BULLETIN, QUAND FÉMINISME GÉNÈRE BUSINESS ET SHOPPING

La boutique Bulletin, Union Square, Manhattan

Ali Kriegsman et Alana Branston n’ont pas encore trente ans lorsqu’elles décident de s’associer pour ouvrir les portes de leur premier magasin, à Brooklyn. Leur créneau ? Mettre à l’honneur de jeunes créateurs bataillant pour l’égalité homme-femme et pointant du doigt le sexisme dont notre société est encore et toujours victime. Résultat ? Trois boutiques plus tard, elles frôlent le million et militent pour des causes qui leur tiennent à coeur. J’ai pu les rencontrer et creuser ce business aussi passionnant qu’intriguant à leurs côtés.

Elles m’accueillent entre trois quartons, dans leurs nouveaux bureaux situés à Soho. Je m’attends à des nanas ayant bossé quinze ans dans le marketing avant de s’aventurer dans le hasardeux concept de Bulletin et pourtant… Je me retrouve face à deux jeunes femmes souriantes, à la cool et prêtes à débattre avec moi d’injustices question tampons et de sexisme mal placé dans les entreprises d’aujourd’hui. Elles ont mon âge, elles sont chefs d’entreprise et littéralement passionnées par ce qu’elles font. « On a appelé notre concept Bulletin car c’est une façon pour nous, depuis le départ, de souligner que nous faisons des listes de marques et de projets que nous souhaitons soutenir et défendre » me racontent Ali et Alana.

Un marché dans les rues de Brooklyn pour commencer

Tout commence en 2015, quand Ali et Alana se rencontrent au bureau, dans une startup créatrice de contenu marketing. Le courant passe, elles défendent les mêmes idées et se clament féministes autant l’une que l’autre. Elles ont un point commun, en plus de vouloir militer quotidiennement pour les droits des femmes : elles aiment le business. Les deux amies débutent donc par créer un magazine en ligne, et développent parallèlement des marchés éphémères dans Brooklyn afin de vendre des produits de jeunes créateurs féministes et engagés. Pour modèle économique : un rôle de distributeur avec une frappe de communication bien pensée et des contenus éditoriaux et visuels relayés en ligne. Une partie des bénéfices réalisée sur sur ces marchés est automatiquement reversée à des organismes associatifs… La machine est lancée.

 
 
 
Voir cette publication sur Instagram

Thanks 2 everyone who attended, watched or participated in the Pave Your Own Way panel last night! Here’s me and Alana lookin’ happy ???? ????@katherinepekala

Une publication partagée par Ali Kriegsman (@alikriegs) le 19 Avril 2018 à 12 :25 PDT


Une première boutique bien méritée

En mai 2017, après des mois de travail acharné, Ali et Alana passent à la vitesse supérieure et ouvrent leur première boutique Bulletin à Brooklyn – dans le quartier de Williamsburg. Pas de truc cucul dans le concept store, qui propose par exemple des pins, des bijoux (cf la bague vulve dont on rêve encore et toujours), des objets de décoration clins d’oeil aux femmes les plus inspirantes de notre quotidien – de Frieda Kahlo, en passant par Michelle Obama, Meryl Streep ou encore Beyoncé. Les produits proposés à la vente débordent d’humour, de girl power mais s’avèrent très engagés avec des messages condamnant le sexisme, les misogynes et autres injustices dont sont bien trop souvent victimes les femmes.

Cette fois, les deux entrepreneures proposent aux créateurs souhaitant s’exposer entre leurs murs un deal plutôt simple : chaque designer se doit de payer un droit d’adhésion à Bulletin. Une sorte de loyer chaque mois pour commercialiser ses pièces de façon récurrente. Aujourd’hui, Bulletin compte trois magasins dans la grosse pomme, preuve que le concept cartonne et que les jeunes femmes ont vu dans le mile. Elles viennent par ailleurs d’ouvrir les portes de leur plus grand espace – à Union Square, Manhattan. Une boutique plus rose que rose, où objets, bijoux et vêtements célébrant la femme se succèdent dans un décor badass et franchement bien pensé. « On a toujours voulu entreprendre. Ce qui est génial, c’est qu’on a créé un commerce autour d’un message fort : les femmes sont importantes et doivent avoir confiance en elles. Célébrer la femme au quotidien, soutenir des jeunes créatrices et leur donner leur chance de vendre leurs produits en physique, c’est ce qui nous rend vraiment heureuses de diriger Bulletin » ajoutent-elles avec une pointe d’émotion.

La boutique Bulletin, située à Brooklyn.

Leur priorité ? Rendre leur marchandise accessible afin que le message puisse être largement diffusé. Ainsi, leurs clientes peuvent faire partie de la population locale mais aussi s’avérer touristique. Quand on fait son shopping chez Bulletin, on peut donc aussi bien s’offrir un stickers à trois dollars qu’un t-shirt à 100. Et c’est ce qui plaît, force is female bien sûr. Pour leur magasin situé dans le quartier Union Square, Ali et Alana ont pensé l’espace différemment – si on compare la boutique aux autres lieux investis par ces dernières. Cette fois, le mobilier impressionne mais se veut surtout complètement modulable. Elles veulent pouvoir accueillir de nouvelles marques, de nouveaux produits et souhaitent ainsi avoir la possibilité de réaménager l’espace comme bon leur semble. Et le résultat est franchement chouette. « Quand nos clientes entrent chez Bulletin, on veut qu’elles se sentent comprises et qu’elles aient surtout envie de revenir. Ce sont des boutiques physiques ! Pour nous, ça veut dire inviter des femmes à marcher dans nos espaces, à quitter leurs écrans et à s’offrir une véritable expérience shopping. Elles doivent pouvoir franchir nos portes et sentir que nous avons vraiment oeuvré pour créer une histoire entre ces murs, de sorte à ce qu’elles apprécient cette visite et qu’elles y amènent leurs amies ensuite. Un lieu inclusif, où tout le monde peut se sentir représenté » nous expliquent Ali. Pari réussi, puisque nous avons déjà réitéré la virée shopping chez Bulletin une dizaine de fois, à nous seules.

La machine est lancée

Chaque mois, 10% des bénéfices réalisés par Bulletin sont reversés au planning parental de New York. Dans chaque boutique Bulletin, des animations et recrutements à diverses associations sont toujours en cours. Il est ainsi possible d’aider, par la suite et si on se trouve dans le coin, les équipes Bulletin à militer pour des causes qui leur sont chères auprès d’autres organisations non-lucratives. Préparer des kits visant à lutter contre les MST pour des jeunes femmes n’ayant pas accès à l’éducation par exemple, ou financer des protections périodiques à destinations de celles qui n’ont pas les moyens de s’en procurer. Un beau projet, que Paulette ne pouvait manquer de vous relayer.

La boutique Bulletin, Prince Street, Manhattan

Toutes les infos de Bulletin sont à découvrir sur leur site

> Interview de Margaux Rouche

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.