20 TRUCS QU’IL EST AUSSI OK DE FAIRE POUR LA SAINT-VALENTIN

Pas d’humeur à sortir le grand jeu ? Ou si, mais pas exactement comme tout le monde ? Vous n'êtes pas seul·e.

Coeur Saint Valentin
© Unsplash

Ah, la Saint-Valentin. La fête de l’amour et des amoureux·ses, le jour où nos comportements mielleux jusque-là pas franchement assumés sont considérés comme la norme, vingt-quatre heures qui sentent bon le love et de plus en plus le self-love (réjouissant) dès qu’on met un pied dehors. Tout ça, c’est très chouette.

Enfin, “c’est très chouette”. C’est très chouette quand on le souhaite, d’embrasser le thème qui entoure le 14 février. Sauf que parfois, on a envie d’autre chose. De faire comme si de rien n’était, de ne pas y penser, de rester cloîtrer chez soi à procéder à l’exact opposé de ce que la société semble attendre de nous, ou alors, de bel et bien célébrer la soirée, mais à notre sauce. 

Parce qu’il y a des tonnes de façons de passer ce moment considéré comme particulièrement spécial, et que tous sont complètement valides, on a dressé une liste non-exhaustives de situations qui nous enchantent davantage qu’un resto en tête-à-tête façon Belle et le Clochard et son unique boulette. Situations qu’on va s’empresser de copier d’ici quelques heures.

The Holiday
© Universal Pictures
  • Se coucher à 22 heures en ayant oublié quel jour on était.
  • Se faire un marathon de films d’horreur plutôt que de romcoms US où Katherine Heigl finit avec un mec qui se foutait ouvertement de sa gueule en début de scénario.
  • Se rassurer après le dernier Scream devant Katherine Heigl qui finit avec un mec qui se foutait ouvertement de sa gueule en début de scénario. 
  • Ne pas gâcher la soirée à penser à notre ex qui, en plein Covid, nous a largué·e pour son ex à lui. 
  • Ou enfin si, et les hate-stalker tou·te·s les deux pendant 30 minutes, même si on sait qu’on devrait ignorer leur idylle, “rise and shine” et se convaincre qu’on vaut mille fois mieux (parce que c’est le cas).
  • Ne vouloir voir personne, pas même ses ami·es.
  • Lever les yeux au ciel dès qu’on entend le concept, très sympa au demeurant, de « Galentine’s Day », qu’on associe à une énième injonction à ne pas rester solo le 14 février.
  • Se dire qu’on mériterait peut-être de mettre un peu d’eau dans notre vin à ce sujet, et se resservir un (grand) verre pour l’occasion.
Gif Taylor Swift New Girl
© Tenor Gif
  • Être en couple, ne rien planifier et s’en réjouir. 
  • Être en couple, planifier une soirée plateau-de-fromages-de-36-mois-d’âge-pyjama et s’en réjouir.
  • Avoir la flemme de faire du sexe. Avoir la flemme de faire du sexe même avec soi-même.
  • A deux, se glisser simplement sous la couette pour discuter de sujets pas forcément mignons mais qui nous font nous aimer encore plus. Typiquement : notre passion commune pour les vidéos de train de Francis Bourgeois sur TikTok, les séquences qui montrent des gens qui tombent (mais ne se font pas vraiment mal doit-on le préciser), les poissons abyssaux, ou que sais-je encore. 
  • Être en conflit personnel entre vouloir absolument n’accorder aucune importance à la Saint-Valentin, cette « aberration commerciale ultra-polluante » comme on le balance à qui veut l’entendre, et fondre tel·le neige au soleil quand notre partenaire nous ramène un énorme bouquet de roses rouges.
  • Passer sa journée à se cajoler, à se promettre de mieux s’aimer, de mieux aimer et de mieux se laisser aimer.
  • Adorer écouter les déclarations et cadeaux que nos copains-copines ont reçus, et adorer encore plus avoir eu droit à un simple café au lait au lit plutôt qu’un bijou qui brille.
  • Profiter que tout le monde soit occupé ailleurs pour s’atteler à l’une de ses activités préférées : mater des rediffs de Cauchemar en cuisine les mains et les pieds emmitouflés dans un masque hydratant.
philippe-etchebest
© M6
  • Appeler tou·tes ses proches un peu bourré·e après trois émissions d’affilée pour leur dire combien on a de la chance de les avoir dans notre vie. Et leur promettre de leur servir autre chose que des gougères au fromage surgelées quand on les invitera la prochaine fois pour leur prouver. (Promesse qu’on fera semblant d’avoir oublié lors dudit dîner).
  • Vider son compte en banque pour des objets qui patientent sur notre wishlist depuis des plombes. Regretter aussitôt le bouton « valider votre panier » appuyé. Annuler en catastrophe, en se disant qu’on préfère y réfléchir un peu plus longtemps. Se rabattre sur un quatrième épisode d’Etchebest qui hurle sur les gens.
  • Finir par exprimer de l’amour à n’importe qui croise notre chemin ce jour-là : notre collègue, notre voisin·e, la personne qui est venue nous livrer le repas qu’on voulait initialement cuisiner soi-même avant de se rappeler notre manque de talent évident dans le domaine.
  • Se dire que l’année prochaine, on changera peut-être d’avis pour expérimenter le phénomène à l’américaine, avec carte romantique, date en tenue chic, promenade au clair de lune pour clôturer la nuit. Et que, tout comme aujourd’hui, on savourera.

Vous pourriez aimer...