BAL : DYSTOPIA FILES

Dystopia Files, Mark Tribe, 2010
 
Dans le cadre de la programmation Hors les murs du BAL : "Anonymes, USA", Nicole Brenez et Pascale Cassagneau proposent un regard expérimental autour de cette idée si mystérieuse, si compliquée qu’est l’anonymat.

Au sein de cette programmation est projeté le 6 novembre à 11h Dystopia Files de Mark Tribe, montage vidéo de 30 minutes réalisé en 2010 sous différentes formes.

Dystopia Files c’est d’abord une installation qui s’est tenue au DeCordova Museum and Sculpture Park, à Lincoln, aux États-Unis. Cette installation, tout comme le montage vidéo conçu spécialement pour la programmation du BAL, est tirée d’images d’archives de manifestations. Ces images proviennent autant des policiers, des manifestants que des journalistes et plasticiens présents lors de ces manifestations. À partir de cette banque d’images, Mark Tribe propose de décontextaliser ces traces pour ne plus penser l’image comme un événement mais comme une performance. Par ce renversement, les groupes en lutte deviennent le sujet central des images.

Bien qu’il ait longtemps été impliqué dans la contestation politique en tant que participant, c’est en tant qu’artiste que Mark Tribe a choisi de s’intéresser aux manifestations politiques comme un objet d’investigation formelle. Il s’est d’abord arrêté sur les aspects performatifs des protestations, mais aussi sur la nature ritualisée des conflits entre la police et les manifestants, et sur le fait que la vidéo soit utilisée pour documenter ces représentations publiques. Il est intéressant de voir que lors de ces événements, chaque groupe apporte ses caméras et joue son rôle. En rassemblant une grande quantité de vidéos de manifestations provenant de différentes de sources, Mark Tribe propose une recherche sur l’esthétique et la logique visuelle de ces traces. Son but n’est pas de présenter ce matériel d’archive comme film de cinéma, mais plutôt de mettre en scène une intervention performative au sein même du cinéma.

En cela, Dystopia Files est documentaire, car Mark Tribe propose d’y réfléchir l’esthétique même de la trace. En partant de la volonté d’assembler des matériaux selon un ensemble clair de sélection : se concentrer sur des clips vidéo qui illustrent les conflits entre la police et les manifestants dans les rues des États-Unis et au Canada depuis 1999, Mark Tribe présente ces traces de manière à attirer l’attention, à travers les formes symboliques de montage, d’installation et de performance, sur des caractéristiques plastiques et sociales que révèlent ces traces comme les qualités performatives et de rituels des manifestations contemporaines. Des documents ordinaires, "ingrats", selon Nicole Brenez, entrent en plein cadre, en plein champ pour s’arrêter sur la question centrale de ces mouvements : celle du corps, de la confrontation des corps, de leur mise en espace. 



N.D.A. : Cet article a pu être rédigé grâce à un échange avec Mark Tribe qui a répondu avec rigueur et profondeur à toutes mes questions, je tiens à le remercier.

   DYSTOPIA FILES :: MARK TRIBE
   Vidéo performance avec le compositeur et musicien
   Frédéric D. Oberland

   LE BAL
   Cinéma HORS LES MURS – "ANONYMES USA"

   En partenariat avec le Cinéma des cinéastes 
   (métro place de Clichy)  

   LE 6 NOVEMBRE – 11h

 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *