8 ARTISTES À DÉCOUVRIR EN AVRIL 2021

Les artistes à se lancer dans le grand bain de la musique sont nombreux·ses. Nous avons sélectionné pour vous les 8 chanteurs et chanteuses d’ici et d’ailleurs à découvrir ce mois-ci (si ça n’était pas déjà fait).

© Kamila K Stanley
LAUREL © Kamila K Stanley

Oracle Sisters, la nostalgie des sixties

De la pop-folk toute douce pour les oreilles. Leurs sonorités nous rappellent tantôt les Beatles, tantôt les BBBrunes in English version 2021. Oracle Sisters, ce sont des voix simples, chantées avec sensualité et douceur. Amoureux·se de Paris, du voyage et de la folk, ils et elle interprètent à leur manière une vision idolâtrée de la Ville lumière.

Oracle Sisters, deux hommes et une femme qui viennent apporter une touche de sixties un peu rêveuse à l’an 2021. Ces artistes au look de néo-dandy viennent de partout en Europe. Deux Bruxellois, une Finlandaise. Leur clip incarne un saut en arrière parfaitement réalisé. Les couleurs, les tenues, la photographie : tout y est, retour vers les années 60 assuré. On adore, foncez, c’est trop bien !

Oracle Sisters © Celia Marie
Oracle Sisters © Celia Marie

LAUREL, les années 80 dans la peau

Avec Laurel, petit saut dans le temps. Après les sixties, place aux années 80. Sur ses musiques et ses clips, on savoure chaque seconde goulument. On en prend plein les yeux, ça brille, ça fuse, c’est une explosion de couleurs pop. Petit à petit, ses musiques prennent l’univers de la synth-pop. En fait, vous l’aviez déjà compris, avec Laurel, on se lève et on danse ! Ça groove. 

Elle a cette voix à la Lana Del Rey, qui ne laisse pas les oreilles indifférentes. Cette jeune Anglaise originaire de Southampton trace son chemin vers un style de pop indé qui plaît ! Elle sortait il y a moins d’un jour son tout nouveau clip You’re the one. Sous ce dernier, on peut lire dans les commentaires « Quand tu as une de ces fameuses terribles journées, Laurel apparaît et renverse tout ». La relève des eighties est en marche !

LAUREL © Kamila K Stanley
LAUREL © Kamila K Stanley

Girl in red, celle qui fait vibrer TikTok et le New York Times

Avec déjà plus de 9 millions d’écoutes sur Spotify, vous n’êtes peut-être pas passé·e à côté. Cette Norvégienne met en lumière son esprit, toujours en mouvement, dans des chansons pop indie. Ainsi, la jeune chanteuse de 22 ans se fait une place dans le monde de la musique avec son single i wanna be your girlfriend qui devient très vite un hymne pour la communauté queer, notamment sur Tik Tok.

Alors, sur des sonorités de pop alternatives, Girl in red aborde la question du genre dans des textes bruts mais aussi doux et sincères. Et puis récemment, elle sort son nouveau single Serotonin. A nouveau, on est transporté·e dans toute la complexité de la jeunesse, avec une honnêteté totalement décomplexée. Bref, elle est super et chez Paulette, on l’adore. D’ailleurs, elle sera en concert à Paris en mai 2022. Son premier album sort à la fin du mois d’avril.

Laurie Darmon, douce et pétillante

Une porte qui claque, un, deux, trois verres de cognac tombent en vrac… L’air vous revient ? Le piano et les percussions, les instruments sont maîtres de ses rythmes qui donnent envie de danser. Et de ses paroles que l’on chanterait jusqu’au bout de la nuit. Et la voix douce qui les accompagne, c’est celle de Laurie Darmon, qui en faisait déjà groover certain·e·s en 2014.

Cette année, elle revient avec douceur et mélancolie pour sa chanson Maman. Laurie Darmon, finalement, c’est notre alliée musique pour des soirées entre filles, debout sur le canapé, un verre (ou 2) à la main. Dans ce cas de figure, nous conseillons notamment les chansons On bai. ou Laisse-moi t’aimer. Mais c’est aussi celle qui nous donne des frissons, lorsque l’on observe les passant·e·s à travers la fenêtre, en songeant à notre enfance.

Que je t’aime maman, tu auras rendu mes rêves immenses.

Laurie Darmon

 À suivre aussi sur Instagram où elle propose des covers et sessions live en solo ou en duo, toujours avec la même douceur dans la voix. 

VIKKEN, l’électro hypnotique

Avis à tou·te·s celleux à qui les festivals, les concerts et surtout les clubs manquent terriblement. Avis à celleux qui veulent ressentir au plus profond de leur chair cette forme de transe dans laquelle peut nous plonger la musique. L’électro/pop de Vikken nous transporte et franchement, avec un bon casque sur les oreilles, on s’y croirait presque. Si, si, c’est vrai. En fait, dans son premier titre, C’est OK, Vikken aborde sa transidentité de manière naturelle, rythmée sur des sonorités carrément entrainantes.

Et ces quelques phrases dictées par une voix au timbre robotique mènent à la réflexion. Enfin, d’ici quelques jours, un nouvel EP Pour une amie verra le jour avec un clip. Des artistes tel·le·s que Jeanne Added ou November Ultra y figureront. En plus, Vikken fera partie du Printemps de Bourges 2021. Laissez-vous porter…

Je pense que c’est OK de dire qu’il y a certaines choses qui ne vont pas.

VIKKEN

Baby Queen incarne sa génération en musique

Elle a l’amour et la jeunesse dans le sang. Alors, elle le chante avec mélancolie, incompréhension, déchirement et addiction. Comme son pseudo l’indique, cette reine couleur rose bonbon puise son inspiration dans le monde tronqué d’Instagram au sein duquel elle évolue et grandit. Entre drogue et alcool, soirées, amours et amitiés, cette jeune artiste au regard mélancolique réveille l’industrie musicale. 

Avec des sonorités inspirées de l’iconique Taylor Swift et un soupçon de grunge pop des années 80. Le tout, chanté par une jeune femme pas si « baby » que l’indique son nom. Mais plutôt, ambitieuse et motivée, tout aussi talentueuse que stylée ! D’ailleurs, découvrez vite son nouveau clip Dover Beach, c’est canon et ça fait du bien !

Baby Queen © David East
Baby Queen © David East

Tsew The Kid, la sensualité urbaine

Tsew The Kid c’est de très beaux textes, une voix suave et beaucoup de mélancolie. Parfois pop urbaine, parfois plutôt rap, les musiques du jeune Malgache nous ensorcèlent. Chez Paulette, gros coup de coeur pour la chanson Fitia, du nouvel album AYNA (« vie », en malgache). La douceur des instruments nous embarque sur une plage de sable chaud, on s’imagine en plein tango après quelques shots de tequila. Les mots dansent sur une mélodie entraînante et délicieusement sexy.

 Tsew The Kid nous parle d’amour avec subtilité, avec passion ensuite puis avec tristesse. Amour amical, amour familial, amour fusionnel, il livre ses émotions et panse ses plaies sur ce nouvel album. En conclusion, ça vaut le détour, on vous l’assure.

Si tu étais de mon pays je t’aurais dit Ny fitiavako anao.

Tsew The Kid

YENDRY, le soleil dans la peau

Vous aimez Rosalia ? Du coup, vous adorerez Yendry. Elle danse, elle chante, elle alterne entre l’espagnol, l’italien et l’anglais et est originaire de République dominicaine. Et dans sa voix, il y a le soleil, la chaleur et le summer. En fait, elle nous donne envie de faire rouler nos hanches et de vibrer sur sa musique pendant de longues soirées d’été. Avec une petite touche de flamenco, un brin de pop urbaine et de sexyness.

Yendry, c’est une femme qui revendique son indépendance et sa force. Féministe confiante et déterminée, cette nouvelle figure de la pop ispanico-italienne n’a pas fini de nous épater. Et puis pour le moment, on l’adore sur son titre Nena, qu’elle interprète à merveille sur la chaîne de Colors Show.

Un article de Margot Hinry

Partager sur :

Vous pourriez aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *