BALLE DE MATCH


Venus de l’ouest hexagonal, c’est désormais à Paris que les 4 garçons de We Are Match vivent ensemble, jouent et composent, élaborant entre amis des mélodies fraîches et progressives. De Damon Albarn à Trent Reznor, le quatuor créé un son singulier qui combine les goûts musicaux des 4 membres. Jeu, set et Match.
 
Paulette : Dites-nous les garçons, comment l’aventure a-t-elle commencé ?
On est tous des amis d’enfance, on s’est connu en dessinant sur les murs à l’école. On s’est tourné vers la musique à différents moments de nos vies, on expérimentait tous de notre côté, dans des styles parfois très opposés… À la fin de l’été dernier, on s’est tous les 4 retrouvés dans une ferme au milieu de nulle part pour jouer ensemble, le groupe s’est formé très naturellement, on s’est demandé pourquoi on n’avait pas fait ça avant.
 
Pouvez-vous nous décrire votre premier EP en quelques mots ?
Il s’appellera Relizane, il est comme un marque-page pour nous, il photographie notre musique, notre manière de penser à cet instant. C’est un ensemble de couleurs, de textures et d’émotions que nous avions envie de transmettre, on l’a voulu le plus éclectique possible afin de pouvoir tous nous y retrouver.

Et votre morceau favori dans cet EP ?
Chacun a sa chanson préférée sur l’EP, mais Dying Kings c’est un peu particulier, c’est le premier morceau que l’on a composé et enregistré ensemble. La chanson dure 6 minutes, il s’y passe beaucoup de choses… On se retrouve tous à un moment dans cette chanson, chacun a apporté sa pierre à l’édifice.
 
"Notre crédo c’est la synesthésie, les images mentales,
le fait d’associer des couleurs à la musique"
 
Quel est votre truc à vous quand vous composez ?
Nous sommes très intéressés par la synesthésie, les images mentales, le fait d’associer des couleurs à la musique, on essaye de travailler chaque morceau avec de nouvelles couleurs. Et on essaye aussi de s’amuser en jouant, surtout.
 
Vous êtes montés sur scène pour la première fois le 19 mars dernier, comment était votre état d’esprit à ce moment ? 
C’était merveilleux, on avait presque tout gardé pour nous depuis le début et on voulait vraiment savoir comment les gens allaient recevoir notre musique. On avait un peu peur, mais aussi l’envie d’en découdre enfin. On a eu de la chance, l’attention était grande et le public a très bien réagi. On se retrouvait pour la première fois sur scène tous les 4 avec en plus Jim notre batteur, on était tout simplement heureux.
 
Qu’est-ce que vous faites quand vous ne faites rien ?
On habite tous ensemble alors c’est un peu difficile de ne rien faire, il y en a toujours un pour secouer les autres ! C’est toujours convivial, Gwen cuisine souvent, on joue à Mario Kart sur GameCube, on adore la blague, on la pratique beaucoup… On sort quand il fait beau, on se fait des bonnes soirées, des expos, des concerts à Paris. On a aussi l’occasion d’aller dans la fameuse ferme loin de tout, là-bas, on est coupés du monde, c’est le meilleur endroit pour ne rien faire, mais aussi pour composer.
 

 
L’album que vous écoutez le plus en ce moment ?
Modest Mouse – Good news for people who love bad news. Il tourne en boucle dans notre appart.
 
Qu’est-ce qui vous fait rire ?
Gwen parce qu’il fait des choses incroyables parfois.
 
Une chose que vous détestez ?
Gwen parce qu’il fait des choses incroyables parfois.

 
Quels sont vos TOCs/vos fixettes ?
Remettre les CD dans les boîtes, ne pas se tromper de chargeur pour les instruments électroniques (on a fait fumer un synthé la semaine dernière, depuis on fait gaffe) !
 
L’humiliation suprême pour vous, ce serait quoi ?
Gaz Coombes qui fait la première partie de Two Door Cinema Club début juillet à Paris, c’est un peu triste quand on voit tout ce qu’il a fait avec Supergrass…
 
Une chanson un peu honteuse que vous écoutez ?
 
Une personne que vous aimeriez rencontrer ?
Bill Murray !
 
Au contraire, une personne que vous n’aimeriez jamais croiser ?
Mike Tyson…
 
Si vous étiez un personnage de dessins animés ça serait qui ?
Nicky Larson !
 
Une question que vous auriez aimé qu’on vous pose ?
J’ai ressenti un certain védutisme dans votre musique. Pourriez-vous expliquer l’assimilation que l’on peut faire entre MATCH et la peinture vénitienne du 18ème siècle ?
 
Une dédicace à Paulette ?
Je crois que je suis amoureux de toi Paulette.
 
WE ARE MATCH :: RELIZANE (EP)
Sortie le 21 octobre
 

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *