REPORT : RETOUR À LA NATURE AVEC HEART OF GLASS, HEART OF GOLD




Le Heart Of Glass, Heart Of Gold souffle un vent rafraîchissant dans le monde des festivals. Habituellement, les descendants du mythologique Woodstock drainent, en plus des groupes de musique à la renommée internationale, des centaines de milliers de festivaliers débridés qui libèrent malgré eux une nuée de mégots et de capsules de bières. Le HOG HOG, lui, nous réunit dans un cadre verdoyant et idyllique, autour de musiciens émergents et de valeurs éco-citoyennes. Oui les Paulette et Georges, une mini révolution est en marche !



Tout commence dans la navette qui assure la liaison entre Clermont-Ferrand et le camping de Saint-Amans-des-Côts, dans l’Aubrac, où se déroule l’édition 2016 du Heart Of Glass, Heart Of Gold. Bernard, le conducteur de l’autocar, joue les guides touristiques au micro. Accoudée à la fenêtre, j’admire les moutons et autres canassons sauvages gambader dans les vallons. On est déjà pile poil dans l’ambiance “Retour aux sources” tant convoitée.



Grâce à une programmation alléchante et une promesse de piscine, l’équipe du festival attire les citadins les plus endurcis dans un camping Tohapi. Avec ses bungalows, ses transats et ses concerts au bord de l’eau, cet ultime camp d’été nous fait oublier la rentrée. Comment ne pas être conquis ?




Prince Rama


Le temps d’un week-end, ce sont les sœurs couronnées de fleurs du groupe A-Wa, le trio en justaucorps fluo Prince Rama ou encore le DJ Awesome Tapes From Africa et sa ribambelle de cassettes audio qui vont ambiancer tout le camping. Pour une fois, “Les Démons de Minuit” et la “ Macarena” n’ont pas été conviés à la fête.





> Bien loin du “greenwashing” en vogue, le HOG HOG s’engage concrètement pour l’environnement.

A l’arrivée, on nous remet un sac poubelle et un cendrier portatif. Le ton est donné ! Cécilia, festivalière aux joues pailletées, déclare : “Ici, on intègre les bonnes habitudes. Tu te sens stupide d’écraser ta cigarette au pied du concert quand tout le monde se balade avec un cendrier de poche”.





Les organisateurs du festival ont su s’entourer de trois associations emblématiques : Les Connexions, la Croix Rouge et la Ligue de Protection des Oiseaux. La première veille à ce que le site reste propre tout au long des festivités, la seconde collecte des produits réutilisables (gel douche, liquide vaisselle) et la dernière nous sensibilise au programme de réintroduction du gypaète barbu. Et oui, ceux qui sont venus en voiture et profitent du parking sont invités à réaliser une donation en faveur de ce volatile devenu mascotte du festival.





Evidemment, le co-voiturage est, lui aussi, fortement encouragé. A la fin du séjour, Antoine, bénévole et roi de la piste de danse, répartit à l’aide d’un grand tableau les dernières places en voiture disponibles entre les différents festivaliers avides d’un trajet retour.



Pour les petits souvenirs, direction le Pop Up Market installé au cœur du camping. Je suis pour ma part séduite par les caleçons Damoiseaux, fabriqués avec amour par Anaïs.





Le HOG HOG a tout bon et je rentre chez moi des étoiles plein les yeux, des paillettes plein les joues...
Violette Frey

Violette Frey, 24 ans, assistante web, Paris
Une lubie ? Les boules à facettes
Une chanson ? Ain’t no Moutain High Enough par Marvin Gaye et Tammi Terrell
Un aliment ? Les crevettes
Un endroit ? Une terrasse au soleil
Une devise ? Sous les pavés, la plage
> https://twitter.com/VioletteFrr

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.