LES FOLLES COUTUMES DU NOUVEL AN À TRAVERS LE MONDE



Il y a quelques jours, vous avez tous dégusté quelques toast de foie gras, trinqué avec vos amis et participé au compte à rebours sur un fond de musique ringarde. Pendant ce temps, d’autres se livraient à des pratiques bien plus farfelues. Découvrons les aujourd’hui.


Pour se garantir une année heureuse et chanceuse, les espagnols ont avalé douze grains de raisin au rythme des douze coups de minuit. Chaque raisin représente un mois de l’année.


-Au Chili, avaler une cuillère de lentille à minuit pile serait la promesse d’une année remplie de succès.


Les Russes, eux, inscrivent un voeu sur un bout de papier qu’ils font brûler. Les cendres sont ensuite versées dans un verre de champagne englouti cul sec à minuit.


La légende raconte que les danois cassaient de la vaisselle devant la porte de leur voisin. Plus le tas de débris était haut, plus l’année était chanceuse. Cette coutume, pas très économique, est désormais abandonnée.


En Estonie, on a bon appétit. Les habitants mangent sept, neuf ou douze fois le jour du réveillon. Ces multiples repas leur conférerait la force d’autant d’hommes.


En Colombie, on fait le tour de sa maison et du quartier armé d’une valise vide pour que l’année soit remplie de voyages.


Questions tenues, chaque pays a des traditions bien précises. Tandis qu’en Argentine, on porte des sous-vêtements roses, en Pologne c’est le port de sous-vêtements neufs qui assurerait une vie sentimentale réussie. Au chili, les hommes se parent de slips jaunes pour attirer amour et la joie.


Toujours en Argentine, on soulève son pied droit pour démarrer l’année du bon pied.


Plus tapageurs, les Australiens arpentent les rues tout en frappant des ustensiles les uns contre les autres.


Au Brésil, il est d’usage de sauter sept vagues (représentant les jours de la semaine) entièrement vêtu de blanc et d’offrir des fleurs à Iemanja, la déesse de la mer. Chance et mauvais esprits au placard garanti !


En Equateur, la coutume est un peu plus violente. Brûler une effigie matérialisant l’ancienne année permettrait d’accueillir la nouvelle année.


Au Salvador, on casse un oeuf dans un verre qu’on laisse reposer sur le rebord de la fenêtre toute la nuit. La nouvelle année sera à l’image de la forme qu’il aura pris au petit matin.


Les Finlandais se la jouent médium et versent du métal fondu dans de l’eau froide afin de prédire leur avenir.


Pour s’assurer une année prospère, les Turcs jettent des grenades (les fruits hein) du haut de leur balcon. Ils remportent donc la palme de la tradition la plus bruyante.


De leur côté, les Philippins allument toutes les lumières de la maison dès que minuit sonne. Et pleurent sûrement très rapidement la facture d'électricité.


Comme vous avez pu le remarquer, nous ne fêtons pas tous l’arrivée de la nouvelle année de la même manière mais nous le faisons tous pour les mêmes raisons, retrouver ses proches et passer un bon moment ensemble.

Article de Philippine Ménard

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.