MUSES, DES SOUS-VETEMENTS FEMININS ADAPTES AUX SOINS POST OPERATOIRES

Partager:



Muses est une marque de lingerie innovante et confortable dédiée aux femmes qui ont subi une blessure génitale (épisiotomie, opération de changement de sexe, reconstruction d’un excision..). A l’initiative du projet, une jeune femme de 23 ans, Mathilde Angevin.  

Muses est né en décembre 2015, d’un projet de diplôme de la créatrice durant ses études de design. La jeune femme voulait que son idée devienne réalité. Elle a écrit un mémoire sur la féminité et a étudié la cause des femmes et plusieurs cas de violence chirurgicale. La jeune femme a collaboré avec plusieurs associations dont GAMS, Kering fondation, et l’Institut en santé génésique co-fondé par le médecins Pierre Foldès, inventeur de l’opération de reconstruction après une excision. Le sujet est quelque peu délicat, vaste et grave pour les femmes. Les chiffres sont conséquents : l’épisiotomie, concerne 30% des accouchements, soit 240 000 femmes ; l’excision elle est subie par 200 millions de femmes dans le monde dont 50 000 en France. Ce thème n’est que rarement traité par les médias car il est malheureusement tabou. Avec Muses, Mathilde Angevin souhaite rendre cette cause plus médiatisée et mieux comprise. 

Les prototypes de la collection ont été créés dans les ateliers de mondéfilé.com partant de maquettes artisanales préparées par la créatrice elle même. Son but était de créer des produits fonctionnels et professionnels qui rendent les femmes confiantes et belles plus que tout après une opération. Les motifs sont imprimés sur du coton de couleur noir pour éviter que les écoulements tachent l’intérieur de la culotte, ensuite le tissu est découpé selon le patron, les différentes parties sont assemblées ensembles et les boutons pressions sont cousus à l’avant de la culotte.

Une levée de fond lancée sur la plateforme Ulule n'a malheureusement pas pu aboutir. La jeune créatrice s’était fixée des objectifs financiers, dans un premier temps 5800 euros auraient permis de financer les 200 premiers modèles de culottes testés dans les  services spécialisés des hôpitaux et les associations. Grâce aux retours, des retouches  auraient pu être effectuées au plus proche des femmes. Dans une deuxième temps,  avec 10 000 euros, Muses pourrait vendre en ligne sur un e-shop pour rendre accessible et illimité les culottes. 
Paulette soutient à fond le projet et on espère que Mathilde trouvera une solution pour faire aboutir Muses !

Articles de Mathilde Riboulleau 

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.