ALELA DIANE, LA MAJESTÉ FOLK


Petite fille spirituelle de Joni Mitchell et de Neil Young dont elle ne dissimule pas ses influences, Alela Diane est une de ces princesses folk, élevée au grand air Californien et à l’ombre des palmiers de Laurel Canyon.


Deux ans après son dernier album Alela Diane & Wild Divine, elle revient cette semaine avec About Farewell, un 4ème album au style très dépouillé, simple duo de guitare-voix. Autoproduit, cet album marque le retour aux sources de la chanteuse; à sa terre natale (la Californie qu’elle a quitté pour vivre dans l’Oregon) mais surtout à l’écriture, rappelant le style “home-made” de ses débuts avec The Pirate’s Gospel. Le fruit de ce bébé dont elle a accouché seule? Un être à fleur de peau où les effets sont laissés de côté pour faire place à l’émotion à vif. En concert privé il y a quelques semaines à la galerie Flaq, elle s’est livrée à notre interrogatoire intime.
 
Paulette : Comment décrirais-tu ton album en un mot?
Alela Diane: Vrai.
 
Qu’est-ce que le mot “adieu” t’évoque?
C’est une sorte d’au revoir. Mais pour moi, il y a aussi une notion de désir.

 
Qu’est-ce qui t’as décidé à auto-produire cet album, contrairement au précédent où tu t’accompagnais de Wild divine? Le besoin de solitude?
Les chansons sur About Farewell sont très personnelles, et ça n’aurait pas été cohérent de partager le processus créatif d’enregistrement des chansons avec un groupe ni  même d’y apporter des influences externes. C’était aussi très important pour moi de découvrir ce que serait un projet seule et d’être capable de suivre mes propres idées.
 
Comment te sens-tu quand tu es sur scène?
Ça dépend. Ça peut être une belle expérience de partager mes chansons avec mon public.
 
Tes chansons et ton album évoquent la séparation (elle est récemment divorcée), quelles sont les leçons que tu tires du passé?
J’ai appris beaucoup de choses sur ce que je veux dans ma vie et sur les choses que je suis capable de tolérer. Mais j’ai surtout appris que le plus important est de ne pas regarder en arrière.
 
Mais si tu pouvais retourner dans le passé, à quelle époque aimerais-tu vivre?
Pour beaucoup de raisons, j’aurais adoré visiter l’époque victorienne même si les femmes n’avaient pas tous les droits que nous avons aujourd’hui et, si je pouvais retourner en arrière, je ne suis pas sûre que je serai capable de gérer ça….

 
Si tu avais une baguette magique, qu’est-ce que tu changerais dans ta vie ?
Je suis très heureuse avec ma vie telle qu’elle est maintenant ! Je ne changerais rien (rires).
 
Quelle est la saison la plus représentative de ton humeur aujourd’hui ?
Bien qu’on soit en juillet, le temps à Portland en ce moment est comme en automne, et d’une certaine manière, ça correspond à l’humeur du jour.
 
Quel serait ton lieu d’évasion idéal ?
Il y a une belle cabane sur la côte de Washington qui est parfaite pour s’échapper. Je pense y retourner dans pas longtemps.
 
Quelle est ta playlist du moment ?
J’écoute tous mes vieux disques, parce que j’ai finalement réparé mon lecteur de disques. En ce moment, The Last Waltz by The Band tourne sur le lecteur.
Quel est ton auteur favori ?
J’aime beaucoup la poésie de Richard Brautigan.
 
Si tu devais faire un vœu pour le futur ?
Je souhaite juste de garder l’amour, le bonheur et la santé.
 
ALELA DIANE :: ABOUT FAREWELL
Sortie le 24 juin
Believe Recordings
 
 
Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *