ADOPTEUNMEC M’A TUER

  Un jour, j’ai testé Adopte un mec.com et depuis, je n’ai jamais arrêté. Moi, la timide un peu complexée et fraîchement larguée, j’ai découvert un monde rose capitonné qui, 4 ans après, m’en aura appris pas mal sur moi, les mecs mais aussi sur mon vagin !

S’il y a une chose qu’il faut reconnaître, c’est qu’Adopte un mec, contrairement à Meetic, est quand même un site fun. Le rose, les capitons, l’ambiance boudoir met vraiment à l’aise dès le début.

Le site met en avant le côté "supermarché" et annonce la couleur : on n’est pas là pour enfiler des perles mais pour séduire et, à terme, passer la barrière du virtuel. Filles comme garçons sont plus ou moins tous là pour la même chose : trouver quelqu’un pour un jour ou… toujours.
 

Bien au-delà du design, passés les premiers temps où l’on se rôde (renseigner ses goûts, sa région etc.), il suffit de recevoir le premier résultat de sa recherche pour être accro. La raison est simple : y a le choix.
 
Que celle qui n’a jamais rêvé d’avoir le choix me jette la première pierre parce que 10 pages de 10 mecs qui ne semblent qu’attendre que moi pour vivre, ça donne quand même le sentiment jouissif qu’il n’y a qu’à se baisser pour pécho et qu’il va bientôt falloir poser des RTT pour pouvoir draguer !

À écumer les profils de mecs, rire, avoir envie, être carrément dégoutée, on se sent comme la bonnasse qu’on a toutes au moins jalousée une fois, celle que tous les mecs voulaient et qui ne semblait pas connaître la famine sentimentalo-sexuelle.
 

Qui dit choix dit aussi sélection, puisqu’entre tous ces beaux éphèbes encore inconnus qui n’ont que leurs charmes pour nous faire craquer, littéralement, pouvoir choisir si oui ou non on a envie de leur parler conforte dans le sentiment de toute-puissance féminine que le site nous vend. On en adopte certains juste pour leurs beaux yeux, d’autres parce que, intellectuellement, ça colle vraiment. Et on en jette d’emblée parce que pas beaux sur la photo ou alors franchement trop sexy…
 
Cette drague parallèle change forcément notre rapport aux garçons et notre comportement vis-à-vis d’eux. Si le jeune homme répond ou nous jette un "charme", c’est qu’on lui plaît et ça, déjà, c’est quand même un sacré avantage par rapport à la vie réelle !
On  peut ainsi jouer tranquillement les charmeuses et étudier la cible, sans se soucier de l’éternelle question du "est-ce que je lui plais ?". Le seul écueil dans cette drague à l’anglo-saxonne où le principe du "un mec à la fois" n’existe qu’après concertation des deux parties, reste celui de se tromper dans les informations sur chaque garçon et finir par faire à Brian la private joke destinée à Pierre sur un délire qu’au final on aura eu avec Tony.
 
Derrière un écran on peut être qui on veut, s’ouvrir plus vite, se confier sur des choses qu’on n’avoue pas même à ses amis, créant ainsi rapidement une intimité qui parfois se prolonge dans le réel. Le rapport de séduction est différent puisqu’écrire des mails derrière son Pc l’œil torve, le cheveu gras et pas lavé, tout en se la jouant sexy girl, c’est beaucoup plus relax que le faire de visu.
 
Mais comme toutes les bonnes choses, l’effet "gueule de bois" d’Adopte finit par arriver tôt ou tard (4 ans pour moi) et l’on se réveille un beau matin un peu blasée de tout ça. Trop de rencontres, parfois trop de sexe, trop de déceptions, de ruptures, d’espoirs ont pour ma part quasiment détruit le côté ludique que je trouvais à Adopte un mec.
 
On devient méfiante parce qu’à force de se faire avoir, on finit par voir le mal partout : les mecs un peu trop gentils finissent presque par nous sembler louches. Il y a un côté "désespérée cherche attention" et l’équation "personne ne m’écrit = personne ne m’aime et je n’ai aucun intérêt" vient vite à l’esprit…
Le champ de recherche devient de plus en plus large, parfois même au-delà de la région, il s’étend à la France puisqu’en 2012 on a bien compris que la carte 12/25 pouvait sponsoriser notre vie sexuelle en délocalisant nos plans culs ou coups de cœur un peu partout.
 
À ce stade, deux options : soit continuer dans le côté "lose" où même Bridget Jones n’oserait pas s’aventurer ; soit (et c’est mon cas) ouvrir les yeux, arrêter de voir LE futur Georges partout et penser à soi.

Adopte ne reste qu’un site de rencontres et suspendre son profil est très simple. On apprend à apprécier son célibat et même la solitude puisqu’on ne se sert plus d’un site comme d’un vivier de doudous pour colmater nos brèches…

 
Le bilan

Adopte c’est fun et ludique et ça permet de rencontrer des gens que l’on n’aurait jamais rencontrés dans la vie courante, voire abordés. Il y a de belles surprises mais aussi de mauvaises rencontres, c’est un outil utile quand on est timide, complexée, ou en manque de tendresse, mais se déconnecter et retourner à la "vraie vie" ça a du bon aussi. Car oui, il ne faut pas oublier  qu’il y a aussi une vie en dehors de son ordinateur, des fêtes, des amis et des garçons…
 
> Retrouver Stew sur son blog !

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *