22 TRUCS À FAIRE POUR FINIR L’ANNÉE EN BEAUTÉ

Self-care, films, musique, lecture, déconstruction... voici ce qui trône dans notre emploi du temps pour la fin 2021. A envisager sans pression.

2021 s’achève dans quelques jours, et on a envie de marquer le coup. De ne pas laisser filer cette micro semaine comme on l’a fait tant de fois, c’est-à-dire avachi·e dans un canapé qu’on chérit mais qui, à force qu’on lui colle à la peau, nous sort par les yeux. 

On veut s’aérer l’esprit et le corps, clôturer des projets plus ou moins élaborés qu’on a lancés il y a des mois, avancer ou y mettre un terme franc. Profiter, surtout. Et puis si on décide d’y rester, dans cet océan de coussins et de plaids réconfortant, on veut se divertir avec des œuvres de qualité. 

Parce qu’on a de notre côté bossé sur un programme qu’on juge plutôt alléchant, et que les fêtes sont normalement synonymes de cadeaux bien mérités, on vous énumère quelques idées – à prendre ou à laisser. 

  • Lister ce qu’on a accompli cette année et qui nous rend particulièrement fier·e. Le voyage qu’on a entrepris solo, nos projets pro qu’on tardait à oser ou, plus anecdotique mais pas moins essentiel : l’apprentissage approximatif qu’on a mené du pain fait maison après la hype de 2020.
  • Faire un tour dans son armoire et trier les fringues qu’on aime mais qu’on ne met pas assez. Les (faire) retoucher pour éviter d’en racheter d’autres, auxquelles on aurait probablement réservé le même sort de toute façon.
  • Passer quelques heures seul·e dans un café, à prendre le temps de finir ce livre qu’on remet à plus tard depuis des mois, encouragé·e par un énorme cookie au chocolat.
  • Réserver un après-midi à Don’t Look Up. Rien de mieux que Leo DiCaprio, Jennifer Lawrence et Timothée Chalamet – pour ne citer qu’elleux – qui tentent de défier la société, les personnes qui la dirigent et de sauver le monde d’une comète pour aborder le Nouvel an sereinement.
Dontlookup
© Netflix
  • Tester – enfin – le masque qu’on ne faisait que regarder tous les matins sur l’étagère de notre salle de bain avant de partir au boulot (ou en télétravail dans le salon) en se disant qu’on le ferait le week-end suivant. Un échec jusqu’à présent.
  • Réécouter, en même temps, toutes les versions de All Too Well de Taylor Swift. Et Sad Girl Autumn plutôt deux fois qu’une.
  • Écrire les résolutions qu’on aimerait prendre sur un papier et le déchirer en microscopiques petits morceaux, fort·e de notre expérience de n’avoir jamais réussi à en tenir une seule ces dernières décennies. 
  • Se rassurer en se convaincant qu’on n’a pas besoin d’injonctions supplémentaires – aussi étiquetées « bien-être » soient-elles – pour devenir celle ou celui qu’on voudrait être.
  • Savourer la trilogie Bridget Jones avec un regard différent sur la protagoniste que celui qu’on nous vend depuis des lustres, et voir une femme avec un super taf, de super potes, un super appart.
bridget
© Universal Pictures
  • Profiter qu’une bonne partie de la ville soit en vacances ailleurs pour traîner dans les musées devant lesquels on ne fait que passer toute l’année.
  • Pareil pour les cinémas. La semaine entre Noël et le 31 est un peu comme le mois d’août à Paris. Les odeurs de transpi dans le métro en moins.
  • Regarder l’intégralité de New Girl pendant qu’il est encore temps (le show part de Netflix à la fin du mois, comme si on avait besoin de ça).
  • Se repasser, si ce n’est pas déjà fait, les épisodes du Coeur sur la table de Victoire Tuaillon, et mieux penser les liens qu’on entretient avec les autres.
  • Enchaîner avec Réinventer l’amour de Mona Chollet et Nos amours radicales pour rester dans la même veine, celle de déconstruire l’amour pour être plus heureux·se à l’avenir et d’engloutir des pépites littéraires et podcastiques sans retenue. 
réinventer l'amour
© Zones
  • Abandonner définitivement, à la fin de ces lectures et écoutes qui restent en tête, l’idée de supporter des relations qui nous sont toxiques. Et ce, peu importe leur nature.
  • En parlant d’engloutir, se demander où sont les truffes au chocolat noir que notre oncle par alliance nous a offert il y a deux jours ? Et vider la boîte au coin du feu (virtuel pour le commun des mortel·le·s, c’est-à-dire nous).
  • Aller prendre l’air au bord de l’eau, en forêt, à la montagne, à la campagne pour le seul plaisir de se glisser sous les draps frigorifié·e en rentrant, et de laisser le tissu nous réchauffer doucement.
  • Se mettre en legging dans le but de suivre une séance de yoga, de faire des pompes, des squats le poirier – et finalement considérer que le seul effort de changer de vêtements nous dispense d’en fournir davantage. A raison. 
  • Se rabattre sur la conception hautement périlleuse de crêpes maison.
  • Sortir le soir du 30 décembre jusque très tard, et se mettre sous la couette à 21 heures le lendemain, pour attaquer le 1er janvier autrement qu’avec une gueule de bois sortie des Enfers.
  • Se promettre – et y croire – que 2022 sera bien mieux. 
  • Commencer par déconnecter. Immédiatement.

Vous pourriez aimer...