KEN & RYU : SEXE, DROGUE ET WEB-SÉRIE
Lire plus

Résultat de la recherche

KEN & RYU : SEXE, DROGUE ET WEB-SÉRIE

6 juin 2013

"En Passant Pécho", voilà une web série qui ne vous laissera pas indifférents…
 
Le pitch ? Deux dealers parisiens, la vingtaine, geeks et (trop ?) drogués, nous immergent dans leur quotidien et nous font découvrir les personnages qui gravitent autour d’eux, dans leur studio, en cours ou… en taule ! Entre Cokeman et Will Wokup, les anecdotes (et les injures) fusent.  Sexe, drogue, alcool, ici, pas de tabous, âmes sensibles, faites demi-tour !

 
Aujourd’hui, seuls quelques épisodes et bonus ont été diffusés, pourtant, la série est un vrai carton (chaque vidéo comptabilise 250 000 vues en moyenne). Intriguée, Paulette a décidé de rencontrer ses auteurs, Ken & Ryu.
 
"Chers gros, chères grosses,
Tout ceci n’est que fiction,
En vrai, ne prenez pas de drogue, respectez vous, faites du sport et décrochez de l’ordi.
Préservez vos narines, votre foie et vos poumons. Restez propres. Gros bisous"
Ken&Ryu
 
Paulette : Les garçons, pouvez-vous vous présenter un peu ?  
On est Ken & Ryu -cherche pas, on va te filer nos vrais noms, on préfère garder nos pseudos, c’est mieux comme ça ! On s’est rencontré dans une école de ciné, et en sortant de l’école, on s’est tous les deux mis à bosser dans un bar et c’est à ce moment là qu’on a décidé de monter une web série. 
 
Comment est née "En passant pécho" ?
En fait, on est partis en vacances tous les deux avec un de nos potes, et tous les 3, pendant quatre jours, on a écrit plein de trucs, mais genre plein ! On écrivait vraiment tout ce qui nous passait par la tête. À ce moment là, on parlait énormément de cul, et de film de cul en particulier, donc notre base, c’était le cul. On a d’abord pensé à réaliser un court métrage mais on a vite décliné l’idée de la web série. Et  au fur et à mesure, la problématique du cul s’est déplacée vers la problématique de la drogue… le sujet nous semblait plus cool.
 
 
Drogue vs. sexe et c’est la drogue qui l’emporte en quelque sorte ?
Disons plutôt que le sujet de la drogue impliquait forcément des dealers et comme chaque dealer est différent et propose des drogues différentes, forcément, on s’est dit qu’en termes de personnages, les possibilités seraient infinies ! T’imagine tous les clients qui peuvent intervenir dans la série ?
 
Et pourquoi privilégier le web au cinéma ?
En fait on ne croit plus vraiment au format du court métrage.  Dépenser toute son énergie à trouver des milliers d’euros de financement pour, qu’au final, 150 personnes voient ton film en festival, quel est vraiment l’intérêt ? Surtout que, quand tu fais un film pour un festival, tu n’as pas le droit de le mettre sur internet à cause de l’exclusivité. L’important, quand tu tournes, c’est quand même que ça soit vu, non ? Nous, on n’avait pas envie de faire de l’argent dessus, on voulait juste tourner pour que les gens voient notre travail.
 
Le fun avant tout !
Exactement ! Même la télé, ça ne nous intéressait pas, on ne voulait surtout pas qu’on nous dise “Ça, vous ne pouvez pas le faire!”. L’idée, c’était d’être complètement libre et c’est ça qui est génial avec internet et Youtube !
 
 
Grâce à internet, tout est allé également très vite, le succès a été super rapide !
Au bout de la première semaine, la première vidéo a fait 10 000 vues –même si elle a été interdite aux moins de 18 ans par You tube- on était contents.
 
C’est celle sur “les films de boules”?
Oui c’est celle-là. On ne sait toujours pas si elle a été censurée pour les crachats, le porno, la drogue… (Rires).
 
Avouez que c’est quand même très trash…
Mais pas que ! Les acteurs sont quand même très jeunes, on contraste leurs propos par certaines de leurs attitudes qui indiquent que ce sont toujours des ados. Même dans le décor, il y a des consoles partout dans le studio par exemple. Quibron weedman ou Mireille ne sont pas vulgos, il faut passer au dessus ! (rires). Nous tout ce qu’on veut c’est faire gaulerie les gens.

 
Et ça marche, vous avez rempli la Bellevilloise lors de la diffusion en avant première des épisodes 3 et 4 !
Oui c’est sûr, c’était blindé, il y avait des fans mais aussi toute l’équipe et beaucoup d’amis ! Il y avait aussi les copains de Set&Match et la marque Tealer avec qui on avait fait une collaboration pour une série de tee-shirts. On a de la chance, on est bien entourés.
 
 
EN PASSANT PÉCHO

La chaîne YouTube
 
Envoyer
Derniers articles

Fermer X

Découvrez wellbox ici