BOUQUINS : UN HÉROS, DES ÉTUDIANTS ET LE PASSAGER MYSTÈRE

 >Un héros, de Félicité Herzog

Le héros de Félicité Herzog, c’est son père, ce cher Maurice, parti à la conquête du sommet mythique de l’Annapurna en 1950, qui lui permettra de devenir une légende humaine. Comment grandir avec bonheur dans l’ombre d’un homme, séducteur pathologique, qui invite ses enfants au restaurant pour réconforter son image de gendre idéal mais peut ne pas les voir pendant des mois entiers ? Félicité a un frère, qui lui, ne se remettra jamais de cette problématique dévastatrice. Pour se protéger de cette débâcle perpétuelle, devenue adulte, elle se transforme en working-girl au sein du milieu financier international. Heureusement pour nous, Félicité a finalement choisi le monde des mots pour apaiser ses maux. Je vous l’accorde, mon jeu de mots est facile mais complètement approprié, alors je le garde ! Bonne lecture !
 
Un héros, de Félicité Herzog
Ed. Le livre de poche
Sortie le 21 aout
Prix : 6.60 euros
 
 
>Mobiles, Sandra Lucbert
Voici un roman qui fait écho à cette question lancinante qui revient hanter chaque être humain qui doute : Sommes-nous en train de rater notre vie ?. Meta, Raphael, et les autres personnages qui peuplent ce récit entrent dans la vie active…Ou non. Ils ont 25 ou 30 ans et s’usent le moral à espérer boucler une thèse ou devenir comédien en alternant les soirées pâtes sauce à l’eau ou bien arrosées à coup de bières bon marché. C’est comment dire, une situation bien cruelle de se rendre compte que son parcours professionnel ou sa formation universitaire ne permet pas de vivre sa vie telle qu’on la souhaite. On en arrive à ne plus savoir ni comment s’adapter ni comment se révolter. Ceci est le premier roman de Sandra Lucbert et vu la qualité de son texte, je peux dire, sans hésiter, que son chemin de vie est bien littéraire et joli !
 
Mobiles, de Sandra Lucbert
Ed. Flammarion
Publié le 28 aout
Prix : 18 euros
 
 
>Compartiment numéro n° 6, de Rosa Liksom
En gare de Moscou, une jeune Finlandaise s’installe dans le train qui la mènera à travers la Sibérie, puis la Mongolie, jusqu’à la ville mythique d’Oulan-Bator.  Elle aurait dû voyager accompagner mais les aléas de la vie nous jouent parfois de drôles de tours et la voici seule, dans ce compartiment n° 6. Quelques instants avant le départ, un homme la rejoint et s’installe finalement face à elle. Un être rude, si ce n’est brutal, envahi par l’alcool et la violence qui tient à lui conter des histoires réelles et terrifiantes. La jeune femme se réfugie dans ses souvenirs et les tasses de thé avalé d’une manière quasi frénétique pour ne pas céder à la peur face à cet ogre russe, qui tient à partager son intimité la plus sombre. A lire dans un lieu ouvert, loin des petits compartiments de train où on touche le genou de son voisin !
 
Compartiment numéro n° 6, de Rosa Liksom
Ed. Gallimard
Sortie le 5 septembre
Prix : 20 euros

 

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *