BETTY COLLS, UNE PIÈCE HORS DES SENTIERS BATTUS


Il y a une ambiance vintage, nouvelle vague, dans "Betty Colls".
 
Paul Jeanson, l’auteur, raconte avec poésie l’histoire de deux, puis de trois amis qui errent dans Paris. Il manie avec virtuosité la langue, les mots pour nous offrir une écriture toute particulière, très personnelle et qui semble venir directement des tripes. De café en ruelles, de hasard en rencontres, les personnages cherchent à vivre et à provoquer, l’incongru, l’inattendu, l’étrange. Comme les enfants, ils craignent l’ennui et étouffent dans la nuit la monotonie de leur existence. Mais cette envie passionnée d’avancer, de prendre tout ce que la vie leur propose comme une opportunité,  va les pousser à commettre l’irréparable….
 
> À mi-chemin entre Jules et Jim et Orange Mécanique
 
Paul Jeanson mêle brillement humour et amour, hasard et destin, désir et danger. Il traite aussi bien du sentiment amoureux et du romantisme le plus déjanté que de la violence la plus noire et la plus gratuite. Il pousse les personnages dans des situations extrêmes, parfois malsaines mais toujours avec une certaine élégance, pour leur permettre de ressentir des émotions variées. Le trio, Arisky, Henry et Betty, rappelle celui de Jules et Jim  par leur relation presque incestueuse. Leur désir de cruauté fait aussi référence à Orange Mécanique ou encore à Bonnie and Clyde.

 
> Des graines de talents à suivre de près
 
Les quatre jeunes comédiens interprètent des personnages fantasques avec brio.
Bravo à Ophélie Clavie qui, dans une longue tirade sensuelle, évoque les plaisirs charnelles avec intensité. Bravo encore à Bastien Bernini pour son originalité et sa puissance, à Paul de Launoy pour son humour et sa générosité et à Sophie de Fürst pour sa fraîcheur et sa belle voix. Et bien sûr, félicitations à Paul Jeanson pour son texte qui sort des sentiers battus, et qui ose cette mise en scène épurée mettant en avant sa poésie !
 
C’est un spectacle sur la liberté, sur les désirs profonds et inavouables.
 
Bonus : les comédien/nes, sont beaux, jeunes et les costumes très attrayants – surtout la petite robe rouge de Betty Colls, référence à celle d’Anna Karina dans Pierrot le fou.
 
Informations pratiques
Représentation jusqu’au 19 mai. Dépêchez-vous !
Du mercredi au samedi – 21h30.
Le dimanche à 17h30 

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

NOUVEAUX.LLES LEADERS N°48

CONNECT & FOLLOW