QUI EST MORGANE ORTIN (ALIAS @AMOURS_SOLITAIRES), NOTRE INVITÉE DU MOIS ?

Portrait de Morgane, photo Marie-Pierre-Durand

Notre numéro « Amour » sort aujourd’hui en kiosque ! Grande nouveauté, nous avons collaboré pour la première fois avec une « invitée du mois » et c’est Morgane Ortin, créatrice du compte @amours_solitaires, qui s’est gentiment prêtée au jeu. Sous ses airs de jeune femme timide se cache une créatrice poète et passionnée, qui propulse l’amour sur le devant de la scène pour le plus grand bonheur de ses abonnés (91,5 k abonnés en un an) ! La nouvelle génération n’a pas perdu le goût de l’écriture de l’amour, et Morgane nous le prouve en publiant les plus beaux messages amoureux échangés par SMS ! Retour sur les motivations qui l’ont poussée à créer son compte, sa vision de l’amour et son travail au sein de la rédaction de Paulette.

Peux-tu te présenter ?
Je m’appelle Morgane Ortin, j’ai 27 ans depuis pas très longtemps, je suis la fondatrice des comptes Instagram @amours_solitaires et @amours_familieres, et je suis directrice éditoriale chez Des Lettres, une maison d’édition numérique spécialisée dans le genre épistolaire.
 
Tu nous parles d’@amours_solitaires ?
@amours_solitaires, c’est un projet collaboratif qui est né il y a tout juste un an, un peu comme une contestation : j’en avais marre d’entendre dire dans les médias que la lettre d’amour était morte, que la technologie nous aliénait complètement, qu’on ne savait plus écrire, alors qu’en fait, dans mon téléphone, j’avais des exemples qui venaient contredire cela de la plus belle des manières. Je me suis dit que je ne devais pas être la seule à être dans ce cas, et j’ai ouvert ce compte Instagram qui, sous ses airs fleur bleue, milite pour une revalorisation de la langue sans mélancolie, sans approche élitiste. L’autre idée forte derrière @amours_solitaires, c’est que j’en avais marre du dicton « Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis ». On considère encore le sentiment comme tabou et on entend souvent : « Il faut être indifférente », « Ne lui réponds pas tout de suite, sinon il va croire que tu es à ses pieds » ! @amours_solitaires œuvre pour une nouvelle légitimisation du sentiment amoureux. Il faut oser dire « Je t’aime », l’avouer, l’exprimer, ce n’est pas un signe de faiblesse et arrêtons d’en faire quelque chose de tabou. Mon combat, c’est de libérer les humains de leur pudeur.


 

Mea culpa : il manque le mot « avec »

Une publication partagée par Amours solitaires (@amours_solitaires) le 11 Févr. 2018 à 12 : 13 PST


Il y a un véritable engouement autour de ton compte !
Au début, je ne publiais que mes propres messages, ou presque, mais dès que j’ai fait des appels à contribution, ça a été extraordinaire ! J’ai été surprise à plusieurs égards : le nombre de messages que j’ai reçu était délirant — en ce moment, je reçois 150 messages par jour ! – et le fait que les gens écrivent très bien. C’est hallucinant ! Certains messages me scotchent vraiment. Les gens sont tellement créatifs pour exprimer leur amour, ils ont un niveau de langue fou ! 


 
 

???? (je rattrape mon absence de post hier)

Une publication partagée par Amours solitaires (@amours_solitaires) le 18 Févr. 2018 à 9 : 16 PST


Qui te partage ses messages ?
Aujourd’hui, on est sur 80 % de femmes et 20 % d’hommes qui ont entre 17 ans et 34 ans.
 
Tu n’as pas peur que certaines personnes préparent leur texte juste pour être publiées sur ton compte ?
On pourrait penser que c’est un effet vicieux, mais au contraire, ça pousse les gens à se dépasser pour mieux s’exprimer. Et si l’envie d’être publiés sur @amours_solitaires les pousse vers le haut et à être de plus en plus inventifs, tant mieux !


Portrait de Morgane, photo Marie-Pierre-Durand
 
Quel est ton rapport à l’amour ?
Obsessionnel. La lettre d’amour a toujours été mon domaine de prédilection et ça fait quatre ans que je m’intéresse à la correspondance patrimoniale — de tous les grands écrivains, artistes, mais aussi politiques. J’ai fait des livres à ce sujet, il m’inspire énormément. @amours_solitaires, c’est un peu le prolongement de tout ça, c’est l’amour aujourd’hui en 2018, et en 2019, et en 2020… Comment écrit-on l’amour ? C’est presque un projet sociologique : comment évolue l’écriture de l’amour. J’ai un rapport à l’amour et à l’expression de l’amour particulièrement intense (Rires).
 
Pourquoi avoir accepté de jouer l’invitée du mois ? 
Parce que j’adore Paulette ! Et que j’ai trouvé votre manière de me contacter hyper touchante. Puis dès qu’on s’est rencontrées, on s’est tout de suite bien entendues. Quand vous m’avez parlé des sujets d’articles, j’ai senti qu’on avait la même vision, ça m’a donné envie de collaborer avec vous. Pouvoir écrire dans un magazine et avoir un droit de regard étaient une véritable opportunité. Je ne savais même pas comment se faisait un chemin de fer dans un magazine, je ne suis pas journaliste ! C’était super de m’immerger dans la vie d’un magazine que j’adore. 
 

Premier paragraphe de l’édito écrit par Morgane.
Retrouvez le texte entier à la p.6 de notre numéro « Amour » !

 
Où as-tu puisé l’inspiration pour la rédaction de l’édito ? Et d’ailleurs, d’où te vient cette aisance rédactionnelle ?
J’ai eu deux inspirations pour l’édito : tout ce que je reçois sur @amours_solitaires — c’est assez dingue, chaque message m’inspire et m’influence —, mais aussi les articles du magazine que je recevais au fur et à mesure. Je pouvais ainsi sentir quelles étaient les idées fortes véhiculées dans le numéro. Et il se trouve que j’ai fait des études de Lettres, c’est pour cela que j’écris peut-être pas bien, mais avec facilité. Je baigne dans un univers littéraire depuis quatre ans : je lis chaque jour beaucoup de livres, beaucoup de lettres, alors ça impact positivement ma propre expression. 

Justement, quel est ton livre préféré ?
C’est difficile comme question… Mais je pense que c’est le Le Ravissement de Lol V. Stein de Marguerite Duras. Je le trouve incroyable, j’ai même écrit un mémoire dessus ! Ce qui y est développé, la vision du désir, le retournement : tout est incroyable !
 
Quel est l’article qui t’a le plus touchée ? Le plus inspirée ? Le plus intéressée ?
Le polyamour est un sujet qui me touche : j’aime le fait qu’on arrive à faire évoluer nos conceptions, qu’on arrive à dépasser certaines frontières. L’article qui m’a le plus inspirée, c’est celui sur Petites Luxures (@petitesluxures), car finalement on a un peu la même démarche : on est tous les deux sur Instagram. Tout ce qu’il dit, la manière qu’il a d’en vivre, la façon dont il appréhende son projet me parlent. Et celui qui m’a le plus intéressée, c’est celui sur l’orgasme féminin. L’article est poussé, on y apprend plein de choses !
 
Que penses-tu de la couverture du numéro ? Que t’évoque-t-elle ?
Je la trouve magnifique, c’était ma préférée ! Elle est canon : j’adore ce col qui dessine un cœur, le fait que les filles rentrent à deux dans un vêtement. Elle représente l’union, l’unification. 
 
Et quels sont tes projets ?
Continuer et développer @amours_solitaires, avoir plus de temps pour gérer le projet. Là, je travaille sur le livre Amours solitaires : j’essaye de reconstituer une seule et même histoire d’amour en faisant répondre les messages les uns les autres. C’est un énorme travail, ça fait des mois que je suis dessus, c’est un vrai puzzle !
 
> Article de Juliette Minel

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.