5 INVENTRICES QUI ONT MARQUÉ L’HISTOIRE

MARY KENNER

Grâce à elle, des millions de personnes auraient pu être plus sereines et plus à l’aise, quelques jours par mois, un peu plus tôt dans le cours de l’Histoire… Car Mary Beatrice Davidson Kenner a inventé, en 1956, une « ceinture hygiénique » qui permettait de maintenir en place une pièce de tissu résistant à l’humidité et évitant les débordements. À l’époque où tissus et chiffons enroulés autour des sous-vêtements faisaient office de protections périodiques, cette invention était une véritable révolution ! Cette idée fut d’ailleurs partagée par une société qui souhaitait la commercialiser. Mais lorsque l’un des responsables de l’entreprise débarqua dans la petite ville de Caroline du Nord où résidait Mary Kenner, il se rendit compte… qu’elle était noire. Le contrat fut alors annulé. Bien qu’elle n’ait jamais été reconnue pour son travail et ses nombreuses autres inventions, cette femme de génie a résolument ouvert la voie à des innovations majeures !

Illustration de Shreyas R.Krishna, représentant Mary Beatrice portant le schéma de la « ceinture hygiénique » dans ses mains
Illustration de Shreyas R.Krishna, représentant Mary Beatrice portant le schéma de la « ceinture hygiénique » dans ses mains ©Shreyas R.Rrishna

GRACE HOPPER

Avant de devenir une pionnière du développement des technologies informatiques, Grace Hopper a commencé sa carrière en tant que « ordinateur humain » : elle calculait seule des trajectoires balistiques pour l’armée américaine. En 1951, cette docteure en mathématiques est à l’origine du premier compilateur – un programme permettant de traduire le code source (écrit en langage de programmation) en un langage informatique, destiné à l’ordinateur. « Amazing Grace » avait auparavant participé à la conception du premier ordinateur commercial, l’UNIVAC I, et elle est reconnue aux États-Unis pour avoir conçu un langage de programmation, le COBOL, qui est à l’heure actuelle toujours utilisé par certaines firmes bancaires. Petite anecdote un peu moins scientifique : après avoir trouvé un insecte dans un ordinateur en réparation, Grace Hopper a aussi contribué à populariser l’utilisation du mot « bug » (« insecte », en anglais), qui désigne les phénomènes informatiques inexplicables !

Photo de Grace Hopper, posant devant le drapeau américain, les bras croisés en uniforme ©James S. Davis
Photo de Grace Hopper, posant devant le drapeau américain, les bras croisés en uniforme ©James S. Davis

HEDY LAMARR

Dans les années 40, elle était connue pour avoir joué le premier orgasme dans le film Extase ainsi que pour son titre de « plus belle femme du monde ». Pourtant, Hedy Lamarr est aussi à l’origine d’un système de codage, ancêtre de la téléphonie mobile, du WiFi, du GPS ou encore du Bluetooth. Après avoir fui la guerre, et son mari – un des plus grands marchands d’armes, proche de Mussolini –, elle rencontre le pianiste George Antheil, avec qui elle décide de mettre au point un système de cryptage des communications à destination des torpilles radioguidées. Persuadé.e.s de la qualité de leur travail, iels déposent un brevet en juin 1941 qui passe totalement inaperçu… L’armée américaine soupçonnera même l’inventrice d’être une espionne ! Le système sera finalement considéré à sa juste valeur une vingtaine d’années plus tard, lors de la crise des missiles de Cuba. La contribution d’Hedy Lamarr, elle, ne sera réellement reconnue qu’en 1997.

Photo en noir et blanc de Hedy Lamarr, posant avec une robe blanche et des bijoux.
Photo en noir et blanc de Hedy Lamarr, posant avec une robe blanche et des bijoux. ©Lion-Eagel Film

ELIZABETH MAGIE

Vous avez déjà très certainement remporté une partie de Monopoly. Mais saviez-vous que ce jeu de société avait été inventé par une femme ? Elizabeth Magie, secrétaire américaine née en 1866, était passionnée par les théories de l’économiste Henry George. Elle décida donc de mettre à profit son temps libre pour créer un jeu reprenant ses fondements. The Landlord’s Game (« Le Jeu du Propriétaire Foncier ») voit le jour le 5 janvier 1904. Grâce à ce concept – l’ancêtre du Monopoly –, Lizzie Magie propose un jeu anticapitaliste qui vise à dénoncer la main mise des riches sur les biens immobiliers, qui empêche les plus modestes, cantonnés à la location, d’accéder à la propriété. Un représentant en commerce, Charles Darrow, décidera « d’améliorer l’idée » du Landlord’s Game – c’est-à-dire de développer l’aspect du jeu, mais d’en enlever le contenu idéologique – pour la proposer à la société Parker Brothers en 1935. Il en récoltera des millions de dollars ; sa créatrice, cinq cents.

Photo en noir et blanc d'Elizabeth Magie, de profil.
Photo en noir et blanc d'Elizabeth Magie, de profil.

GITANJALI RAO

Elle a été élue « enfant de l’année » par le Time Magazine. Âgée de 15 ans, Gitanjali Rao est à l’origine du « Tethys », un boîtier-capteur permettant de savoir si l’eau coulant d’un robinet est contaminée au plomb. Cette découverte, sur laquelle elle planche depuis ses 11 ans, est une alternative aux bandelettes de test polluantes et coûteuses, notamment destinée aux pays en développement. En plus de la création d’un appareil capable de diagnostiquer les cas précoces d’addiction aux opioïdes, cette Américano-Indienne s’est engagée contre le harcèlement en ligne en créant « Kindly », une intelligence artificielle repérant les mots et phrases insultant.e.s d’un message qu’on s’apprête à envoyer, via une application pour smartphone et une application Google Chrome – nous donnant ainsi la possibilité de repenser ce qu’on a écrit. L’objectif quotidien de cette jeune fille aux talents impressionnants est tout simplement de « faire sourire les gens. »

Photo de Gitanjali Rao, souriante
Photo de Gitanjali Rao, souriante ©Gitanjali Rao

Article du numéro 50 « Rêver » par Marie Bongars.

Vous pourriez aimer...