La pipette magique

L'antidote de Ho Karan - © Louise Skadhauge
L'antidote de Ho Karan - © Louise Skadhauge

Ces derniers temps, stress et angoisses nous ont souvent côtoyé.e.s. Résultat : ces nuits passées à s’agiter ont marqué notre peau et laissé notre organisme à la dérive. Et s’il existait un antidote capable de vous chouchouter à la fois à l’intérieur et à l’extérieur, vous laisseriez-vous tenter? Eh bien, voici la proposition d’Ho Karan : une huile de Cannabis sativa, applicable et comestible, enrichie en cannabidiol (CBD) et associé à du pro-collagène vegan. Une pipette, quelques gouttes sur la peau, les lèvres ou sous la langue, et les bienfaits se font ressentir. En application, elle réduit l’inflammation, hydrate et répare la barrière cutanée. En ingestion, elle diminuerait le stress, l’anxiété, les insomnies et les douleurs. Toujours plus étonnant, cet élixir vegan et d’origine naturelle calmerait aussi les règles douloureuses ! Le secret ? Les mille et une vertus de l’huile de chanvre et du cannabidiol présentes dans L’Antidote (conservé dans un flacon en verre 100% recyclable). Garanti sans psychotropes ; seul.e.s sa douceur, son odeur gourmande, son goût de noisette et d’amande risqueraient de nous rendre accro!

L’Antidote : 46 € les 10 ml avec 333 mg de CBD et 109 € les 30 ml avec 1000 mg de CBD

Tout-en-un

Savon 18-en-1 Dr. Bronner's - © Louise Skadhauge
Savon 18-en-1 Dr. Bronner's - © Louise Skadhauge

Chez Dr Bronner’s, le savon est une affaire de famille. La marque, fondée à Laupheim, en Allemagne, a vu ces 162 dernières années se succéder à sa tête cinq générations d’entrepreneurs et affiche toujours une santé étincelante puisque toutes les trois secondes, elle écoule un flacon de son savon dans le monde. La recette de son succès : un produit dix-huit en un (!), équitable et respectueux de l’environnement, qui sert autant à se laver le corps et les cheveux, qu’à se raser, se brosser les dents, nettoyer sa vaisselle et débarbouiller son lapin nain. Et comme si huit versions de ce savon miracle (rose, amande, menthe poivrée, agrumes, eucalyptus, arbre à thé, lavande et non parfumé) n’étaient pas assez, une nouvelle déclinaison vient agrandir la gamme. Le dernier-né s’appelle Fleur de cerisier et évoque le Japon avec subtilité. Pour ne rien gâcher, il existe en pain de savon et baume à lèvres. La cerise sur les bécots.

Savon 18-en-1, 15,50 € les 475 ml

L’ami Prodigieux

Déodorant Les Petits Prödiges - © Louise Skadhauge
Déodorant Les Petits Prödiges - © Louise Skadhauge

Avec Les Petits Prödiges, Camille Brégeaut et Clémentine Granet simplifient depuis 2017 notre routine beauté. Leur premier fait d’armes : un baume à tout faire pour hydrater, démaquiller, soigner et apaiser la peau. Pour l’élaborer, elles ont misé sur une recette naturelle, épurée des produits chimiques que l’on retrouve chez la concurrence. Trois ans plus tard, les deux entrepreneuses transforment l’essai en imaginant cette fois-ci, avec leur laboratoire du sud de la France, un déodorant dont la composition tient en douze ingrédients. Un produit qui a l’avantage d’être vegan, garanti cruelty free, et de sentir aussi bon qu’une infusion citron-bergamote. Pour plaire à tout le monde, il se décline aussi sur des notes d’eucalyptus et de charbon, de fleur de coton, et dispose même d’une version inodore, adaptée aux femmes enceintes et aux peaux sensibles, car dépourvu d’huiles essentielles, de bicarbonate de soude et de parfum. Côté packaging, la cohérence est également au rendez-vous : l’emballage est entièrement biodégradable. Bref, un déo qui nous veut vraiment du bien.

12,90 € le déodorant et 14,90 € les baumes multi-usages

Article du numéro 48 « Nouveaux.lle.s leaders » par Marie Le Seac’h et Tanissia Issad

Seul·e, à deux ou en famille, fanatique de fromage ou non, la filière laitière (CNIEL) vous donnera envie de créer le plateau de fromages parfait pour les fêtes. 

Si c’est de l’ordre du réflexe pour certain·e·s, proposer un plateau de fromages pendant le dîner de Noël n’est pas toujours une évidence. Pourtant, il permet de se faire plaisir et de vivre un vrai moment de partage. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, des fromages, il y en a pour tous les goûts… et pour tous les budgets !

Composer le plateau parfait

Il n’est pas toujours évident de choisir quels fromages mettre sur son plateau. Mais après cette vidéo et les conseils de la fromagère Claire Griffon, vous serez un·e vrai·e pro. 

Vidéo #Fromagissons – © CNIEL

Important pour le terroir français

Ce n’est pas nouveau, le fromage et son plateau ont une place très importante dans nos cœurs. « Les Français sont les deuxièmes consommateurs de fromage [au monde], avec près de 27 kg par an et par personne », rappelle le CNIEL [ndlr : le Centre National Interprofessionnel de l’Économie Laitière] « Une chose est sûre, ils entretiennent depuis longtemps cette histoire d’amour renversante… Et ce n’est pas près de s’arrêter ! » 

Idéal pour les fêtes 

  • Plateau de fromage imaginé par Claire Griffon
  • Plateau de fromage imaginé par Claire Griffon
  • Plateau de fromage imaginé par Claire Griffon

A l’instar d’une bonne bouteille de vin rouge – qui l’accompagne souvent, le plateau de fromages se mariera parfaitement à vos repas de fête. « Un peu de douceur, de gourmandise et de terroir… Qu’il soit à croûte fleurie, à pâte pressée ou persillée… il sait lui aussi se mettre sur son 31 pour nous faire fondre de plaisir », soutient le CNIEL. Et si la filière laitière se mobilise tant pour le fromage, c’est parce qu’il faut penser à soutenir les éleveurs – eux aussi touchés par la crise du Covid-19. Alors, à travers leur campagne #Fromagissonsils veulent nous rappeler que créer un plateau de fromages pour les fêtes, ça reste accessible – et surtout gourmand ! 

Article de Clémence Bouquerod 

Avec sa gamme LifeWear, Uniqlo met notre rapport à la lingerie au goût du jour. Si le confinement nous a bien rassuré.e.s sur un point, c’est celui-ci : plus question de souffrir en sous-vêtements. Basta les soutiens-gorges qui grattent, les armatures qui blessent et les crochets qui laissent des rougeurs sur la peau. Désormais, nos dessous se doivent d’être confortables, pratiques, mais pas moins chic. Et les petites nouveautés de la marque Uniqlo répondent à toutes nos attentes. Focus sur la collection et ces tissus bien pensés qui vont nous accompagner cet été et à la rentrée.

La gamme LifeWear Uniqlo

Sans couture, bonjour la luxure

Qui n’a jamais regretté un, deux ou trois soutiens-gorges achetés parce qu’ils étaient « jolis » mais horriblement inconfortables ? Bon nombre de fois, on se laisse tenter par une lingerie certes sexy mais tellement désagréable. Elle démange, n’apporte pas un maintien optimal et pourrait même nous blesser. Chose qu’on aurait autrefois quand même envisagée puisqu’on ne trouvait pas l’alternative répondant à notre problématique : quelque chose de sympa, confort mais surtout joli. En bref, une petite tenue minimaliste dont la technologie textile offrirait une coupe exceptionnelle mais surtout un design casual, élégant et pas gênant. Et LifeWear est clairement la gamme qu’il nous faut pour la vie de tous les jours, que l’on travaille ou se relaxe !

Trois modèles, trois solutions

Uniqlo présente ainsi trois alternatives aux femmes, nommées BeautyLight, BeautySoft et Relax AIRism. La première utilise une toile en uréthane et se concentre sur le maintien au niveau du bonnet. Sans armature, elle s’intéresse au bien-être de celle qui le porte tout en garantissant une silhouette naturelle et l’allure d’un soutien-gorge classique. Le second, Beauty Soft, se concentre sur un bonnet souple et… bingo, les crochets ont disparu. Pas de démangeaison ou de douleur inutile, pas de galère pour l’enfiler le matin. L’idéal. Quant au dernier, Relax AIRism, il s’adresse aux adeptes de la classique brassière qui ne veulent pas voir leur poitrine s’écraser pour autant. Son dos nageur marie style et confort. Il est de loin le modèle le plus confortable, notre chouchou, et sa technologie presque sans couture nous séduit immédiatement.

Les bonnes nouvelles

  • Leur prix ? 19.90 euros, qu’importe le modèle et la coupe que l’on choisit.
  • La culotte assortie avec le modèle AIRism valant 7.90 euros – déclinée en trois coupes : fine, shorty ou taille haute. Zéro démarcation, le top avec un jean comme avec une robe légère.
  • C’est dispo, et juste ici pour nous accompagner toute l’année.
Le soutien gorge Beauty Light, signé Uniqlo

Du coup ?

On arrête de dépenser des fortunes dans des dessous qu’on ne mettra jamais, et on s’équipe d’une lingerie à la technologie innovante, abordable et qui s’intéresse avant tout à notre bien être.

Après seulement 3 collections (AW19, SS20 et AW20), la marque éponyme fondée par la jeune parisienne Naomi Gunther est sur toutes les lèvres, notamment grâce à un petit coup de pouce médiatique. Le rappeur Offset (l’un des membres du trio américain Migos) a eu la bonne idée de porter du GUNTHER lors d’un séjour à Paris. S’en est suivi un gros buzz, bien mérité pour ce tout jeune label, ô combien prometteur, dont Paulette a rencontré la fondatrice.

Gunther collection SS20 « Sur les pavés, la plage« 

PK Douglas pour Paulette : Pour ceux et celles qui ne connaitraient pas déjà ta marque, comment décrierais-tu le vestiaire GUNTHER ?

Naomi Gunther, fondatrice : GUNTHER est une marque de vêtements de luxe contemporain, proposant un vestiaire masculin composé de classiques revisités avec une influence urbaine. Mon but est de valoriser le « fait main » ainsi que l’artisanat français, à travers des vêtements qui sont à mi-chemin entre le prêt-à-porter et la haute couture : le design est original, les coupes amples et les tissus confortables. S’il est vrai que notre clientèle est essentiellement masculine, l’aspect unisexe de certaines pièces attire également les femmes. Je souhaite avant tout que l’homme ou la femme qui porte du GUNTHER se sente élégant·e, stylé·e, confiant·e, sans oublier le confort et l’aspect pratique des vêtements. Notre clientèle est également soucieuse de soutenir une autre façon de faire de la mode : plus lente, plus éco-responsable et unique.

PK : Tu as présenté ta nouvelle collection AW20 pendant la Fashion Week parisienne en janvier dernier, quelle en fut l’inspiration ?

N : Notre collection AW20 s’intitule « Jour Blanc ». Le jour blanc désigne un phénomène optique qui fait que, en montagne, quand le temps est très mauvais, le ciel et le sol sont enveloppés d’un voile blanc et se confondent l’un avec l’autre. Il est donc impossible d’aller skier ou de pratiquer une activité extérieure. L’inspiration de cette collection est donc « l’après ski », une collection cocooning mais chic pour rester dans son chalet. Un vestiaire de couleurs chaudes qui rappellent le feu de cheminée, de pièces cosy tricotées à la main, toujours, et des coupes oversize soulignées par des textures fortes. 

PK : La période actuelle est génératrice de grands bouleversements et d’évolutions intéressantes. Quels sont les mutations que tu vois se profiler dans l’industrie de la mode ?

Je pense que ce changement est en partie positif, car plus que jamais nous voulons partager, faire découvrir la marque et surtout rassembler. Le rythme de l’industrie de la mode a toujours été extrêmement rapide. Je pense qu’un retour à de plus petites collections, moins de fast fashion et des vêtements produits de manière plus responsable ne peut être que bénéfique pour l’environnement ! 

PK : Qu’as-tu appris sur toi-même pendant les 2 mois de confinement en France ? T’es-tu découverte une passion insoupçonnée ?

N : Ces deux mois de confinement n’ont pas été désagréables ! Cela nous a forcés à nous recentrer sur nous-même, faire des choses qu’on ne fait pas souvent (des puzzle à foison !), prendre du temps pour soi, lire des livres, apprendre des choses et se rapprocher de sa famille ! Créativement parlant, c’était intéressant de pouvoir réfléchir en profondeur à l’identité de GUNTHER, mais aussi à différents challenges : comment communiquer, comment engager sa communauté, comment travailler depuis chez soi, comment continuer à faire passer des émotions même digitalement ?

PK : À quoi l’avenir ressemble-t-il pour Gunther, et comment peut-on soutenir ta jeune marque ?

Propos recueillis par PK Douglas

Des températures muy caliente, des amis à retrouver et une délicieuse envie de siroter spritz et mojitos dans un joyeux brouhaha communicatif. Pourquoi ne pas se laisser tenter par les rooftops qui fleurissent aux quatre coins de la capitale ? À la rédac’, on a déniché la crème de la crème des lieux trendy où passer une soirée de folie.

Créatures – seconde édition

Au 8ème étage des Galeries Lafayette Paris Haussmann se cache une adresse aux happy vibes et à l’ambiance chill garantie.

Julien Sebbag met tout le monde d’accord avec sa carte 100 % végétarienne. De l’entrée au dessert, les fruits et les légumes sont mis à l’honneur pour le plus grand plaisir des palais, même les plus exigeants. Assiettes pimpées et colorées dans une lignée méditerranéenne, on craque de suite pour le « Strawberry Field Forever » autrement dit une salade de fraise et de mozzarella et le « Summertime Sadness », soit une focaccia de courgette surmontée de burrata.

Que les becs sucrés se rassurent, il y a aussi de quoi faire niveau dessert avec le « You’re lost little girl », comprenez un pain perdu noyé dans une glace à la pistache & éclats de pistache.

Côté boissons, on se passe difficilement de « l’Osmoz », un savant mélange de notes fleuries et fruitées avec de l’Apérol, du melon, de l’estragon, du Prosecco et du soda.

Pas de réservation mis à part pour le déjeuner, en cliquant juste ici.

Le Perchoir Ménilmontant

Changement de décor avec ce rooftop à la vue démente sur le Sacré-Coeur. Embarqué dans un ancien immeuble industriel, on est de suite mis à l’aise grâce à l’ambiance bohème chic, elle-même permise par les coussins moelleux, la pergola et les plants de végétaux.

Pour glouglouter, difficile de ne pas trouver son bonheur parmi la ribambelle de créations à la carte. On se laisse séduire par le « Paloma » à base de tequila, de jus de citron jaune, de sirop de sucre et de soda.

Le ventre crie famine ? Pas de panique, des assiettes sont également proposées et on flanche littéralement pour la burratina, sur un lit de salade de fenouil et d’agrumes.

Tenté(e) à l’idée de réserver une table au bar ? On fonce par ici.

Molitor

S’inviter au rooftop Molitor revient à s’octroyer une parenthèse enchantée en plein cœur de la capitale. Les vacances sont à portée de main, entre la vue imprenable sur la piscine et les assiettes baignées de senteurs, de couleurs et de saveurs ensoleillées.

On embarque avec un ceviche de daurade marié à l’exotisme de la mangue, de la coriandre et du citron vert. On continue sur notre lancée avec un bar bio entier joint à ses légumes grillés. Enfin, on termine en apothéose avec la fraicheur de la verrine comme un fraisier au parfum de verveine.

Pour réserver son déjeuner ou son dîner, on se rend directement sur le site web.

The Shed

Loin de la trépidante agitation parisienne, The Shed donne l’opportunité à ses hôtes de se confiner dans une bulle de bonheur intimiste. Nichée au sommet de l’Hôtel des Grands Boulevards, on est bluffé par cette terrasse en U, jonchée d’herbes aromatiques et de chaises de jardin posées çà et là.

Côté breuvage, la carte est résolument courte, mais va à l’essentiel avec des recettes sans alcool, avec une quantité modérée ou classique.

Pour s’envoler au septième ciel, on clique juste ici.

Mama Shelter West

Vue panoramique époustouflante, ambiance bohème et décoration douillette, Mama Shelter West a mis le paquet avec sa terrasse inaugurée début juin. On s’imagine déjà prendre un verre entre les lampions aux tonalités rosées.

Pour se désaltérer, on mise sur le « Berry berry good » aux notes acidulées de myrtille et de citron jaune ; et le « Splash me », autrement dit le classique spritz revisité à la sauce Mama.

Les gourmands s’émerveilleront devant la diligence de spécialités so dolce vita. On fond pour l’aubergine Parmigiani ainsi que la pizza prénommée « Helena », confectionnée à partir de fior di latte, de speck, de poire et de gorgonzola.

Le rêve devient réalité en cliquant par ici.

Le toit de la Grande Arche

Fort de son succès lors de la première édition, le toit de la Grande Arche remet le couvert pour des afterworks de folie, tous les jeudis de 18h à 23h30 ! Au cœur du poumon des affaires, réjouissances gustatives et musicales seront de la partie, dans une ambiance muy caliente sous le soleil couchant.

Les gourmets se raviront en découvrant de nouvelles pépites comme Kumo qui dégaine des makis XXL, ou des références encrées du parterre culinaire, parmi lesquelles Veuve Cliquot, maison réputée pour son champagne.

Last but not least : La mixologue Chloé Carpentier sera aux manettes du shaker pour émoustiller les papilles, grâce à des recettes fruitées et audacieuses!
On profite jusqu’au bout de la nuit de la vue démentielle sur le tout Paris en cliquant sur ce lien.

The Peninsula Paris

L’hôtel du Peninsula fait office de référence en matière d’élégance et de raffinement. Ces qualificatifs se retrouvent également sur le rooftop perché au sixième étage. Comme dans une bulle en plein Paris, on s’immisce au sein d’une ode au prélassement.

On s’assoit et l’on déguste des crevettes de Palamos marinées, mariées à de la pêche blanche, des amandes fraîches et de la verveine. On craque aussi pour un cheeseburger haut-de-gamme au comté et bacon croustillant.

Côté boissons, on adore le cocktail rafraîchissant « Tropical Destination« . A l’intérieur, de la menthe, de la crème de noix de coco, de l’ananas, de la framboise et de l’eau gazeuse

On sent déjà la bonne humeur s’emparer des Paulette assoiffées ! Pour encore plus de bonnes adresses, on se rue sur la @paulette_map.

Un bouquin que tu as fini ? Les 30 moustachus qui n’ont jamais rien fait de mal de Gonzague Dupleix et Sidonie Mangin, ou comment rentrer dans l’intimité d’Albert Einstein, Jean Rochefort…et Grumpy Cat (RIP ?). Plot twist : il y a UNE femme. Sinon, je relis Half of a Yellow Sun de Chimamanda Ngozi Adichie, dont la première lecture m’a hanté pendant des mois…et aussi parce que j’ai récemment utilisé du garri nigérian (farine de manioc) en guise de farine de blé pour cuisiner. On en parle de cette pénurie…

Un bouquin que tu ne finiras pas ? Basic photography de Michael Langford. Un classique que je conseille à tous les photographes en herbe… donc pas moi. Mais, je ne m’interdis pas de le feuilleter à nouveau pour y trouver de l’inspiration.

Une playlist sur Spotify ? La playlist « AlterMusic cocktail » d’Adam K. Wojcik, reçue hier via WhatsApp. Voyons ensemble ce qu’elle vaut…

Une artiste musicale que tu as découverte ? L’angélique Raveena Aurora, que j’ai officiellement découverte en décembre dernier pendant la grève nationale des transports (remember?), dont la voix envoute mes journées et soirées depuis. Son album Lucid guérira votre dépression présente et future.

https://www.instagram.com/p/Byv73jyJadF/?utm_source=ig_web_copy_link

Un plat que tu as cuisiné et qui a déchiré (et dont tu as la recette) ? Les crêpes, les crêpes et encore les crêpes (sucrées), dont on trouve la recette partout sur les Internets. Petit secret : ne pas lésiner sur le soupçon de rhum, la cannelle, l’essence de vanille… Faisons usage de ces fameuses épices naguère si…convoitées.

Une idée de petit-déjeuner ? Se réveiller assez tard pour passer directement au déjeuner. Unagi.

Un compte food à suivre ? @deboiscooking, découvert grâce à un copain. Si la cuisine c’était mon truc, je testerais absolument tout : ça a l’air assez simple. Mais, pour l’instant, je scroll et je salive.

Et côté podcast, quelque chose à recommander ? Kiff ta race animé par Rokhaya Diallo et Grace Ly à écouter, pourquoi pas, sur la plateforme de podcasts Majelan.

Une appli que tu ne regrettes pas d’avoir téléchargé ? Primsleur pour tenter d’apprendre l’italien. Je dis bien tenter, car je n’ai pas encore testé cette jolie app. Du coup, je ne regrette pas…encore.

Un mantra ? « Be the energy you want to attract » (« Répands les – bonnes – ondes que tu aimerais recevoir »).

Une commande Internet que tu as quand même faite ? Je n’ai pas effectué de commande Internet de type shopping depuis le début du confinement, ni de commande de bouffe d’ailleurs. En revanche, j’ai reçu un colis-cadeau inattendu : une ville internationale LEGO Architecture à reconstituer. Défi : l’ouvrir et assembler tout ça avant la fin du confinement, sinon après, c’est mort.

Les visio-calls ? Pas le choix. Personnellement, je pratique la tenue schizophrène : business en haut, confort en bas. La difficulté étant de surtout tout avoir sous la main (afin de ne pas risquer de se lever de son siège dans un moment d’inattention).

Un(e) artiste dont tu suis activement les contenus sur Instagram depuis le début du confinement ? @vogueturfu. Avant, pendant et après le confinement ! Et oui, faire de l’humour avec la mode, c’est de l’Art. J’adoooore (insérez la voix de CCD).

Quelle appli pour l’apéro avec les copains ? Quasiment toutes. Tout dépend du nombre de personnes qui participent, et de la familiarité de chacun·e avec les nouvelles technologies… No shade. Houseparty, Jitsu Meet, Zoom, Hangouts… FaceTime…pour parler confinement, vacances annulées, relation de couple qui bat de l’aile, recettes de cuisine et pommeau de douche (oui oui)…jusqu’à ce que cet isolent iPhone coupe toute communication pour cause de…batterie morte.

Un rituel que tu n’avais pas avant ? Me préparer un jus d’oranges pressées tous les matins, car je déteste la vitamine C en comprimé. En tant de Covid-19, la vitamine C, c’est important.

Le mot pour la fin ? On se voit le 11 mai, tou·te·s masqué·e·s ! Au bal, au bal, au bal….

Binôme social créatif aux CV bien garnis, Mathilde et Marcus ont crée un studio de communication collaboratif et engagé .  Il y a un an, ils remportent un appel à projet en région parisienne – leur permettant de s’installer dans 350m2 désignés pour concrétiser leurs idées innovantes et professionnelles. Éco-conception, outils de création craft et numérique, open space modulable, technologie 3D… Ils repensent aujourd’hui l’Agence de communication traditionnelle.

Marcus et Mathilde, fondateurs de THE SUN PROJECT

Agence de communication avec un grand A

Une lettre capitale, un grand A pour Amour. L’amour de la convivialité et de l’inventivité, c’est le mantra de THE SUN PROJECT. Bien différentes des autres agences communicantes et traditionnelles, Mathilde et Marcus peuvent se vanter d’avoir frappé fort avec la création de leur studio créatif THE SUN PROJECT. Mathilde, a bossé pour Konbini Londres et Marcel, Marcus est passé par Mazarine et BBDO avant de s’associer et de travailler en freelance pendant quatre ans. Leur envie de dépoussiérer le milieu de la communication grandit au fil de leurs expériences. En remportant un challenge initié par la ville de Courbevoie il y a quelques années, ils s’installent dans les locaux du 43 rue Victor Hugo dans une démarche éco-responsable (meublés à 90% avec des meubles issus de l’économie circulaire) et collaborative où tout est pensé pour inventer, jouer, créer. Depuis 2019, ils habitent comme animent ces espaces pour développer leurs concepts et les multiplier.

THE SUN PROJECT

Leur mission ? Abolir la communication et la consommation de masse trop installées dans notre société afin d’augmenter les campagnes et les discours de marques qui ont du SENS. Leurs meilleur aouts ? La créativité et les technologies d’aujourd’hui. Un projet professionnel mais aussi un combat personnel, Mathilde et Marcus souhaitent éduquer clients et consommateurs à agir dans l’intérêt collectif social mais aussi préserver la planète.

Une agence ouverte et engagée

Les deux fondateurs connaissent le marché du digital, du social et des nouveautés technologiques qui en découlent. Ils anticipent aussi les besoins des marques, qui souhaitent repenser leur ADN et leur champ d’action. En alliant leurs compétences et leur volonté de créer une communication qui fait « sens », ils sont séduit une clientèle avide de renouveau, à la recherche d’une communication plus responsable et d’actions concrètes.

Chaque entreprise a le potentiel de changer le monde… Et ne survivra pas si elle ne s’y attèle pas”  Richard Branson – fondateur du Virgin Group et de Global Elder

Pour les jeunes entrepreneurs, il est temps d’inventer mais aussi de proposer de nouveaux contenus et outils de diffusion. Surtout, ils veulent repositionner les marques et les entreprises dans l’expérience, l’interaction, l’immersion pour capter l’attention des consommateurs et créer un véritable lien avec eux. « En faire des acteurs du changement et non plus seulement des clients acheteurs »  insiste Mathilde. Une volonté personnelle alliée à des idéaux éthiques indispensables aux deux créatifs. “Oui, on peut rester connectés et consommer. Oui on peut continuer à faire de la pub”. Le tout étant de le faire autrement selon elle. 

THE SUN PROJECT

THE SUN PROJECT, un collectif créatif pour une marque augmentée

Inviter les entreprises à réinterpréter leurs univers et à les incarner dans une nouvelle ère est une priorité pour THE SUN PROJECT. Et pour y arriver, en promettant un service frais, artistique et connecté, l’agence « ouverte » peut compter sur un éco-système de plus de 100 talents très diversifié. Designers, développeurs 3D, illustrateurs, communicants et datas analystes… Nombreux sont les professionnels à être mobilisés autour de problématiques clients de la jeune entreprise.

« Nous invitons nos clients à incarner autrement leur univers et décloisonner leur cadre habituel d’expression, tant en interne qu’en externe. Élargir la palette des outils qu’elles ont à disposition pour s’exprimer ou agir et ainsi entrer dans le cercle vertueux de la communication du sens et de la durabilité. L’incarner à 200% dans la culture d’entreprise avant de le faire savoir. Il ne s’agit plus de communiquer mais d’être le changement » explique Mathilde

« En inventant des méthodes de travail et des brainstormings ludiques comme le Bingo Créatif ou encore les mécaniques de co créations, nous poussons toutes les parties prenantes à dépasser les limites et à être le plus innovant possible. Nous sommes convaincus de l’importance de l’Open Source. C’est pourquoi, par exemple, nous donnons des formations gratuites à la création de filtres Instagram » ajoute Marcus.

En développant leur niveau de conscience et d’engagement, les marques augmentent le sens, la portée et donc l’impact de leur message. Et les consommateurs suivent, ce que THE SUN PROJECT appelle « La Marque Augmentée ».

THE SUN PROJECT

Des initiatives engagées

Vous l’avez compris, Marcus et Mathilde ont construit THE SUN PROJECT avec la volonté de soutenir les marques dans leur communication mais aussi de leur donner une voix plus responsable. Ils propulsent eux mêmes des actions solidaires qui leur tiennent à coeur – mêlant innovation et message fort. Récemment, et qu’on a adoré chez Paulette, THE SUN PROJECT a créé un filtre pour célébrer la femme et lutter contre les inégalités des sexes qu’ils ont fait vivre durant la marche des femmes du 8 Mars. L’activation, nommée « You are the most powerful woman in the World » est à découvrir sur leur compte Instagram, avec un filtre ultra-réussi et des images très émouvantes.

Voir cette publication sur Instagram

Nous avons réalisé pour le 8 Mars un #FiltreInstagram en l’honneur des femmes. Nous vous proposons de revivre cette marche à travers notre regard. Un moment très émouvant, plein de #joie, de force et d’espoir. Aujourd'hui, plus que jamais, nous devons soutenir les femmes, travailleuses au front, confinées avec des enfants et une énorme charge mental, confinées avec un mari violent. Nous sommes toutes et tous solidaires et prêts à s'entraider. N’oubliez pas : YOU ARE THE MOST POWERFUL WOMAN IN THE WORLD 💪🏻 Merci à @fannyhuns d’avoir donné à ces images une autre dimension avec cette reprise. ☀️ #FiltreInstagram #womenempowerment #womenday #womenday8march #8march #sparkarstudio #feminism #InstagramFilter #girlpower #inspiration #selflove #loveyourself #Noustoutes #journeeinternationaledesdroitsdesfemmes #larueestanous

Une publication partagée par The Sun Project (@_thesunproject) le

Où les trouver ?

A découvrir, donc, dans leurs bureaux de Courbevoie : une salle de conférence, une salle de créativité augmentée, un espace de coworking, un studio photo, un atelier de fabrication manuelle, 3D et de réalité augmentée. THE SUN PROJECT ce n’est pas qu’un labo de création, c’est un projet global, un lieu, une équipe, un éco-système, des outils innovants et surtout un SENS. Toutes les infos sont sur thesunproject.fr

Et n’hésitez pas à tester notre filtre Paulette avec THE SUN PROJECT

https://www.instagram.com/p/B9tpZa0oiv9/

C’est bien connu, la mode fait partie des industries les plus polluantes au monde. Elle produit 20 % des eaux usées et 10 % des émissions de carbone à l’échelle planétaire. Mais pour Esprit, il faut changer les mentalités. La marque de vêtements rompt avec l’économie linéaire et la culture du jetable. Et la marque pousse encore plus loin avec la technologie EarthColors by Archroma, des colorants bio-synthétiques issus de déchets végétaux.

Esprit utilise la technologie EarthColors by Archroma pour teinter ses pièces. ©Esprit.
Esprit utilise la technologie EarthColors by Archroma pour teinter ses pièces. ©Esprit.

En 1990, Esprit lançait déjà une collection durable sous le nom « Ecocollection ». La marque a toujours eu conscience qu’il était important de s’engager écologiquement pour assurer l’avenir de la planète. 30 ans plus tard, Esprit se questionne encore à ce sujet et surprend une nouvelle fois avec une capsule éco-responsable.

©Esprit.

Une capsule tendance et respectueuse de l’environnement

Il s’agit de 11 pièces uniques et basiques, teintées par la technologie EarthColors entièrement traçable. La marque dispose de sept colorants bio-synthétiques issus de déchets non comestibles générés par l’industrie agricole ou végétale. Herbes, peaux de fruits ou encore coquilles de noix, ces colorants naturels minimisent l’impact écologique de la marque. De fait, la consommation d’eau ou d’énergie ont diminué.

Qui dit colorants naturels dit couleurs naturelles. Bleu, beige ou encore rose, ces teintes ont été créées à partir de feuilles de palmier, mais aussi de betteraves rouges… Une palette de couleurs harmonieuses qui nous remémorent nos plus beaux paysages.

Esprit utilise la teinture EarthColors by Archroma, des colorants naturels et éco-responsables. ©Esprit.
Esprit utilise la teinture EarthColors by Archroma, des colorants naturels et éco-responsables. ©Esprit.

Des colorants naturels et des tissus upcyclés

L’utilisation de déchets naturels a permis à la marque de s’engager dans une économie circulaire. Esprit porte un regard critique sur le cycle de vie d’un produit. Pour cela, les tissus upcyclés sont donc privilégiés. « La circularité, la transparence et la coopération sont les concepts fondamentaux qui sous-tendent notre approche de la durabilité », explique Anders Kristiansen, président-directeur général du groupe.

La nouvelle capsule mixte d'Esprit utilise la teinture EarthColors by Archroma, des colorants naturels et éco-responsables.  ©Esprit.
La nouvelle capsule mixte d’Esprit utilise la teinture EarthColors by Archroma, des colorants naturels et éco-responsables. ©Esprit.

Outre la capsule, Esprit a étendu cette technique à différentes pièces de la collection printemps-été 2020.

La collection sera disponible dans les boutiques Esprit et sur l’e-shop le 6 avril.

Article de Nina Hossein

Plutôt que de vous offrir un énième parfum sur le marché, Sillages Paris propose de vous laisser composer votre propre fragrance.

Après avoir travaillé au développement parfum chez Dior, Lancôme et Giorgo Armani, Maxime Garcia-Janin, le « crazy kid de la parfumerie », crée Sillages Paris. Il s’est rendu compte que les parfums avaient perdu de la « pertinence » pour sa génération. C’est pourquoi il a donné naissance à un tout nouveau concept qui s’adapte à chacun.e.

Le Parfum 3.0

Sillages Paris propose désormais de créer son parfum selon ses envies. Votre chef d’œuvre sera ensuite livré chez vous en trois jours. Si vous n’êtes pas satisfait.e du résultat,  il suffira de le renvoyer gratuitement dans les 14 jours, pour être totalement remboursé.e. 

Atelier du 5 rue de Charonne

Les ateliers parisiens du 5 rue de Charonne confectionnent les parfums avec soin et délicatesse. A mesure que l’on sélectionne les ingrédients parmi la gamme proposée, un algorithme évalue leur compatibilité. Sillages Paris vous accompagne tout au long du processus. Dans le doute, il suffira d’indiquer quels parfums on a l’habitude de porter pour que le site puisse vous conseiller au mieux. Parmi les 64 ingrédients naturels, on retrouve le bois de cèdre de Virginie, le jasmin Sambac, la bergamote de Calabre, la rose de Mai ou encore le patchouli d’Indonésie. 

Le parfum vegan est disponible sous deux formats : le flacon de 50 ml (83 €), et le petit flacon de 15 ml (35 €), pratique pour le glisser dans son sac. Les produits sont à retrouver sur leur site internet.

Article de Sofia Rogozarski

Ça y est, c’en est fini de porter nos manteaux sombres ! L’hiver laisse place au soleil printanier pour notre plus grand plaisir. Et pour s’accorder à cette saison, Des Petits Hauts a misé sur une collection colorée – avec un nom qui nous parle, vous l’avez compris. Sous le thème Bisous Paulette, ces nouveautés sauront nous apporter fraicheur et énergie en cette période compliquée.

Champêtre oui, mais pas que. La nouvelle collection Des Petits Hauts est un retour en arrière avec une ode aux années 80 pour un style au caractère unique. Le printemps s’y prête alors Bisous Paulette laisse place aux looks rétro. 

Une collection aux imprimés fleuris

Les beaux jours sont de saison et la nature refait son apparition. Les fleurs éclosent et décorent le paysage. Pâquerettes, tulipes ou encore magnolias, on aimerait en composer un bouquet coloré et passer toute une journée au soleil loin des villes. Si l’on ne peut s’en évader pour le moment, pourquoi ne pas commencer par admirer la campagne imprimée au travers de cette collection féminine et romantique.

Des couleurs et de la gourmandise

Les fruits sont eux aussi de la partie… Framboises, fraises, ou encore cerises voilà qui réveille notre appétit. Robes, chemisiers, débardeurs et blue jeans, la collection Bisous Paulette se pare de couleurs vives et pop. Vert basilic ou rouge groseille, il y en a pour tous les goûts.

Des accessoires décalés pour agrémenter son look 

Pour parfaire cette collection et rester dans le thème champêtre, Des Petits Hauts a misé sur des accessoires fun. On retrouve de jolis imprimés colorés et fleuris sur les foulards tandis que les broches et les pochettes se parent de fruits gourmands. La collection Bisous Paulette signe le grand retour du sac en cannage. C’est sûr, l’été nous reviendra !

Article de Nina Hossein

On le sait, le coronavirus ne cesse de se répandre. La rédaction vous rappelle la liste des 5 gestes à adopter dans votre quotidien, afin d’éviter la transmission au maximum.

Quels sont les symptômes ? 

Les symptômes apparaissent différemment pour chaque personne. Cependant, les symptômes les plus courants sont : les maux de tête et de gorge, la fatigue intense, le nez qui coule, une forte toux, des douleurs musculaires, des difficultés respiratoires. Découvrez les gestes à adopter.

1. Lavez-vous les mains

La manière la plus simple et efficace d’éviter que le virus ne se transmette, c’est de se laver les mains régulièrement et soigneusement. Privilégiez un nettoyage anti-bactérien en utilisant de l’eau et du savon. Frottez vos mains dans chaque recoin pendant environ 30 secondes, rincez-les à l’eau claire et séchez-les avec une serviette en papier. Évitez les serviettes en tissu.

2. Toussez dans votre coude 

Tousser ou éternuer diffuse les microbes pouvant se propager très rapidement. Il est donc très important de se couvrir le nez et la bouche car le virus peut se transmettre de manière directe (en serrant la main) et indirecte (en touchant un objet).

3. Utilisez des mouchoirs à usage unique 

Quand vous vous mouchez, votre nez évacue en masse le virus. Cependant, les microbes peuvent vivre plusieurs heures. Si vous réutilisez le même mouchoir vous avez de fortes chances de les attraper à nouveau. Pensez donc à bien jeter votre mouchoir dans une poubelle fermée et à vous laver les mains juste après.

4. Évitez les contacts physiques

Évitez tous les contacts physiques avec des inconnu.e.s comme avec vos proches pour ne pas attraper ou passer le virus.

5. Nettoyez les objets que vous touchez

Pensez à nettoyer vos objets du quotidien comme votre téléphone ou votre ordinateur qui sont souvent exposés au risque.

Si vous ressentez les symptômes, contactez le 0 800 130 000 (appel gratuit), le Samu (15) ou rendez-vous sur le site gouvernement.fr/info-coronavirus. Pas de panique… mais restez vigilant !

Article d’Alicia Desrivieres

Le festival ouvrira ses portes du 19 au 21 juin 2020 à Paris-Longchamp. Onze artistes ont déjà été annoncés.

Comme chaque année, le festival débarque avec 80 concerts prévus au programme, dont certains noms sont déjà connus. Les têtes d’affiche ont été dévoilées fin janvier. On retrouve entre autres Aya Nakamura, Niska, -M-, Rilès ou encore Yseult. 

Solidays est connu pour sa festivité et sa bonne ambiance – mais pas que. 

Solidarité et engagement

Solidays a ouvert ses portes en 1999 sous l’appellation Solidarité Sida. Rappelons que le but principal est de lutter contre cette maladie, faire de la prévention et aider ceux et celles qui en sont atteint.e.s. 

Le sida est une maladie infectieuse qui se transmet par voie sexuelle et sanguine, et qui touche chaque année environ 2 millions de nouvelles personnes, selon les informations de aides.org. Tous les ans, la jeunesse se mobilise en participant à l’événement avec environ 228 000 festivalier.e.s au compteur. Les artistes sont tout autant engagé.e.s. Onze noms ont déjà été dévoilés et il en reste encore à découvrir. Pour boucler la boucle, 1500 personnes s’engagent en tant que bénévoles et participent au bon déroulement de l’événement. Du beau monde pour une belle cause !

A noter que les Pass 2 jours et 3 jours sont déjà épuisés ! Retrouvez toutes les informations et les billets sur leur site internet. Et n’oubliez pas, « Love is the answer ».

https://www.instagram.com/p/B7lGQCsKthl/

Article de Sofia Rogozarski