MARSEILLE, LA CULTURE EN LIGNE DE MIRE

Partager:
 
Tentaculaire et cosmopolite, Marseille est une ville polarisante qui attire autant qu’elle effraie. Ambivalente, elle rappelle à certains égards Rio de Janeiro par sa séduction dangereuse, ses écarts de richesse et son urbanité prise entre terre et mer. Celle que l’on avait pour coutume de comparer à “une belle fille qui se néglige” est aujourd’hui en plein renouveau ! Elle recèle en effet de nombreux trésors inexplorés et inexploités qui méritent largement qu’on s’y attarde de plus près.
 
Pour vous en convaincre, on vous emmène au delà des bouchons, des klaxons et de la criée du Vieux-Port, dans quelques-uns des lieux culturels incontournables de la ville avec en prime, pour les amoureuses de mode et de décoration, Jardin Montgrand un concept-store tout nouveau, tout beau qui vous fera sans nul doute chavirer. Reste à convaincre Georges de vous suivre… Par chance, les adresses que nous vous avons sélectionnées tiennent dans un mouchoir de poche et feront l’objet d’une jolie balade, le soleil en prime, dans le centre ville de Marseille. Rien de bien méchant pour vos gambettes, on vous rassure ! Plus de raison d’hésiter, n’est-ce pas ?
 

 
En mouvement, la cité phocéenne se transforme à vitesse grand V avec à la clé de nouveaux acteurs à la fois dynamiques et émergents. Point de départ non-négligeable, le phénomène “Plus Belle La Vie” est à titre d’exemple à l’origine d’un engouement nouveau pour le petit et le grand écran avec en projet l’ouverture d’une école dédiée au 7ème art et le développement de studios de production audiovisuelle.
 
Elue Capitale Européenne de la Culture en 2013, Marseille renait petit à petit de ses cendres, boostée par l’ouverture tant attendue du MuCEM, le MAMO moderniste revisité par Ora-ïto mais aussi grâce à des acteurs qui ont su œuvrer de manière pérenne pour la ville à l’image de la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art et du Musée d’Histoire de Marseille.
 
> Le MuCEM
 
 








 
Le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) s’est inscrit dans le paysage urbain marseillais comme une évidence.
 
Placé sous l’ancien môle portuaire J4, le bâtiment conçu par Rudy Ricciotti est à lui seul un chef d’œuvre. Avec sa façade au maillage organique et sensuel, il se déploie sur la mer et laisse entrer magistralement la lumière. Lorsque la nuit tombe, ce sont les installations lumineuses de Yann Kersalé qui prennent le relais et parent le musée de reflets chromatiques. Une passerelle le lie au fort Saint-Jean, ancien complexe militaire qui accueille collection permanente et expositions temporaires.
 
Pour le printemps-été 2015, trois expositions rythment les entrailles du MuCEM.
 
La première intitulée Lieux Saint Partagés (jusqu’au 31 août 2015) porte un regard nouveau sur le judaïsme, le catholicisme et l’islam en explorant les points de jonctions qui les lient non seulement par leurs origines communes mais aussi par des rites et traditions dont le pourtour méditerranéen se fait le point d’ancrage et le relais.
 
L’exposition Fragments d’une Tunisie contemporaine, décomposée en deux étapes successives -entre mai 2015 et février 2016- révèle le dynamisme de la scène artistique contemporaine tunisienne tout en dévoilant les traces du passé, repères en creux de son histoire.
 
Enfin, dès le 24 juin 2015, l’exposition Migrations Divines co-organisée avec la Fondation Gandur pour l’Art de Genève, ouvrira ses portes levant le voile sur les polythéismes de l’Antiquité. Liées par des échanges commerciaux mais aussi par des velléités de conquête, les civilisations grecques, romaines et égyptiennes ont en effet façonné l’histoire de la Méditerranée à leurs pratiques et leurs croyances.
 
Je suis sûre qu’après cela, vous n’hésiterez plus à pousser la chansonnette : “Méditerranée, aux îles d'or ensoleillées, aux rivages sans nuages, au ciel enchanté…”
 
> La Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art
 




 
Nichée en plein cœur de la ville, sous l’ancien emplacement de l’arsenal des galères du Roi Louis XIV, la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art, surnommée la MAMA pour les intimes, œuvre depuis plus de 30 ans pour la promotion et la valorisation des savoir-faire.  
 
Chargé d’histoire, le bâtiment en pierre de taille est mansardé et orné de poutres en bois et rappelle l’intérieur d’un bateau. A s’y méprendre, on entendrait presque le bruit des vagues…
 
La MAMA a accueilli des artisans du monde entier mettant en avant des métiers à l’image des luthiers, des tapissiers, des boulangers, des passions à l’instar de la mode, du parfum, du savon mais aussi des techniques comme la poterie ou la verrerie. Des pays du monde entier ou des thèmes aux enjeux globaux comme l’eau ont également été à l’honneur. A dire vrai, l’éventail est si large qu’on ne pourrait les citer de manière exhaustive. Depuis sa naissance en 1983, plus de 200 expositions ont rythmé la MAMA, attirant près d’un million et demi de visiteurs.
 
De plus, force est de constater que les métiers d’art affichent de nombreuses difficultés. Pourtant, les enjeux sont de taille. Dans la région de Marseille, on décompte 36 857 entreprises artisanales représentant 80 000 actifs et 8 milliards de chiffre d’affaires. D’où l’importance de transmettre ces savoirs et de susciter des vocations par la connaissance de la matière, la maîtrise de l’outil afin d’en préserver le patrimoine et l’héritage.
 
Entièrement gratuit tant pour le public que pour les exposants, la MAMA affiche fièrement un cycle de six expositions par an. Lieu d’échanges et de découvertes, la MAMA montre actuellement une exposition baptisée le Printemps des Thés. Vous avez jusqu’au 27 mai 2015 (vite !) pour la découvrir et comprendre comment cette boisson aux multiples vertus médicinales a traversé les époques et s’est imposée dans les coutumes et les cultures locales à travers le globe. Pour ce faire, elle rassemble plus de 600 objets issus de la collection personnelle d’André Gabriel. Avec sa coupe au carré emblématique, ce musicologue et collectionneur avoue que sa passion pour le thé est née, entre autres, de son aversion pour le vin.
A chaque exposition, un artiste est mis en valeur. Pour l’occasion, Misaya Iodice-Fujie, artiste peintre et calligraphe japonaise s’est prêtée au jeu en présentant des œuvres picturales et des Kimonos dans le fin respect de la tradition de son pays natal.
 
Dès le 10 juin prochain, le dynamisme des relations internationales de Marseille, deuxième place diplomatique de France avec plus de 70 représentations consulaires, sera à l’honneur au travers de Consul’Art. Cette exposition rassemblera les œuvres artistiques et artisanales, entre peintures, mosaïques, sculptures et vidéos, de 44 pays étrangers représentés à Marseille.
 
La rentrée célébrera l’Egypte, à travers le dixième anniversaire de l’accord de coopération signée entre la ville de Marseille et de Alexandrie. Au programme d’Artisanat d’Art d’Egypte, des bijoux, de la menuiserie, de la verrerie et des costumes créés par le Centre des Métiers Traditionnels du Caire !
 
Multiculturelle, la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art est, pour reprendre les mots de son président Jacques Rocca Serra, “Une fenêtre ouverte sur le monde et le garant d’un dialogue entre les cultures”. Bon vivant maniant divinement l’humour, ce passionné a le cœur à l’ouvrage et on ne peut que l’encourager à transmettre sa fougue et son humilité aux générations futures.
 
> Le Musée d’histoire de Marseille
 




 
N’ayez pas peur de réviser vos classiques, synonymes d’un temps enfoui et résolu sur les bancs du collège et passer la porte du Musée d’histoire de Marseille !
 
Entièrement rénové, il retrace sur plus de 15 500m2, l’histoire de Marseille. Riche et surprenante, elle est en effet vieille de 2 600 ans, ce qui vaut à la Cité phocéenne le titre de plus ancienne ville de France. Il dévoile par ailleurs une partie des vestiges archéologiques du site de la Bourse, découverts sous la municipalité de Gaston Deferre.
 
Premier port de commerce, Marseille a dès l’origine brassé de nombreuses cultures se faisant une terre de forte immigration. Son nom qui vient du grec Massalia fait en effet référence au caractère cosmopolite de la ville.
 
Dès la période antique, lorsque les Phocéens, Grecs venant d’Asie mineur, prennent place dans la calanque de Lacydon, un abri parfait pour les bateaux, ils y rencontrent les Gaulois avec qui ils mélangeront leurs savoir-faire : goût pour la poterie, culture de l’olive, attrait pour les bateaux et concluront un traité d’amitié. Mythe fondateur de la ville de Marseille, la légende de Gyptis et Protis en 600 avant J-C retranscrit avec grâce ce rapprochement entre les peuples.
 
Organisé en treize séquences chronologiques, le parcours du musée vous rappellera les temps forts de la ville. Marquée par l’accroissement considérable de son port, elle devient “Massilia”, ville romaine en 49 avant J-C et c’est en 1481 qu’elle est rattachée à la France. Pétrie par ses ambitions maritimes, l’essor de la ville est stoppé par la grande Peste en 1720 avant que la population provençale lui donne un second souffle.
 
Après cela, on en convient, Marseille n’aura plus aucun secret pour vous !
 
> Incontournable : Le Jardin Montgrand
 








 
Situé en plein cœur de la ville dans un hôtel particulier du 19ème siècle, Jardin Montgrand est un concept store inédit qui mélange à la fois mode, design, décoration d’intérieur et épicerie fine.
 
Vous en avez marre de retrouver toujours les mêmes enseignes dans toutes les villes de France et capitales européennes ?
Précurseur, Jardin Montgrand se révèle être un fabuleux dénicheur de talents à la pointe des tendances. En se déployant sur une surface de plus de 300m2, il donne à chaque créateur l’opportunité de montrer l’univers qui lui est propre en respectant son ADN. Et cerise sur le gâteau, il fait la part belle aux créateurs locaux à l’image du créateur de bijoux haute fantaisie “J’ai épousé une perle”, de Mademoiselle Socialite et ses adorables tutus ou encore de Grand Cirque Boutique, un astucieux concept de papier-peint repositionnable !
 
Besoin de repos après cette grande traversée culturelle ? Laissez-vous surprendre par son jardin arboré et accordez-vous une pause autour d’un thé glacé à l’Arty Café. Vous oublierez tout à coup l’effervescence effrénée qui fait battre le cœur de Marseille. Fermez les yeux, vous êtes en Provence, les oliviers ne sont pas si loin…
 
VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.