BEHIND THE SCARS, LE PROJET LONDONIEN QUI FAIT RIMER CICATRICES ET BEAUTÉ


Emouvantes et puissantes, les photos réalisées par une jeune artiste magnifient en un clin d’oeil les imperfections de ses mannequins. 

Du haut de ses 24 ans, Sophie Mayanne a décidé de s’attaquer à un sujet de taille : les standards de beauté. Elle s’arme de son appareil photo pour créer des clichés qui mettent en avant les cicatrices de ses modèles, et ainsi raconter les histoires qui se cachent derrière ces blessures avec poésie. Car pour Sophie, ce que la société caractérise d’imperfections est en réalité ce qui nous rend véritablement unique, des marques que l’on devrait dévoiler plutôt que camoufler. « Depuis toute jeune, je suis fascinée par ce qui nous rend différents des uns des autres, en particulier les choses inhabituelles. Mon intérêt pour les imperfections est né de là. Chaque cicatrice a une histoire cachée », confie-t-elle lors d’une interview pour Dazed.




Parmi les mannequins d’un jour qui ont accepté de poser pour la photographe, on retrouve Rime, qui a subi une mastectomie suite à un cancer du sein, Consuelo, qui s’est brisé les deux jambes lors d’un accident de voiture à 13 ans, Lizzie, qui lutte avec l’automutilation depuis longtemps, ou encore Sylvia, brûlée à l’âge 3 ans. 


« Je pense que c’est simplement les histoires, qu’elles soient physiques ou émotionnelles, qui m’ont donné l’idée de cette série sur les imperfections et sur pourquoi la société les considère comme telles. Il s’agit donc de mettre en scène la perception des cicatrices, et toutes les réactions qu’elles encourent », poursuit Sophie Mayanne. Une série de portraits qui bouleverse, sans manquer de sublimer les corps de ceux qui portent ces cicatrices au quotidien. 

> Article de Pauline Machado

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.