ANDROMAKERS, L’AIX-ALTATION

 
Photos de Suzon Hochet

Synthés analogiques, voix cristallines, sons pop et naïfs ou quand Bjork rencontre Au Revoir Simone. Bienvenue dans l’univers d’Andromakers, duo brico-pop venu du pays des cigales !

Paulette : Nadège et Lucille, parlez nous un peu d’Andromakers. Comment est né le groupe ?
Nadège : Lucille et moi jouions dans un groupe de rock il y a quelques années, puis le groupe s’est séparé et nous avons naturellement eu envie de continuer à faire de la musique ensemble.
Lucille : On a essayé plusieurs choses, testé pas mal d’instruments et de nouvelles configurations, jusqu’à trouver la bonne. Andromakers est né dans un berceau de synthétiseurs Casio !
 
Vos chansons sont aériennes, rêveuses, un brin naïves… Quelles sont vos influences ?
Nadège : On aime bien l’idée qu’il y ait deux facettes dans notre musique : une assez pop et "naïve" avec des chansons plutôt dansantes et légères, l’autre un peu plus sombre et habitée avec des morceaux plus longs, aux structures moins évidentes.
Nous n’écoutons pas forcément la même chose Lucille et moi, Lucille a un penchant plus rock indie, cold wave (Cocteau Twins, Dark Dark Dark, Wye Oak, St Vincent) et moi je découvre et écoute pas mal de Hip hop US en ce moment (Kanye & Jay Z, Drake, Big Sean).
Vous utilisez des claviers analogiques, pourquoi un tel choix ?
Nadège : L’analogique est très prisée en électro, la plupart des prods sont faites à base d’instrus analogiques, justement, pour la qualité particulière du son.
Lucille : On a choisi de jouer sur des synthés particuliers, qui sont des casiotones des années 80, car ils ont un son bien à eux et nous ont séduit dès le début ! Ensuite on mélange ces sons de synthés assez riches avec des percussions, xylophones, mélodicas, puis notre voix, qu’on aime sampler également.
 
Votre premier EP, "Golden Hours" a vu le jour en 2010. Si vous ne deviez choisir qu’un seul titre, ce serait… ?
En chœur : Electricity car c’est un de nos premiers titres et qu’on le joue toujours sur scène !
 
Quel est votre plus beau souvenir de l’aventure Andromakers jusqu’à présent ?
En chœur : Avoir joué en première partie de Cocorosie au théâtre de la Mer à Sète, un moment inoubliable !
Quels sont vos projets ?
Lucille : Nous sommes en ce moment même en plein enregistrement d’une maquette avec Antoine Gaillet au studio Planète Sun à Puteaux, on est très enthousiastes ! Avec ces titres, on va enfin pouvoir sérieusement démarcher maisons de disques et tourneurs.
 

 
C’est tout le bonheur qu’on vous souhaite ! Vous partez en tournée pendant plusieurs mois. Où les Paulette et les Georges auront-ils la chance de vous croiser ?
Nadège : Oui, on repart pour un petit périple qui passera par Paris, Bruxelles, Alençon, Poitiers, Bordeaux, Tulle,  Toulouse, Clermont Ferrand, Aix en Provence, Marseille, Nice, Antibes, Toulon, Dieppe, Caen… Venez nous voir !
 
ANDROMAKERS :: THE GOLDEN HOUR (EP)
 
Concerts
12/04 MARSEILLE
3/05 AIX EN PCE
10/05 TOULON
29/06 ANTIBES
1/07 SALERS
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *