que cela fait de savoir que ton album a été la bande-son de l’été de nombreuses personnes (avec tous les souvenirs qui lui seront dorénavant associés) ?
C’est très sympa, j’ai écrit toutes ces chansons comme une réponse à mon mal du pays. Du coup, quand j’étais à New-York, j’écoutais beaucoup les Beach Boys, The Mamas & the Papas ou les Beatles, tout le début de la pop. Ça me rappelait l’été et l’atmosphère californienne et je voulais faire une musique qui ferait ressentir la même chose. C’est cool que des personnes vivant dans des pays froids, où ils n’ont pas les paysages californiens classiques, avec plages et palmiers, disent que ça le leur rappelle, ça me touche énormément.
 
Ta musique est très influencée par les années 50 et 60, d’où te vient cette passion pour cette époque ?
Oui, c’est vraiment ce qui m’inspire. Quand je vivais à New York, que j’avais le mal du pays et devais lutter contre le froid de l’hiver, je me tournais vers des choses comme les Beach Boys. Ils ont eu une véritable influence sur ma musique. J’ai essayé de faire mon propre son : plus moderne, grungy et punky, mélangé avec les 60’s, les girls groups, la pop en générale de cette période.

 

Comment et en combien de temps l’album a-t-il été enregistré ?
On l’a enregistré à Los Angeles, dans un studio qui s’appelle Black Iris, qui se trouve tout près de là où nous vivons Bob et moi. On l’a enregistré les deux premières semaines de janvier. Les premiers jours on a répété, en essayant de définir ce qu’on voulait vraiment faire et mettre en avant sur l’album. Ensuite, on y était de 8h du mat jusqu’à plus de 3h de la nuit d’après, on passait notre temps à bosser.
 
C’est Lewis Pesacov de Fool’s Gold qui a produit l’album, comment vous êtes-vous rencontrés?
On s’est rencontré via Black Iris où il travaille, on est allé en studio et on a enregistré deux de ses chansons qui sont celles qui ont le mieux marché, (Sun Was High (So Was I) et When I’m With You, ndlr), on a adoré travailler avec lui. Quand on a décidé qu’on était prêt à faire un album, on lui a couru après. On adore travailler avec Lewis, il fait partie de notre top de producteurs, il a beaucoup d’énergie et écoute beaucoup de groupes qui ont influencé Best Coast, on passe notre temps à parler des débuts de la pop ensemble. C’est vraiment chouette de pouvoir travailler avec quelqu’un qui comprend exactement ce que l’on veut faire.
 
Plus jeune, une maison de disques t’as offert un gros contrat que tu as décliné, peux-tu nous raconter ?
Je suis dans la musique depuis que je suis ado mais on ne m’a pas "offert de gros contrat". C’est une légende qui circule, qui est en train de devenir incontrôlable, mais c’est faux. Plus jeune, la musique que j’écrivais ne me passionnait pas vraiment, c’était plus pour tuer le temps. Je débutais dans l’écriture de chansons, des majors sont venues à plusieurs de mes concerts, m’ont remis leurs cartes de visite pour qu’on puisse se revoir, etc. Mais j’étais très jeune, je n’étais pas prête à traverser le monde, à sceller ma vie avec un contrat dans la musique, ça ne me semblait pas le bon moment. Je suis ravie de ne pas l’avoir fait car si j’avais été une pop star à 15 ans, ma vie aurait été complètement différente.
 
Avec ton précédent groupe (Pocahaunted), tu as fait la première partie de Sonic Youth. Comment penses-tu battre ça avec Best Coast ?
Avec Best Coast, on a ouvert pour Weezer, ce qui est évidemment très différent de Sonic Youth, mais c’est ce qu’Ali (Koehler, batterie, ex-Vivian Girls, ndlr) Bobb (Bruno, guitare et basse, ndlr) et moi avons écouté toute notre vie pour ainsi dire. C’est toujours génial de découvrir que quelqu’un que tu considères comme un modèle apprécie ce que tu fais et veux que tu t’impliques.
 
Tu es très active sur ton Twitter et ton blog, te considères-tu comme une geek ?
Non, pas vraiment, c’est juste que je m’ennuie. En tournée tu passes ton temps à attendre, ce qui explique que j’y passe autant de temps mais quand je rentre chez moi je ne suis pas scotchée à mon ordi, j’en profite pour faire tout ce que je ne peux pas faire en tournée.
 
Tu apprécies la proximité qu’il existe entre toi et ton public grâce à internet ?
Oui, dans la vraie vie tu n’as jamais l’occasion de dire bonjour ou merci à tout le monde après les concerts ou au merch’. Donc avec le blog on peut envoyer un message à tous, et les fans se sentent faire partie du truc. Personnellement je n’aime pas parler aux gens, je préfère qu’on me laisse tranquille donc Facebook, Twitter et blog de Best Coast sont le meilleur moyen de m’adresser aux fans sans avoir besoin de leur parler. Comme ça je n’ai pas peur.
 
Qu’est-ce que cela fait de savoir que Snacks, ton chat, qui est sur la couverture de l’album et qui a son propre compte Twitter soit presque plus connu que toi aujourd’hui… et qui est derrière son compte ?
C’est un ami qui s’en occupe quand je m’absente de Los Angeles, mais je ne sais pas c’est venu tout seul, c’est moi qui un jour ai eu envie de poster des photos de mon chat et tout d’un coup il est devenu cette mascotte mondiale, je ne sais pourquoi ! Et après, je l’ai mis sur la pochette de notre album ce qui n’a pas arrangé les choses !
 
En grande fan de Jay-Z et de r’n’b, si tu avais la possibilité de faire une cover laquelle serait-elle ?
Oh, je ne sais pas, ce n’est pas facile comme question… Probablement une chanson de Beyoncé, comme ça je pourrais chanter et avoir l’air cool. J’écoute beaucoup de rap, hip hop et r’n’b, j’aime vraiment ce genre de musique même si cela ne s’entend pas vraiment sur la musique que je fais (rires).
 
C’est assez rare qu’un groupe indie avoue aimer du rap et du r’n’b mainstream, non ?
Sans doute, mais je n’ai pas ce que certains appellent de "plaisirs coupables". Quand j’aime quelque chose je le dis quoique les gens en pensent. Savoir si c’est cool ou pas ça ne m’intéresse pas, si la musique, les paroles, la mélodie sont bonnes je vais aimer la chanson, qu’importe le genre. Quand je dis que j’aime le rap, les gens me disent souvent que ça n’a pas de sens, mais ça n’a pas d’importance, j’aime ce que j’aime, point à la ligne.
 
Quels sont tes projets avec Best Coast ?
On est en train de terminer notre dernière tournée de 2010 en Europe et nous rentrons à la maison pour quelques semaines puis à nouveau une autre tournée début de 2011. Beaucoup de concerts et nous espérons que, quand on aura un peu de répit, on pourra aller en studio enregistrer notre prochain album ou au moins un single. J’écris beaucoup mais c’est compliqué d’enregistrer des trucs quand tu es en tournée pendant cinq mois.
 
Une dédicace à Paulette ?
Longue vie à Paulette !
 
  BEST COAST :: CRAZY FOR YOU
Black Iris

MYSPACE
TWITTER
BLOG

Retrouvez Best Coast dans notre hotte de Noël ici !

  
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW