De plus en plus, la notion de « bien manger » s’invite dans les assiettes. En effet, mettre la main à la pâte et mitonner de bons plats homemade s’avère être une véritable passion pour certains Français. Bonne nouvelle : en un clic, le savoir-faire, les recettes et les tips les plus croustillants des chefs sont accessibles. On lève le voile sur la crème de la crème des cours de cuisine online.

MasterClass : un brassage culinaire & multiculturel

Chez MasterClass, on recense du contenu en streaming, en survolant une multitude de thèmes allant de l’écriture, à la musique, sans oublier la cuisine. De ce coté-ci, les vidéos inspirantes et qualitatives permettent aux cuistots dans l’âme de découvrir les faces cachées de la mixologie avec Lynnette Marrero et Ryan Chetiyawardana ou encore de confectionner les plats de la mamma, dans un élan contemporain avec le maître italien Massimo Bottura.

Au niveau du prix, l’abonnement annuel est à 200 euros et donne un accès complet à toute la plateforme et son contenu.

Pour les amateurs de TopChef : Le Programme Mentor by Philippe Etchebest

On ne le présente dorénavant plus, le chef étoilé et Meilleur Ouvrier de France Philippe Etchebest est bien connu du petit écran. L’idée de la tête toquée avec Le Programme Mentor ? Proposer un package complet comprenant une méthode d’organisation, des conseils sur l’équipement essentiel et des fiches recettes détaillées pas-à-pas. A nous les ravioles de fromage surplombées d’un œuf poché et arrosées d’un bouillon de légumes ou encore le moelleux au chocolat et son cœur fondant. On en bave déjà…

La cerise sur le gâteau ? Cette formation ludique et interactive est entièrement gratuite. Et promis, on ne raconte pas de salades !

Foodtube : le cours So British signé Jamie Oliver

Jamie Oliver se hisse sans doute comme l’un des chefs préférés de Grande-Bretagne. Ce qui fait sa renommée auprès du grand public ? Sa simplicité, sa créativité et sa bonne humeur sans bornes.

Après des recueils de recettes ou des shows télévisuels, l’homme des fourneaux s’est lancé dans la folle aventure YouTube, en dégainant sa chaîné dénommée Foodtube. Il y partage des centaines de recettes et conseils sur les découpes ou les techniques de base. Faire une julienne de légumes ? Réaliser un œuf poché ? Mitonner des œufs brouillés ? Grâce à Jamie Oliver, ces réalisations n’auront plus de secrets pour nous.

I-Chef : une échappée pluridisciplinaire par l’atelier des Chefs

L’objectif d’i-Chef ? Concocter et expliquer des recettes en live et en stéréo devant les apprentis cuistots. Chevronné ou expert dans l’art de la livraison, on trouvera forcément de quoi pimper les repas du quotidien, en fouillant dans ce grimoire de plus de 1600 recettes.

Le leitmotiv de l’atelier des Chefs demeure avant tout la promotion d’un mode de vie sain combinant plaisir et santé, tout en s’accommodant au rythme des saisons, aux régimes variés, et aux bourses de chacun.

Ces mets healthy et appétissants sont disponibles en optant pour un abonnement tout doux de 3 euros par mois.

L’excellence culinaire est dorénavant à portée de main : on sort son smartphone, sa tablette ou son ordinateur et on est parti.e.s pour une séance gourmande et animée !

A la Maison, l’ouvrage gourmand et 100 % caritatif s’est avéré être un best-seller chez les cuisiniers amateurs. Victoire Loup et Human Humans remettent le couvert avec Cuites. Une bonne dose de partage, de bonne-humeur et de gloutonnerie est au rendez-vous. Prêt·e·s à devenir the cordon-bleu de la maison ?

Un casting de chef·fe·s renversant

On en avait toujours rêvé : connaître les secrets les plus inavouables des têtes toquées. C’est chose faîte avec Cuites, un recueil empli de 60 recettes, dans lequel les spécialistes des fourneaux mettent les pieds dans le plat en revenant sur une soirée inoubliable. Chacun·e ajoute à cela sa préparation gourmande et magique, garantie anti gueule de bois.

C’est bien tout le parterre culinaire français qui vient apporter sa contribution à ce livre bouillonnant : chef·fe·s étoilé·e·s, Meilleurs Ouvriers de France et restaurateur·trice·s aux good vibes. En guise de préambule, pour se mettre l’eau à la bouche, voici quelques recettes bien saucées : les spaghetti di mezzanotte de Giuseppe Passerini, le bacon and egg muffin de Greg Marchand ou le croque-monsieur de Jody Williams.

La cerise sur le gâteau : la recette de la tarte du lendemain by Philippe Conticini

Détails de la recette : 
Pour 1 personne
Temps de préparation et cuisson : 2 heures
Temps de repos : 4 heures

INGRÉDIENTS

Pâte sucrée 
250 grammes de farine
1 œuf
1 citron vert 
30 grammes de poudre de noisettes brutes 
120 grammes de sucre glace
125 grammes de beurre 
1 pincée de fleur de sel 

Crème coco-noisette
6 grammes de poudre de noisettes brutes 
4 grammes de sucre glace
1 goutte d’arôme de coco grillé 
5 millilitres de lait de coco 
6 grammes de beurre 

Coings pochés
70 grammes de coings 
1 anis étoilé
1 bâton de cannelle
87 grammes de sucre semoule
125 millilitres d’eau

Compote pommes-poires-coings
40 grammes de pommes 
40 grammes de poires
1 cuillère à café de jus de citron vert 
1 pincée de fleur de sel 

Chantilly coco grillé 
3 grammes de poudre de dattes
2 gouttes d’arôme de coco grillé
3 grammes de sucre semoule 
40 millilitres de crème liquide
6 grammes de mascarpone 

Finitions
1 cuillère à café de miel
Quelques éclats de caramel

MÉTHODE

Commencez par préparer la pâte sucrée. Pétrissez, à vitesse lente, le beurre pommade à l’aide d’un batteur plat, puis incorporez petit à petit le sucre glace en continuant de battre. Ajoutez ensuite la poudre de noisettes et le zeste de citron vert. Mélangez à nouveau, en veillant à racler les parois du bol avec une spatule pour bien ramener la préparation vers le centre de la cuve. Ajoutez alors l’œuf puis la farine et la fleur de sel. Le mélange doit se faire en deux fois et très rapidement. Terminez en pétrissant la mixture en trois ou quatre ultimes mouvements. Ramenez l’ensemble de la pâte avec un ustensile. En vous farinant les mains, décollez la pâte petit à petit et formez une boule. Couvrez le bol avec du film alimentaire, puis mettez-le au réfrigérateur pendant 4 heures afin que tous les arômes se développent. La pâte sera encore meilleure préparée la veille.

Préparez la crème coco-noisette. Dans un bol, mélangez au fouet le beurre pommade avec le sucre glace. Ajoutez la poudre de noisettes, puis la crème de coco et l’arôme de coco grillé.

Effectuez le sirop de pochage des coings. Dans une casserole, portez à ébullition l’eau, le sucre semoule, l’anis étoilé et le bâton de cannelle. Ajoutez les coings taillés en cubes de 1 cm3 puis couvrez la casserole pour les pocher à feu doux, jusqu’à ce qu’ils soient fondants.

Épluchez et coupez les pommes et les poires en morceaux en retirant le trognon. Placez-les dans une casserole avec un fond d’eau, couvrez et faites compoter à feu moyen pendant 7 minutes. Enlevez le couvercle, ajoutez 40 grammes de coings pochés, puis faites chauffer pour laisser s’évaporer toute l’eau en remuant constamment. Ajoutez le jus de citron vert et une pincée de fleur de sel.

Pour préparer la chantilly coco grillé, réfrigérez au préalable un saladier et la crème liquide. Montez une chantilly souple en fouettant tous les ingrédients dans le saladier froid à l’aide d’un batteur à vitesse rapide. Réservez au frais.

Étalez la pâte dans un moule à tarte de 3 millimètres d’épaisseur et 7 centimètres de diamètre. Dans le fond de la tarte, étalez la crème coco- noisette, puis parsemez de 25 grammes de coings pochés. À l’aide d’un ustensile, réalisez un dôme avec la compotée pommes-poires-coings. Faites des quenelles de chantilly en vous servant de deux cuillères à soupe, et dressez en rosace sur le dôme de compotée. 

Faites caraméliser les 5 grammes de coings pochés restants dans une poêle bien chaude avec 1 cuillère à café de miel. Laissez refroidir puis décorez la tarte avec ces cubes de coings caramélisés, et quelques éclats de caramel.

Séduit·e·s ? L’ouvrage disponible à partir du 10 novembre est à commander juste ici.

Ça y est, le compte à rebours est lancé : dans quelques jours, les vacances de la Toussaint seront officiellement proclamées. L’idéal pour faire le plein de good vibes jusqu’aux congés de Noël. On quitte la fourmilière parisienne, direction des lieux insolites nichés au cœur de la nature. On ferme les yeux et on se retrouve perché en haut d’une cabane, au centre d’un vignoble ou face à la mer. A la rédac’, on a dégoté la crème de la crème pour un séjour version naturel & sauvage.

Une Odyssée bien iodée : Gruissan

Nul doute que cette ville saura en un rien de temps séduire les férus de plaisirs simples et de Slow life . En quelques kilomètres de voiture, s’aventurent devant nos yeux ébahis : falaises habillées de pousses verdoyantes et entourées de fleurs et d’herbes aromatiques. A-t-on évoqué la mer bleu azur en arrière plan ?… On l’aura compris, il s’agit du spot idéal pour se ressourcer et s’imprégner de bonnes ondes !

On prolonge le rêve éveillé avec le bon plan de la rédaction : on commence par louer le Chalet du Papa, à quelques enjambées seulement de la plage des Chalets. L’intérieur y est décoré avec goût, dans des tonalités neutres rehaussées d’une bleu canard, non sans rappeler un esprit plages de Malibu.

Ensuite, parce que le ventre gargouille, on se rue au Paparazzo et au Mamamouchi, deux enseignes où les maîtres-mots demeurent générosité et farniente. Le naturel et la bonhomie des équipes se lisent dans les assiettes ô combien gourmandes et régressives.

Le petit plus : des préparations maison au sourcing de qualité.

Une escapade haut perchée : Coucoo Cabanes

Fouler l’entrée de ce domaine revient à s’immiscer dans une bulle de bonheur, comme coupé du monde. En plein milieu d’une végétation luxuriante, on retrouve au sein des cabanes tout le confort nécessaire : eau, électricité, salle de bain avec douche.

Le noyau dur du projet : la relaxation et le prélassement, notamment avec le bain nordique chauffé des cabanes spa.

Le must : miser sur une démarche éco-responsable, en totale adéquation avec le paysage environnant. Matériaux utilisés, minimisation de la consommation et revalorisation des circuits courts et de la production à l’échelle locale : voilà les ingrédients d’un succès made in Coucoo Cabanes.

Une échappée au cœur des vignobles : coup 2 Foudres

Avis aux amateurs du breuvage préféré de Bacchus : cette escapade signée Seguin Moreau est faite pour vous !

Le pitch : s’imprégner du savoir-faire viticole en séjournant au sein de « Foudres« , au style contemporain et cosy. Dans le jargon, ces dernières correspondent à d’imposants tonneaux particulièrement utiles dans la vinification des vins.

Nous voilà donc partis pour arpenter la région de Saint-Emilion de façon inattendue, en se rapprochant du fruit violacé une fois la nuit tombée.

Un séjour en mode bucolique & écologique : La ferme du Marais Girard

La ferme du Marais Girard, c’est l’histoire de deux passionnés de la terre chargée d’histoire. Dans une dynamique écologique et responsable, ils ont su redonner vie à une ferme côtière du littoral vendéen.

Plusieurs alternatives s’offrent aux aventuriers en matière de logement : villas ponton, villa serre (la petite dernière) et enfin des studios nichés dans le logis rénové !

Le parti-pris est lisible jusque dans les espaces communs, avec la piscine écologique, le séchoir et le comptoir réhabilité comprenant un salon de thé et une épicerie bio.

Tous les ingrédients sont réunis, dans l’optique de passer un séjour idyllique loin de la frénésie parisienne !

La semaine dernière, suites aux mesures gouvernementales, les restaurateurs ont dû repenser une organisation jusque-là bien assise et appréciée des frenchies. Couvre-feu à 21 heures ? Qu’à cela ne tienne, on dégaine un early dîner ! Nos adresses chouchoutes aménagent leurs plages horaires avec un service spécifique en soirée et de possibles offres inédites en journée. L’objectif ? Que le patrimoine culinaire français continue de rayonner et de nous faire vibrer. On fait le point.

Un dîner en mode Paulette in ParisLe Choupinet

Le Choupinet s’est immanquablement hissé comme l’un des spots les plus appréciés de la jungle urbaine parisienne. En plein cœur du quartier latin et à seulement quelques enjambées du jardin du Luxembourg, il bénéficie d’un emplacement de choix. A l’intérieur, végétation luxuriante et style industriel s’unissent, dans l’objectif de concevoir un lieu moderne où il fait bon vivre.

A l’heure du souper, on commence par s’enivrer d’une réconfortante crème froide de choux fleur. Puis, happé·e par l’odeur alléchante des mets de la rôtisserie Choupinet, on ne résiste pas au charme d’un demi poulet rôti croustillant et moelleux, accompagné de frites maison. Pour clore ce repas, on se délecte avec un régressif pain perdu brioché.

Côté horaires : ouvert de 8 heures à 20 heures.

Une échappée partagée – Terra

Ce que l’on apprécie dès l’entrée de Terra, c’est l’imposante cuisine ouverte, assurant aux hôtes une ambiance feel good ! Jean His fait tinter les casseroles, en misant sur une cuisine décomplexée, inventive et de saison. Le petit plus ? Le plat de résistance est concocté pour deux personnes, entraînant un max de convivialité.

Les recettes sans cesse renouvelées invitent à la découverte perpétuelle et à l’épanouissement des papilles. Au menu par exemple : une burrata ultra-crémeuse arrosée d’un pesto d’oseilles et pimpé de truffe ; un bœuf maturé grillé entouré d’une purée et rehaussé d’une sauce diable ; et enfin, une crème légère au café twistée avec un agrume et des biscuits croquants.

Côté horaires : uniquement le week-end de 12 heures à 19 heures.

Une escapade méditerranéenne – Grand Café d’Athènes

Sous la houlette de Chloé et Benjamin, ce lieu dénommé Grand Café d’Athènes promeut au mieux le patrimoine culinaire grec. Ici, on mise sur un sourcing de qualité, du fait maison et des recettes traditionnelles modernisées, le tout dans la joie et la bonne humeur (méditerranéenne) !

Au programme des réjouissances culinaires, on se laisse volontiers tenter par des mezzés à partager en bande (tout en respectant la limite de 6 personnes) à l’instar des Spanakopita, de succulents chaussons fourrés aux épinards, aux herbes fraîches et à la feta. En guise de plat, on chavire pour un poulpe fondant marié à des pommes de terre tièdes. On termine sur une note douce et légère avec le yaourt grec glacé au miel de thym et son granola vert.

Côté horaires : tous les jours de 18h30 à 21 heures.

Une envolée étoilée – La Dame De Pic Paris

Meilleure femme cheffe du monde, Chevalier de la Légion d’honneur et plusieurs fois cheffe de l’année : Anne-Sophie Pic demeure un pilier du parterre culinaire français et international. C’est dans son restaurant gastronomique parisien La Dame de Pic au décor raffiné, pur et élégant qu’elle signe un menu inédit en accord avec le couvre-feu et intitulé « couvre chef« .

Pensée en trois séquences, on aborde cette balade enchanteresse et florale avec l’un des plats signatures de la chef : le berlingot au camembert fermier, baignant dans un consommé de tomates infusé au géranium et au café. On jettera ensuite notre dévolu soit sur un barbu pour les amateurs de poisson, soit sur un pigeonneau pour les friands de viande. On finit cette escapade sur une touche de fruit, en découvrant une somptueuse poire Williams pochée.

Côté horaires : accueil entre 18h45 et 19 heures, pour un départ avant 20h15.

De quoi se régaler et émoustiller les papilles des gourmets, tout en revenant chez qoi dès que les 12 coups de 21 heures sonneront !

Le Refugee Food Festival remet le couvert pour une cinquième édition. Au programme : de la découverte, du partage et surtout beaucoup de gourmandise. Bien plus qu’un simple évènement, il s’agit d’une ode à la convivialité et à l’appréciation de patrimoines culinaires différenciés. Intrigué.e ? On n’attend plus et on lit ce qui suit !

Refugee Food Festival : késako ?

Contrairement à ce que sa dénomination laisse présager, le Refugee Food Festival ne se limite pas à un évènement annuel. Ce temple de la food se scinde en cinq pôles : à l’event se greffent un restaurant d’insertion prénommé La Résidence et situé au Ground Control ; un service traiteur ; une formation en cuisine et des évènements gourmands en continu durant l’année.

Le noyau dur du projet : contribuer à l’évolution positive des mentalités sur les réfugié.e.s, booster l’insertion professionnelle de pépites en devenir et rassembler les individualités multiples, tout ça à travers le prisme de la table.

La saison 2020 : un festival automnal

Habituellement orchestrée lors de la Journée Mondiale des réfugiés, l’édition 2020 organisée dans 15 villes de l’hexagone se voudra cette fois automnale. Le principe demeure le même : une cinquantaine de cuisinier.e.s réfugié.e.s feront tinter les casseroles dans les cuisines de restaurateur.ice.s français.e.s.

Et pour les food lovers se trouvant sur la capitale, voici le lieu coup de cœur où se réfugier le temps de quelques bouchées. On réserve son 24 octobre (à partir de 12h) chez Polpo, avec aux manettes de cet embarquement vers l’Amérique du Sud : Yann Lesueur et Luis Angel Ramirez Gamarra, chef refugié péruvien. Au bout de la fourchette : un ceviche à vous émoustiller le palais, une paëlla aux fruits de mer et, pour les becs sucrés une création au Dulce de Leche.

Plus une minute à perdre, embarquement immédiat vers une Odyssée gustative en cliquant par ici.

Quand on change de saison, il prend souvent aux féru·e·s de décoration la lubie de dépoussiérer leur intérieur à coup de babioles dans l’air du temps. Ça tombe bien, avec l’arrivée de l’automne les combinaisons possibles se multiplient, pour conférer à sa maisonnette une influence chaleureuse et cocooning. Tour d’horizon des trouvailles décoration de la rédaction !

Habiller ses assises

Peu importe la teinte du canapé ou des fauteuils, on recouvre le tout de couvertures et plaids aux coloris chauds et aux matières douces et réconfortantes. L’objectif ? Raviver la flamme de son mobilier et n’avoir qu’une envie : s’emmitoufler dedans, une tasse de chocolat chaud à la main.

Vivifier son sol

On pense souvent à parsemer les murs d’objets décoratifs, mais qui dire de ce qui se trame sous nos pieds ? Investir dans un imposant tapis apportera à la pièce principale un supplément d’âme, surtout une fois la page été tournée. Néanmoins, trouver la perle rare n’est pas une mince affaire…

Pour cette raison, voici les tips de la rédaction : jouer sur les textures et les motifs (ethniques, géométriques et arrondis) & miser sur un panaché de tonalités chaudes à l’instar de l’ocre ou du pourpre, elles-mêmes entrecoupées d’un bleu nuit ou d’un blanc cassé pour harmoniser.

Faire main basse sur des objets chinés

Qui a dit qu’une belle vaisselle devait obligatoirement sortir flambant neuve d’un magasin ? De plus en plus, les services chinés ont le vent en poupe. On se prend facilement au jeu de donner une seconde vie à ces contenants chargés d’histoire.

L’idéal pour une tablée spéciale Thanksgiving : installer sur une table en bois brut ou une nappe couleur sable des assiettes au style Belle Époque ainsi que des couverts cuivrés.

Confectionner une composition florale automnale

En termes de composition florale, le champs des possibles est ouvert, et ce, quelle que soit la saison mise en lumière. Bien évidemment, à l’approche d’Halloween on plante le décor avec une flanquée de cucurbitacées aux gabarits différents. On les accompagne de quelques bougies aux senteurs gourmandes et boisées. Et bien évidemment, on termine avec de belles fleurs séchées, à l’image des grappes de blé.

De quoi pimper son intérieur en mode cosy !

Ça y est, les chapeaux, maillots de bain et autres accessoires estivaux ont retrouvé le banc des oubliés dans le placard. Il est dorénavant temps de se réchauffer et de s’emmitoufler dans des vêtements et autres laines douces et réconfortantes. Le moral dans les chaussettes ? Pas de panique, l’automne détient lui aussi son lot de belles surprises, pour rayonner même en temps de pluie.

Les tonalités empreintes de chaleur

La robe automnale se pare d’un panaché de teintes : ocre, pourpre, jaune moutarde, doré… La liste est longue, mais il en demeure un camaïeu embrasé et flamboyant, qui n’est pas sans rappeler le caractère majestueux de la nature en activité.

Pourquoi ne pas dégainer ces tonalités en décoration dans la maison ou même sur certaines pièces de sa garde-robe ? Affaire à suivre…

Les boissons chaudes

Scénario : arrivé·e à la maison, on met en route le sacro-saint Netflix et on se hisse sous un plaid comfy et molletonné. Néanmoins, un élément manque à l’appel pour une soirée 100 % chill : la boisson chaude à glisser entre les mains.

Et avec l’arrivée de l’automne, on se fait plaisir en réinventant les classiques chocolats chauds et latte. On incorpore ainsi à son breuvage préféré un bâton de cannelle, des épices, voir un sirop de potiron épicé avec en résultat final un pumpkin spice latte.

Cuisiner des légumes oubliés

Des siècles auparavant, les légumes anciens contribuaient pour beaucoup à la popote familiale. Pas très appétissants à la base, ils reviennent pourtant sur le devant de la scène, en tête de gondole des étalages de maraîchers.

Dès que la saison automnale pointe le bout de son nez, on se rue sur les potirons, butternuts, topinambours ou panais. Une fois en possession des ingrédients, on fait tinter les casseroles en cuisine pour concocter soupes, veloutés et purées.

L’astuce : ne pas hésiter à agrémenter les préparations salées de châtaignes cuites au four ou d’oléagineux grillés, apportant une texture croustillante.

Des becs sucrés aux alentours ? La cultissime « pumpkin pie » (soit tarte au potiron) de Thanksgiving est à tester d’urgence !

Faire d’oniriques balades en forêt

Se balader en forêt ne correspond pas à une activité anodine. En effet, tous les sens sont en éveil, et à l’automne cette symphonie touche son paroxysme !

Sentir le crépitement des feuilles sous les chaussures, s’enivrer de la prenante odeur des bois humides et s’arrêter devant un kaléidoscope de coloris allant du doré au rouge vif : voilà à quoi s’attendre lors d’une promenade en sous-bois.

Fêter Halloween

Halloween reste la fête anglo-saxonne préférée des frenchy ! A la clé ? Une foule d’activités dérivées pour les petits et les grands ! Creuser une citrouille en lui donnant un aspect des plus terrifiant, pâtisser des biscuits d’Halloween ragoûtants ou créer un affreux chapeau emplie de toiles d’araignées ….

Le 31 octobre à la nuit tombée, après avoir enfilé sa tenue démoniaque, on part pour la démentielle « Trick-or-Treat » dans les ruelles sombres de la ville…

Alerte aux amateurs de sensations fortes : on opte pour une escapade au Manoir de Paris, que l’on n’oubliera pas de sitôt…

Avec ce florilège d’idées, il y a de quoi se complaire dans ces agréables journées automnales.

Suite aux annonces gouvernementales, les réunions sportives en salle sont à l’arrêt. Une déclaration qui a eu l’effet d’un coup de massue chez les aficionados de musculation et autres cours collectifs. Néanmoins, des entités physiques ont pris le contre-pied de la fâcheuse nouvelle, en dégainant des concepts fun et 100 % en ligne ! On fait le point.

Et si on « punchait » à la maison ?

« Punch » : késako ? Ce concept novateur jongle entre 50 % de boxe et 50 % de bootcamp, pour deux fois plus de plaisir !

Concrètement, à quoi s’attendre ? Du contenu vidéo de qualité réalisé par des coachs, avec pour objectif majeur de travailler l’ensemble du corps ou se concentrer sur une zone spécifique. Pas de panique pour les débutants, les cours sont répartis en deux niveaux : PUNCH SIGNATURE (30-35min) et PUNCH EXPRESS (10-15min).

Last but not least : on peut assister à des ateliers en live animés par les professeurs du studio, pour la maudite somme de 10 euros la session. On réserve sa place sur le site après avoir jeté un coup d’œil au planning et une heure avant l’atelier sportif, on reçoit un lien de connexion.

L’essayer, c’est l’adopter avec un abonnement à 9,99 euros par mois, une fois les 15 premiers jours d’essai gratuits.

Fit’Ballet : l’alternative douceur pour travailler en profondeur

Aux prémices de cette méthode : Octavie Escure, danseuse professionnelle. Derrière Fit’Ballet se cachent des entrainement qui ciblent et sculptent les zones musculaires de façon délicate et intense. Ainsi, fitness et bien-être se retrouvent en symbiose.

Bonne nouvelle : On peut se mettre en mode danseuse gracieuse à tout moment de la journée grâce à l’abonnement Train Like a Fit’Ballerina à partir de 19,99 euros le mois.

Qui a dit que l’on ne pouvait pas transpirer en plein milieu du salon ?

Véritables spots des vacances, les rooftops ont fait office de seconde maison durant la période estivale. Il est vrai que l’expérience est plus qu’appréciable : un verre de Spritz à la main, une vue panoramique à couper le souffle sur Paris et quelques grignotes pour chapeauter le tout. On fait le point.

S’octroyer une expérience iodée signée Tortuga

Il a affolé la jungle urbaine parisienne avec Créatures ; Julien Sebbag revient en force sur le toit des Galeries Lafayette avec Tortuga, un nouveau concept à l’identité toujours aussi marquée. Ici, le noyau dur demeure le maître des mers qu’est le poisson, mais pas n’importe lequel. En effet, ne seront dressés dans nos assiettes que des produits salins saisonniers, locaux et issus d’une pêche sauvage.

Aux fourneaux, le chef prend parti pour des techniques de cuisson ancestrales et des saveurs aux couleurs des contrées bordant le Pacifique. On débute le voyage en se délectant d’un pepsy tartare de thon rouge de Méditerranée, escorté de kiwi jaune, de menthe et de zaatar. On continue l’escapade en se laissant séduire par le poisson mystère (selon l’arrivage), fumé, fourré au romarin et rôti en croute de sel. On atterrit en douceur grâce à l’onirique tarte déstructurée à la poire pochée, hibiscus et prune en cristaux.

S’enivrer de mets raffinés et asiatiques avec MUN

Depuis le 8 septembre dernier, s’est invité au 52 avenue des Champs-Elysées un toit-terrasse singulier : MUN. Ce bijou à l’initiative de Laurent de Gourguff et Paris Society, incite les habitants de la ville lumière à se fondre dans un décor et à participer à un voyage initiatique sur les routes d’Asie.

En terrasse, on s’installe à l’une des tables et l’on profite d’une vue à 360 degrés en dégustant un divin cocktail passé au shaker par Aurélien Fleury.

A l’intérieur, on est plongé.e dans une ambiance tamisée, emplie de tissus texturés et de motifs fleuris. Pour remplir les estomacs affamés :  Julien Chicoisne et Roland Puse. Ces derniers s’évertuent à revisiter les classiques bien connus des consommateurs. Au sushi-bar sont ainsi mis en lumière sashimis, california rolls, gyozas et même yakitori au charbon de bois. Par ailleurs, l’expression « circuit-court » ne tiendrait pas mieux ses promesses que dans ce cas précis, puisque la base des assiettes provient du potager de la terrasse.

Découvrir le lieu intimiste de l’Hôtel de Crillon, Bonsoir Paris

Pour célébrer comme il se doit la réouverture de l’institution du Crillon, l’écrin végétal accolé à la Suite Bernstein ouvre exceptionnellement ses portes au grand public, pour un instant de gourmandise et de délectation en petit comité.

Tout en s’émerveillant d’une vue panoramique « waouh », on sirote l’un des rafraîchissants cocktails standards réalisés par les mixologues de la Maison. Et quand la faim se fait sentir, pas de panique, on se laisse séduire par la planche du chef composée de 6 tartines. On vous glisse même les associations préférées de la rédaction : fromage frais, figue, miel et pignons de pin ; légumes grillés et ricotta au pesto ; et enfin saumon fumé, fromage frais et concombre.

Il y a quelque chose qui nous dit que vous allez apprécier prendre de la hauteur…

Pour encore plus d’adresses décadentes, rendez-vous sur Paulette Map.

https://www.instagram.com/p/CE13tBThTM1/

Au sein même de la capitale, il ne cesse de fleurir ça et là de petits joyaux culinaires, avec aux manettes des chefs à la créativité sans borne. En effet, une nouvelle génération de jeunes talents pas encore trentenaires s’est esquissée, mettant en lumière les produits du terroir. Tour d’horizon de ces profils qui assureront la relève du patrimoine gastronomique français.

Alexia Duchêne – Wanderlust

A tout juste 24 ans, la demi finaliste de la dernière saison de Top Chef fourmille de projets. Après avoir fait ses preuves en tant que seconde de cuisine au sein du restaurant Passerini et tout au long de la célèbre émission, la jeune femme fera tinter jusqu’au 27 septembre prochain, les casseroles du Wanderlust Street food, dans un joyeux brouhaha communicatif.

On y retrouve des recettes classiques de la street food, twistées dans un élan estival et contemporain. Avis aux amateurs, la pizza tomate datterino, ricotta, courgette, piment ainsi que le chou-fleur rôti surmonté d’un lit de yaourt au curry sont à ne pas manquer !

Matthias Marc – Substance

C’est un fait, le CV de Matthias Marc, chef du restaurant Substance, est plus que bien brossé. Preuve en est, à 26 ans, le cuistot est reconnu comme jeune talent au Gault & Millau. Par le passé, il a notamment officié au sein d’institutions mythiques à l’instar du Meurice, de Saint James ou de Racines des Prés.

Au cœur de son antre raffiné et bleuté, il signe une cuisine respectueuse de la saisonnalité, végétale, ingénieuse et moderne. On y vient pour déguster son dorénavant cultissime soufflé au chocolat Sao Tome, marié à une glace au sapin.

Manon Fleury – Ex-cheffe Le Mermoz

Le parcours de notre cheffe est pour le moins atypique, puisqu’il allie à son don pour la cuisine celui du sport de haut niveau. Véritable baroudeuse ayant travaillé à New York et en Grèce en tant que cheffe privée, elle suit l’ensemble des marqueurs fondant la cuisine du moment : la mise en exergue des produits de qualité made in France et le crédo « anti-gaspi ».

Son ultime expérience, jusqu’à présent, demeure l’adresse parisienne Le Mermoz, dans laquelle elle soumettait une cuisine responsable et écologique. Stay tuned, Manon Fleury n’a pas fini de faire parler d’elle.

Guillaume Sanchez – NE/SO

Ayant foulé le parquet de Top Chef lors de la saison 8, le visage de Guillaume Sanchez est familier aux amateurs du divertissement. Primé chef de l’année, étoilé au Guide Michelin et même auteur, ce génie des fourneaux demeure une personnalité plus que singulière.

A travers NE/SO, il invite les fins gastronomes à succomber à une cuisine mêlant avec subtilité les produits ancestraux qui enracinent notre patrimoine, à des méthodes et des dressages contemporains.

Quentin Lechat – T’ Time du Jardin Privé

Vainqueur du Grand Prix de la Pâtisserie de Paris grâce à sa création « Noisette 3 », Quentin Lechat n’a pas fini de faire tourner les têtes à coup de douces gâteries sucrées. Et dire qu’il se prédestinait au départ à un parcours des plus classiques en droit et en sciences politiques.

A l’initiative du T’ Time du Jardin Privé, sorte de bulle onirique nichée au sein du Novotel des Halles, on se laisse aller à l’ivresse de ces douceurs régressives et réinventées.

Les crush de la rédaction : le Pavé Parisien et la Religieuse, qui ne manquent pas d’épater les papilles grâce à une symbiose de saveurs et de textures !

Voilà de quoi s’offrir la crème de la crème de la scène culinaire parisienne !

Pour encore plus d’adresses et de bons plans, go sur Paulette Map.

Ça y est, l’heure du déjeuner ou du dîner approche et le ventre crie famine… Problème : c’est le rush au boulot ou le néant dans le frigo. La solution ? Opter pour la livraison d’un repas déjà concocté ou de produits frais afin d’apporter son grain de sel. Cette option qui compte bon nombre d’adeptes offre une multitude de possibilités, dans l’optique de satisfaire les gourmands de la Ville Lumière. Entre les boxs et les paniers-repas, on passe en revue les bons plans livraison de la rentrée !

La box 100% bio : Rutabago

Du producteur au consommateur, avec Rutabago la boucle est bouclée. Cette initiative solidaire brandissant fièrement des boxs 100% bio se décline en trois volets : lutter contre les détracteurs environnementaux, privilégier les circuits-courts et instaurer un projet humain et gourmand.

Concrètement, ça donne quoi ? On commence par choisir parmi trois boxs à cuisiner : « Tradi » autrement dit frenchy, « Evasion » ou « Végé« . Une fois le dilemme cornélien passé, on peut dors et déjà découvrir les recettes que l’on concoctera au dîner. A l’ouverture, sont nichées les fiches recettes et les quantités exactes d’ingrédients, pour une semaine de plaisir aux fourneaux ! Parole d’honneur, en trente minutes chrono c’est prêt …

Le Frenchy bien emballé : Notre Apéro

Les copains débarquent et l’envie d’un apéro bien franchouillard se fait ressentir. Sauf que la virée supermarché qui coûte un bras quand on vit dans une grande ville, pour des produits « moyens », emballés et bourrés de conservateurs… Bof. Et si on n’a vraiment pas le temps de bouger, alors on peut opter pour les box du service Notre Apéro. Pour 62 euros, on choisit notre vin (en provenance de producteurs bien racontés sur le site) puis nos apéros pour se régaler avec trois amis dans une ambiance « à la maison » qui donne toutefois le sentiment d’être dans un bar à vin de qualité. Fromages soigneusement sélectionnés, charcuterie finement découpée, légumes crus et dip cuisiné… Difficile de résister et de ne pas renouveler un apéro coup de coeur comme celui-ci.

La raison pour laquelle on y revient ? Les produits minutieusement sélectionnés par les fondateurs de la plateforme ! La charcuterie Masàn, la fromagerie Goncourt, la maison Colibri, les chips Thaas… Difficile de ne pas recommencer, avec les mêmes, dès la semaine prochaine.

Le panier-repas 100% titi parisien : Bouillon Pigalle

Véritable institution dans la sphère des brasseries parisiennes, Bouillon Pigalle cultive sa renommée en régalant les papilles à coup de plats mijotés et régressifs. Face au COVID, et pour se remettre en selle, Bouillon Pigalle a opté pour le Click & Collect. Ce mode de service s’est finalement avéré être une option de choix, offrant au lieu une seconde jeunesse à l’heure où la livraison bat son plein.

A l’heure du déjeuner, on (ou plutôt notre estomac) chavire pour des rillettes de saumon. S’en suit la cultissime saucisse au couteau escortée de sa purée et d’un jus réduire. On termine sur une note sucrée, avec le gâteau au chocolat arrosé de crème anglaise.

La cerise sur le gâteau ? Un rapport qualité-prix de folie, notamment avec le menu du jour (entrée, plat et dessert) au prix de 10 euros !

La box 100% épicerie frenchy : Maison Plisson

Ce lieu à l’entité double de restaurant et épicerie fine détient une nouvelle corde à son arc… En effet, La Maison Plisson offre dorénavant à ses fidèles clients l’opportunité de se faire livrer la crème de la crème des produits. Que l’on soit en manque de temps ou que l’on ai envie de s’affaisser sur son canapé, on retrouve sur le e-shop un choix titanesque de gâteries à glisser dans le panier : viandes du boucher, charcuterie, antipasti, pâtes, fruits de mer ou encore douceurs sucrées, tous les rayons sont dans le salon !

Last but not least : la gamme « Yapluka » arrive en force, dégainant des assiettes préparées avec amour comme le tian de légumes ou les blinis aux herbes et crème au thon.

Le panier-repas 100% évasion : Les Cuistot Migrateurs

Aux prémices des Cuistots Migrateurs, Louis et Sébastien, deux hommes abreuvés d’idéaux, à l’envie grandissante de taper dans la fourmilière des idées reçues et notamment celles sur les réfugiés.

L’idée des deux compères ? La diversité, la connexion, la convivialité et l’enrichissement mutuel, au coeur d’un projet qui ne cesse de fleurir.

A l’heure du déjeuner, on se précipite sur son smartphone et l’on commande l’une des lunch boxs chargée d’histoire « Carné » ou Veggie« , pour la maudite somme de 15 euros. Des produits frais, locaux et un packaging responsable : que demander de plus ?

Le panier-repas 100% iodé : La Lorraine

C’est un fait : le week-end, les parisiens foncent vers la côte normande pour s’engouffrer des joyeuses gâteries qu’offre la mer. Mais comment faire en semaine, alors que le rush bât son plein ? On fait confiance à La Lorraine, une institution spécialiste des produits fraîchement pêchés, qui de surcroît compte la crème de la crème des maîtres dans l’art de sublimer les mets salins : le chef Cédric Moisan et le triple champion de France des écaillers, Rabah Guechoud.

La bonne nouvelle ? La brasserie dégaine une toute nouvelle offre avec la livraison et le service à emporter.

Voici la marche à suivre pour se faire livrer les produits de la marée. On commence par choisir son option de commande entre la livraison ou le Click & Collect. Dans un second temps, on concocte son plateau de fruits de mer en y insérant huîtres, crevettes, bulots et autres crustacés iodés … Enfin, on détermine son heure de retrait ou de livraison et l’on règle ! Ne reste plus qu’à patienter….

Que l’on mette les pieds sous la table ou que l’on passe derrière les fourneaux, ce qui est certain c’est que chacun trouvera son bonheur !

Passé le confinement, les sessions de sport à la maison ont toujours le vent en poupe. Et ce ne sont pas les offres qui s’amoindrissent… Fitness, yoga, Pilates, hiit et même barre au sol, la liste est longue. Que l’on soit dans son salon ou en vacances au bord de l’eau (pour les chanceux), il suffit d’une connexion Internet et d’une tenue adaptée pour bouger et s’amuser. On fait le point sur les leçons online à ne pas manquer !

Sérénité et évasion avec – Tigre Yoga Play

La promesse du Tigre Yoga Play : s’initier à la méditation et au yoga à travers différents ateliers, adaptés à tous les niveaux. Sur son smartphone, sa tablette ou son ordinateur, on accède à des centaines de séances mises en place par des professeurs de hatha yoga, de yin yoga et même de yoga pour enfants. De quoi se décharger des tensions du quotidien et tonifier son corps, en solitaire ou en compagnie des bambins.

Côté tarifs : on opte pour un abonnement mensuel à 8 euros par mois ou un abonnement annuel à 78 euros.

Cardio et bonne humeur avec – Madfit

Bien connue des réseaux sociaux et notamment Instagram, la coach Maddie fait profiter les novices comme les adeptes de ses tips et exercices de fitness. Au programme : des séances plus ou moins courtes de 5 à 30 minutes, le choix entre un travail approfondi d’une zone du corps ou un « full workout », et enfin l’usage ou non d’équipements. Tout ça dans la joie et la bonne humeur, rythmé par les sons endiablés du moment.

Intéressé(e)(s) ? Les cours sont à retrouver en intégralité sur sa chaîne YouTube MadFit.

Retour en enfance (version adulte) avec – Barreshape

Le Barreshape : késako ? A mi-chemin entre la danse classique, le fit barre et le Pilates, cette discipline aux doux rappels d’enfance tonifie et élance le corps…

Le secret ? Conjuguer les exercices à la barre et au sol et faire travailler chaque zone musculaire, en obtenant le combo gagnant : allonger et affiner la musculature. Pour compléter, on dynamise l’ensemble de la silhouette, des cuisses en passant par les abdominaux et les bras, et l’on dessine ses fessiers !

Intrigué(e)(s) ? On book juste ici, avec au choix 9 euros le cours à l’unité ou 80 euros les 10 cours.

En mode starlette sportive avec – Dancefloor Paris

Avis aux mordus du porté de Dirty Dancing et aux aficionados de West Side Story : l’offre qui suit tombe à pic ! Aux manettes pour vous servir, un parterre de personnalités aux parcours hétéroclites mais tous autant rêveurs : anciens danseurs de Madonna, de l’Opéra ou même artistes de musicals à l’instar de Mamma Mia ou Saturday Night Fever.

Concrètement, ça marche comment ? On choisit le cours nous bottant le plus parmi un flot de suggestions plus ou moins original : Cardio Ballet, Pop Star Dance, Pilates fusion, Jazz Musicals … Le jour venu, on apprend une chorégraphie et l’on est corrigé en live par un professeur.

Last but not least : pour les enfants en mal de défoulement, des stages sont organisés et notamment le « Disney Kid spécial Halloween« . C’est l’occasion de sortir son plus beau costume et se trémousser sur la piste de danse.

Niveau tarifs : on se déhanche avec une séance à 10 euros l’unité ou 85 euros pour un pack complet de 10 cours.

Que l’on veuille débuter une activité ou pratiquer de chez soi, une myriade d’options s’offre aux sportifs d’un jour et de toujours !