MARILYN LIMA, LOLITA DES TEMPS MODERNES




Photos de Sarah Gruson

A 20 ans, Marilyn Lima fait ses premiers pas au cinéma dans le film Bang Gang. La jeune comédienne campe le rôle de George, lycéenne un peu perdue qui se met à nue, autant physiquement que dans les dialogues, et nous hypnotise avec sa voix grave et ses cheveux blonds dorés. Interview d’une graine de talent à suivre de très près.

Paulette : Est-ce que tu peux te présenter ? Nous ne te connaissons pas encore…

Marilyn Lima : Je suis Marilyn, j’ai 20 ans, et je viens de Bordeaux, où j’habite en ce moment.

A la base tu n’es pas comédienne, comment t’es tu retrouvée sur le casting de Bang Gang ?
J’ai eu énormément de chance, je crois que j’ai une bonne étoile quelque part. La réalisatrice Eva Husson a mis très très longtemps à trouver le personnage de George, entre 14 et 18 mois en tout. Elle courrait les agences, les cours de théâtre, les castings sauvages.. Elle est tombée sur des Tumblr de copains où j’étais en photo m’a contactée à travers mon propre tumblr. Elle a bien aimé mon univers et c’est le premier lien que l’on a eu toutes les deux. Je remercie internet !

Tu faisais quoi à ce moment là ?
Je venais d’avoir mon bac et j’étais dans l’année où tu ne sais pas trop ce que tu vas faire. J’étais un peu paumée et j’étais en train de déposer des CV pour bosser. C’est arrivé à ce moment là donc, vraiment, improbable.

Ca ne te faisait pas peur de commencer avec un rôle comme ça ? Ton personnage est très “libéré” et il y a des scènes de nu assez crues…
Je pense que je ne me rendais pas bien compte au début. Mais j’ai un côté un peu “je fonce tête baissée”. C’est d’abord la rencontre avec Eva qui m’a vraiment plu, parce qu’on s’est rencontré avant que j’ai le scénario, avant que je passe le casting donc j’ai eu le temps d’avoir confiance en elle, et elle en moi. Eva savait très bien que j’avais un côté un peu fofolle et pas pudique du tout donc ça m’a aidé à accepter le rôle. Et puis, je me suis dit que c’était un film qui servirait à faire réagir les parents sur les rapports qu’ils ont avec leurs gamins maintenant. Au final, j’avais envie vraiment de faire le film au-delà de ces scènes d’amour.

Bang Gang raconte l’histoire d’une fille un peu lost qui se perd dans les méandres des plaisirs charnels et organise des orgies avec ses camarades de classe. Le film est adapté d’un fait divers, tu en avais entendu parler ?
Non, j’avais vu des vidéos de gens qui font une connerie en soirée et qui dérapent un peu mais pas à ce point là. Après je sais qu’il y a aussi les skins parties… Personnellement, je n’ai jamais participé à ce genre de soirées et je ne connais personne qui en organise !



On ressent une tension sexuelle constante dans le film. Comment était l’ambiance sur le plateau ? De jeunes adultes qui passent leur journée nus, il doit bien y avoir quelques anecdotes?
C’est marrant ça intéresse tout le monde ça (rires) ! Les cinq acteurs principaux, nous avons tous habité ensemble pendant deux mois et demi donc ensemble, on est devenu très proches. On a tout vécu, des crises de rire aux crises de larmes… Vraiment, on a vécu des expériences très fortes.

Ce qui est nécessaire, pour tourner le genre de scènes qu’on voit dans le film…
Oui, personne ne se connaissait avant et, si on avait du tourner tout de suite ensemble, ça aurait été difficile. On s’est donc rencontré un petit bout de temps avant de commencer le tournage et on a commencé par répété les scènes de sexe, habillés. On les a répétées un nombre incalculable de fois !

Et le moment où vous posez tous vos vêtements, comment ça se passe ?
(Rires) Ça s’est passé ! Eva nous a tous enfermés nus dans une pièce, histoire de faire le baptême de feu et c’était très rigolo ! Elle était la seule habillée sur son canapé et elle riait. C’était tout sauf traumatisant. Elle nous a aussi fait faire un footing à Paris, nous a emmené dans une salle de danse pour prendre des cours de danse, afin d’apprendre à gérer notre corps et surtout, pour créer des liens avant le tournage ! Elle voulait tous nous mettre très à l’aise.

Tu nous a confié plus tôt être à l’aise avec ton corps, mais comment tu t’es sentie quand tu t’es vu nue dans le film ? Je suis à l’aise avec mon corps mais je suis pas non plus à l’aise à le regarder pendant 1H30 (rires). Il y a des scènes du film où je m’insupporte donc les complexes sont quand même là. Je ne suis pas très grosse déjà et j’ai perdu un peu de poids sur le tournage, et y a des scènes où je me regarde et je me hais !


Tu avais perdu du poids spécialement pour le film ?
Non, c’était juste un tournage très intense ! J’ai une corpulence qui fait que si je ne mange pas pendant un jour, je perds deux kilos. On n’est jamais contente de son métabolisme hein ! (rires). J’ai minci sans m’en rendre compte sur le tournage et quand je me vois en débardeur je me dis “ah non !”. Tout le monde a des complexes, mais on fait avec !



Et comment tu t’es préparée pour ce rôle ? Parce que tu as dû changer de style pour interpréter George ?
Alors ce sont mes habits dans le film, la styliste a gardé mes vêtements, parce que c’est aussi un peu pour ça qu’Eva m’a choisi. Mes cheveux c’est une autre histoire. J’étais brune au carré, avec une frange et j’ai passé trois jours chez le coiffeur pour me décolorer ! J’ai bien souffert comme il fallait. Je suis sortie, j’avais les cheveux oranges, j’ai appelé Eva en disant “ça va pas être possible en fait, je vais te laisser pour ce coup là” (rires). Après j’ai passé toute une journée où on m’a fait un tissage avec les cheveux, cousu des trucs sur la tête… J’avais une espèce de casque pendant 2 mois... On ne se rend pas compte, mais moi, quand je vois le film, j’ai bien regardé mes cheveux (rires).

Est-ce que tu as des projets ciné ?
Oui, mais je ne peux pas en parler ! Le tournage commence donc il devrait sortir dans un an, fin 2016 ou 2017 !

Avant de nous quitter, quels sont tes bons plans à Bordeaux ?
Je ne sors plus ! J’ai arrêté de boire et de fumer il y a un an, après le tournage. Je pense que ça n’a pas de rapport. J’en ai tout simplement eu marre ! Sinon je dirai quand même l’Iboat, c’est comme le bateau phare à Paris. Si tu as envie de sortir et que tu as des bons goûts musicaux, il faut y aller. Je dirais le Darwin aussi. Parce que c’est l’endroit où tous les jeunes de Bordeaux sont forcément passés ou passeront. Pour le resto je dirais Le Petit Commerce, où tu manges du bon poisson. Et côté bar, Le Vintage Bar, parce que mon meilleur pote y travaille. C’est super bien ! Si les lectrices passent là bas, qu’elles lui fassent un petit coucou. Il s’appelle Pierre ! Et il aime bien les petits bisous. (rires) Ah oui, et la boutique où travaille mon petit copain, chez XL Impression. C’est de la qualité, ils sont super sympa et la boutique est vraiment ultra cool.

Une dédicace aux lectrices pour conclure ?
Toujours croire en ce qu’elles ont envie de faire et ne pas se forcer à faire des choses qui pourront plaire à d’autres et pas à elles. Je ne me suis jamais interdit quoi que ce soit et ça m’a amené ici. C’est pas toujours bien d’écouter ses parents, ça peut servir de suivre son instinct ! Mais il faut quand même être gentil avec eux (rires).

> Bang Gang d’Eva Husson
En salles le 13 janvier 2016
LOUISE CAILLEBOTTE

Louise, 19 ans, Lorient
Une lubie : regarder tous les films avec Benedict Cumberbatch
Un plat : la paëlla
Une chanson : Dancing Queen, Abba
Un endroit : une baignoire
Une devise : le gras, c'est la vie.
> https://twitter.com/LCaillebotte

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.