SALAIRE, VIE PRIVÉE, PROJETS : BETTY AUTIER NOUS DIT TOUT


Photos de Matthieu Dortomb pour Paulette Magazine
 
Superstar du web avec près de 700 000 abonnés Instagram, Betty Autier a accepté de prêter son joli minois pour la couv’ de notre numéro #Miaou. Pour Paulette, elle se confie sur sa vie de blogueuse internationale, ses aspirations et son rêve américain, qu’elle s’apprête à vivre avec Mathieu Lebreton, son Georges. L’occasion aussi de répondre aux rumeurs qui courent sur elle...notamment sur son salaire. Voici les questions inédites que l’on vous a gardées au chaud en exclu pour le site de Paulette Magazine.
 
Paulette : Peux-tu te présenter rapidement ?
Betty : J’ai 30 ans, je suis née à Argenteuil, en banlieue parisienne et j’habite Paris depuis plusieurs années maintenant. Betty est mon vrai prénom, on me demande souvent si ce n’est pas un diminutif d’Élisabeth mais non (rires) ! Je ne l’aimais pas quand j’étais plus jeune, je voulais en avoir un plus normal, et maintenant je trouve ça plutôt positif d’avoir un prénom un peu atypique. Après mon bac, j’ai fait le cours Florent pendant deux ans. J’ai ouvert mon blog à la fin des cours pour me faire un book en ligne. C’est comme ça que mon blog est né en 2007.
 
Que penses-tu de la nouvelle génération blogueuses ?
Je ne me sens pas concernée car nous ne sommes pas de la même génération. Je trouve ça drôle mais j’attends de trouver des blogs qui présentent des choses différentes. Ça ne sert à rien de dupliquer ce qui a déjà été fait, c’est ce que je reproche un peu aux blogs en général, il y en a un qui fait quelque chose et tout le monde s’aligne. Cette homogénéité force ceux qui ont envie de se démarquer à toujours chercher autre chose, c’est ce qui est intéressant. Je pense notamment à Lisa Gachet de Make My Lemonade, que j'aime beaucoup.
 
Tu serais prête à nous révéler ton salaire mensuel ?
Alors, faut le faire à l’américaine (rires) ! Je vais déménager à Los Angeles et on m’a dit qu’aux États-Unis la modestie ne paye pas, là-bas tout le monde parle librement de salaires. Alors qu’en France, ça met mal à l’aise de parler de ça. Ce qui me gêne ce sont les rumeurs sur mon salaire, parfois j’entends “Betty elle se fait cinq cent euros par mois” j’ai envie de leur répondre “Hey, moi je suis milliardaire !” (rires) Je vais me faire ce petit plaisir d’être honnête… Chaque mois, l’affiliation de mon blog me rapporte environ 10 000 euros. Mais ce n’est pas ma seule source de rémunération. Par an, ça doit faire entre 300 000 et 500 000 euros, mais ça c’est grâce à IMG. Par exemple, je viens de signer un contrat de 200 000 dollars avec l’agence. C’est une chance pour moi que les marques me prennent au sérieux et ne me considèrent plus comme une blogueuse. Avec Mathieu, on va déménager, j’ai envie d’autre chose, pas forcément de plus d’argent mais de plus de reconnaissance et de projets. Je veux faire des choses “quali”.  
 
“Je suis séduite par beaucoup de styles différents.”
 
La définition de ton style ?
J’aime mélanger luxe, vintage et abordable. Je suis assez éclectique, je suis séduite par beaucoup de silhouettes différentes, beaucoup de styles différents, mais j’aime vraiment tout ce qui est paillettes, coloré, cuir, épaulettes, j’aime bien quand c’est structuré. Je suis un peu moins fan de ce qui est champêtre, fleuri, mais ça m’arrive de me retrouver en robe longue vaporeuse. C’est au feeling sans suivre la mode. J’aime bien regarder ce que les marques me proposent et j’aime aussi trouver des trucs un peu has-been en pensant que je vais tout cartonner.
 
Tes marques préférées ?
J’aime bien Isabel Marant, Jeremy Scott, Stella McCartney, Acné, Asos, Urban Outfitters, Topshop. En chaussures, Giuseppe Zanotti. Pour les belles pièces, je privilégie les chaussures, les sacs et les manteaux.


 
Peux-tu nous parler de ta relation avec ton Georges, Mathieu Lebreton ?
Ça fait cinq and qu’on est ensemble. On s’est rencontrés grâce à mon blog, c’est lui qui m’a contactée pour une soirée Viktor & Rolf, il travaillait alors chez l’Oréal. Il m’a beaucoup aidée à peaufiner mon blog, il m’a vraiment apporté un plus. Ce qu’il y a de bien, c’est qu’il a toujours eu ses projets et moi les miens. Il a créé une entreprise (Ykone, une agence de blogueuse et régie publicitaire, ndlr) qu’il a quittée depuis. Partir à Los Angeles c’était son idée, il souhaite y ouvrir une boutique. Moi je trouve ça parfait, c’est totalement comme ça que j’imagine ma vie. Je suis tout aussi contente pour moi que pour lui, j’ai hâte que son nouveau projet aboutisse, il le mérite.
 
As-tu des tatouages ?
J’ai un petit tatouage que j’ai fait en commun avec Mathieu. On l’a fait à Miami, c’était notre premier voyage et ça faisait seulement huit mois qu’on était ensemble. Je trouve ça génial qu’il ait été fait dans la passion, dans la fusion, quand on ne se connaissait pas encore. Souvent, quand on parle de tatouages et surtout de ceux avec le prénom de la personne qu’on aime, les gens te disent “Et si vous n’êtes plus ensemble ?”, c’est ça justement qui est génial car ça représente une partie de ta vie. Quand il n’y a pas de risque, le tatouage perd son sens.
 
“Je ne me suis jamais estampillée blogueuse mode. J’ai juste envie d’être moi, Betty Autier, et d’avoir un blog.”
 
Est-ce qu’il y a une étiquette que tu détestes que l’on te colle ?
Blogueuse mode, c’est vrai que le mot n’est pas très joli. Et je dis ça parce que plusieurs fois, on m’a fait la réflexion quand je poste un article sur un voyage ou autre en me disant : “T’es pas une blogueuse voyage, pourquoi tu voyages ?” Je ne me suis jamais estampillée blogueuse mode, j’ai juste envie d’être moi, Betty Autier, et d’avoir un blog. À moi de changer et de me diversifier.
 
Beaucoup de gens pensent que les blogueuses mode ont un côté narcissique, est-ce que tu es d’accord ?
Je pense qu’on fait partie d’une génération où tout le monde se prend en photo et se montre sous tous les angles. Donc, est-ce qu’on peut dire que je suis pire qu’une autre ou que je suis plus narcissique ? Je ne pense pas. Moi aussi j’ai mes complexes, je ne m’aime pas au point de me placarder partout.
 
Parle-nous des situations les plus folles rencontrées avec tes fans ?
Au Brésil, il m’est arrivé plusieurs fois des trucs cools. Quand j’arrive dans ma chambre d’hôtel, j’ai souvent plein de cadeaux. Là-bas, les gens sont vraiment fans et considèrent les blogueuses comme des stars. Quand je vais à la Fashion Week de São Paulo, il y a des attroupements, ça me donne limite les larmes aux yeux, les filles ont plein d’amour à donner, je trouve ça trop beau.
 
“Mon rêve suprême ? Réussir ma vie à Los Angeles.”
 
Est-ce que tu as des icônes ?
Je pense à Michael Jackson, je l’ai toujours trouvé magnifique, j’adorais ses vêtements, ses mouvements, sa prestance. Je suis très inspirée par des gens rencontrés pendant la Fashion Week qui ont une allure vraiment très cool. Je pense à Caroline de Maigret, j’adore son style, sa désinvolture, ses cheveux en pétard. J’aime les gens qui ont du charme et qui ne sont pas forcément symétriques.
 
Ton rêve suprême ?
Réussir ma vie à Los Angeles, c’est un gros challenge.
 
Pourquoi te voit-on si peu dans les médias traditionnels ?
On me propose des choses, mais ce n’est pas du tout ce que je veux faire. Donner mon avis ou faire de la télé, ça ne m’intéresse pas du tout. Dans la presse, j’ai de plus en plus de propositions grâce à IMG. J’ai vraiment envie de choisir de beaux trucs.


 
Depuis combien de temps connais-tu Paulette ?
Je crois que je connais Paulette depuis le début. Je ne me souviens pas des premiers numéros, mais j’ai les couvertures en tête. Et depuis un an, j’achete quelques numéros.
 
Une dédicace aux lectrices ?
Une de mes règles d’or dans la vie, ne pas hésiter à dire ce que vous avez sur le coeur, c’est libérateur et ça finit souvent en effusion de câlins. Quel bonheur de se sentir libre. 


 
> Retrouvez l’intégralité de l’interview de Betty dans le numéro #Miaou de Paulette Magazine, actuellement en kiosque.
VALENTINE CINIER

Valentine, rédactrice Paulette, 27 ans, Paris
Une lubie ? Tout googliser !
Une gourmandise ? Les Kinder
Une chanson ? All N my grill / Missy Elliott feat. MC Solaar
Un endroit ? À table
Une devise ? To Be or not to Beyonce
> https://twitter.com/ValentineCinier

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.