BOUQUINS : FIN DU MONDE ET LUTTE DES CLASSES

Photo, Hadrien Hanse

Aujourd’hui Sandrine nous présente ses deux coups de cœurs littéraires du mois. Un témoignage pertinent d’une prof de français et une nouvelle apocalyptique… 

LA LUTTE DES CLASSES, POURQUOI J’AI DÉMISSIONÉ DE L’ÉDUCATION NATIONALE
de Claire Berest
 
Mes Paulette, j’aime beaucoup l’écriture de Claire Berest. Je vous avais présenté ses deux romans que j’ai lus avec grand plaisir. Son nouveau livre n’est malheureusement pas romanesque car c’est un témoignage choc et abrupt de son expérience de professeur de français dans un collège situé dans une zone d’éducation prioritaire. Enseigner le français était son rêve.

Ce livre raconte comment elle l’a réalisé et comment il s’est transformé en cauchemar : des classes hostiles à toute forme d’autorité, la peur au ventre quand on parlemente face à des ados menaçants qui dépassent les 1m80, les surveillants et les sorties parascolaires qui sont devenus quasi-inexistants, des élèves en échec scolaire depuis des années qui ne redoublent pas car il faut faire des économies, les photocopieurs qui ne fonctionnent plus depuis des lustres, la machine à café de la salle des profs ; ultime réconfort de collègues au bout du rouleau, qui propose des cappuccinos tièdes.

 
Ce témoignage, nécessaire, m’a rendue triste, car tous ces professeurs qui jouaient au maître d’école dans leur chambre, au milieu de leurs peluches, en portant fièrement un tee-shirt avec une image de Mickey ou de Donald ; se retrouvent aujourd’hui englués dans un quotidien brutal et sombre…
 
La lutte des classes,
Pourquoi j’ai démissionné de l’éducation nationale
Claire Berest
Paru le 9 mai
Léo Scheer
15 euros
 

LA FIN DES JOURS
d’Alessandro de Roma
 
Turin, dans un futur proche. Giovanni Ceresa, la petite quarantaine, est professeur de lycée et n’a jamais quitté le domicile familial qu’il partage avec son père, qui n’a plus toute sa tête. C’est du reste le cas de nombreux habitants, qui perdent peu à peu la mémoire et ne soucient plus que de vivre au jour le jour, dans une ville envahie par des bandes de clochards violents, et par les jeunes marginaux d’une secte apocalyptique. Secte dont fait également partie Carla, la sœur de Giovanni ; qui, victime d’un pédophile lors d’une enfance saccagée, a perdu toute notion d’humanité. Elle s’est transformée en prédatrice et assume des actes de cannibalisme.
 
Giovanni alimente son besoin de réconfort en ayant une obsession pour le chocolat chaud, instantané et crémeux ; il peut en avaler plusieurs tasses par jours et n’est jamais rassasié. Pour apaiser ses angoisses, il rend visite à son seul ami, Winnie, qui est loin d’avoir l’état d’esprit de son homonyme qui collectionne les pots de miel. Ensemble, ils commandent des chats anti-courants d’air en tissu où fantasment d’équiper leur cuisine d’un éplucheur à kiwi.
 
L’emploi du temps de Giovanni paraît complètement pathétique mais face au chaos, il n’y a plus aucun jugement réaliste qui peut résister et survivre. Giovanni a peur. Il se protège en se gavant de junk-food et en oubliant son corps devant la télévision des heures durant, jusqu’à ce qu’un sommeil lourd le plonge dans des cauchemars sans fin. Giovanni est courageux. Il s’occupe de laver son père qui est incontinent et recherche, au péril de sa vie, des voisins disparus qui étaient chers à son cœur. Pour bien résumer ses deux faces, Giovanni est un être humain; peut-être le dernier qui réside en Italie du Nord.
 
En tant que lecteur, on est très vite en empathie avec ce personnage qui lutte jusqu’au bout pour préserver son intégrité physique et morale face à une fin du monde abominable et sanguinaire, d’autant plus funeste, car provoquée par des hommes parfaitement bien sous tous rapports, selon l’expression consacrée…
 
La fin des jours 
Allessandro de Roma                                                       
Paru le 13 avril
Gallimard
22 euros
 
SURPRISE
 
Paulette te fait gagner 2 romans d’Alessandro de Roma. Les gagnants seront tirés au sort parmi la bonne réponse à la question suivante :
Quel est le titre du premier roman d’Alessandro de Roma ?
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *