PASSION #NOBRA




Ils sont loin les soutien gorges brûlés de 68. On s'était fait à l'idée du tendre push-up, de la brassière cosy et de la sympathique baleine flexible et pourtant, depuis quelques mois, le #nobra semble faire un retour triomphal sur le devant de la scène mammaire.

Outre les militantes anti oppression féminine, nombre de femmes ont déjà rayé le mot de leur vocabulaire. On ne compte plus les blogueuses qui défendent la cause du sein, martyre des temps modernes. Il faut dire qu'entre les body aux décolletés vertigineux et les top dos nu, la mode ne laisse pas beaucoup d’options aux inconditionnelles du soutif. (Un sacré paquet de femmes quand on sait que les françaises consacrent en moyenne un budget de 100 euros par an dans la lingerie)



Alors comment faire pour assumer de laisser ses seins voguer au gré du vent quand on ne fait pas un petit 85b ou tout simplement quand on est pas prête à exposer ses attributs féminins aux yeux du monde ?

Nippie en silicone pour les phobiques du téton qui pointe, “cup” adhésive pour donner un petit coup de pouce à son galbe ou simplement je-m'en-foutisme assumé. A chacune sa technique pour apprivoiser le sein libre.

Pour Margaux, adepte du no bra depuis deux ans, impossible de revenir en arrière.

“Les premiers jours, c'était bizarre de ne pas avoir cette couche de tissu qui recouvre la poitrine sous les pulls, les chemises, les t-shirt. On est deux fois plus sensible au contact du tissu, on pointe pour rien, on a l'impression d'avoir des seins pas "normaux" (moins ronds que dans un soutien gorge, j'entends) que les gens vont remarquer, regarder ou juger, mais en fin de compte, on s’habitue assez rapidement à ces sensations qui sont plus nouvelles que gênantes.” explique Margaux

“Maintenant je ne vois plus que les effets positifs : Je me tiens plus droite, je respire mieux, mes seins se tiennent mieux, ils sont plus ronds, plus fermes. C’est tout bénef’ !
Avant, j’étais assez complexée par leur forme sans soutien gorge mai j'ai appris à les accepter au naturel et aujourd’hui j'encourage mes amies à faire de même. J’essaie de leur faire oublier ces "vieilles croyances" comme quoi ça serait sexuel voire provocant.

Je fais également du sport sans soutien-gorge ni brassière. Au début, encore une fois j’avais l’impression gênante que mes seins partaient dans tous les sens mais c’est une question d’habitude. Aujourd'hui je ne ressens plus ces mouvements ni la petite douleur due aux rebonds.

Mes proches n'ont pas eu de réactions disproportionnées vis à vis de mon choix, ma mère et ma soeur ont de suite approuvé même si j'ai eu droit à des "Fais gaffe, tu vas avoir les seins qui tombent" de certaines personnes comme des amis, ma grand-mère ...mais de manière générale j'ai surtout beaucoup plus confiance en moi. Je me sens vraiment plus à l’aise avec mon corps. Je n’ai pas l’intention de revenir aux soutiens-gorge de si tôt ! “




Alors, êtes vous prêtes à tomber le soutien-gorge?

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.