LE POLYAMOUR : UN NOUVEL ART D’AIMER ?

The Dreamers (2003), Bernardo Bertolucci


Si ce mot très new age est apparu au début des années 90, l’idée n’est pas nouvelle. Déjà dans les années 30, Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre ont marqué les esprits par leur façon très ouverte d’aborder le couple, à base d’amours satellites. Et ils ne sont pas les seuls...

« Polyamour », je ne sais qu’en penser de ce terme. Il me laisse perplexe, sonne creux dans mon oreille, tombe un peu à côté. Peut-être parce que je le trouve inélégant, donc potentiellement vicieux. Puis « poly », c’est comme « polyvalent », je crois que je préfère dire « pluridisciplinaire » et donc parler « d’amours plurielles ». Cela correspond davantage à ma vision des choses, celle que je borne dans ma tête de romantique contrariée. Pourquoi ? Parce que je n’ai jamais été une polyamoureuse assumée ou revendiquée. Disons que c’est plutôt les circonstances de la vie, les modes de communication actuels, les situations avortées qui m’ont mis le nez dedans. Par exemple, je ne me suis jamais dit : « Ah tiens, ça va pas avec Georges, et si on accueillait un troisième partenaire pour pimenter notre couple à coup de rendez-vous dans des cafés polys ? » Non, je vais peut-être vous paraître un peu lisse, mais je n’ai jamais franchi ce cap et je ne le franchirai certainement jamais. En faisant des recherches sur le sujet, je suis tombée sur pas mal de témoignages assez détaillés. Très vite, j’ai compris que je ne rentrais pas dans cette catégorie proche, à certains égards, du libertinage ou du triangle amoureux à la Jules et Jim. En revanche, je conçois tout à fait, pour y avoir été confrontée – et croyez-moi je suis loin d’être la seule – qu’on puisse aimer plusieurs personnes à la fois et ce, de différentes manières : l’une totalement, l’autre physiquement, et enfin une dernière intellectuellement par des échanges de lettres plus ou moins platoniques. S’il a pu s’imposer à moi, avec ses limites, c’est parce que le polyamour est un palliatif à la peur de l’engagement, à la perte de liberté. C’est un peu comme être célibataire à plusieurs. Puis pour les gens mariés, c’est aussi l’occasion d’expérimenter autre chose, car oui, on ne vit qu’une seule fois alors autant s’y essayer, intensément et pleinement. À condition bien entendu de poser les bases en toute transparence.

Illustration Marie-Pierre Durand


En sondant mon entourage, je me rends compte qu’on est beaucoup à l’avoir vécu sans forcément se le dire, mais qu’on a tous cette même difficulté à s’accorder sur une définition commune. Quand j’en parle à l’un de mes amis, rapidement, je bute. « 
Le polyamour, tel que je le conçois, est une relation amoureuse et physique entre plusieurs personnes, toutes les personnes se connaissent et s’aiment ou acceptent, en général, les autres personnes de cette relation. Mais s’il n’y a pas de sexe, il s’agit juste d’une relation proche », me dit-il. Je bloque sur la question du sexe, parce que, à mes yeux, ce qui prime avant tout quand on parle de polyamour, c’est l’amour, et que s’il est difficile de le dissocier du désir sexuel, je peux vous dire qu’il est possible d’aimer passionnément quelqu’un sans partager son intimité. Le sexe n’est pas la condition sine qua none même s’il se pose dans la suite logique de bon nombre de relations. Une autre amie avec qui j’ai toujours aimé refaire le monde, sourit malicieusement quand j’aborde avec elle la question. « Vaste sujet, des plus passionnants », s’exclame-t-elle ! « Mais la complexité tient dans la transparence ou non. Qui sait quoi ? Qui aime qui ? Formons-nous un triangle amoureux ou deux duos ? Notre cœur est assez grand, notre désir suffisamment large pour pouvoir aimer plusieurs personnes à la fois. Sans que ces amours soient les mêmes, d’ailleurs. Si c’était simple et pas réfréné par notre société, je pense que je pourrais aisément vivre cela et même souvent », ajoute-t-elle à demi-mot. Je la rejoins pleinement sur ces points. Et pour prendre le parti de l’imagination dans la naissance du désir et de l’amour, je ne peux m’empêcher de penser à Marguerite Duras, que j’admire profondément. L’auteure de L’Amant n’a d’ailleurs jamais caché de son vivant son amour des hommes et écrira, dans La vie matérielle, ces mots devenus célèbres : « Il faut beaucoup aimer les hommes. Beaucoup, beaucoup les aimer pour les aimer. » Connue pour ses amours successives voire superposées, elle ira même jusqu’à faire accepter en 1942, à ses deux amants — Robert Antelme (ayant lui-même une maîtresse) et Dionys Mascolo, devenu lecteur aux éditions Gallimard — de vivre plus ou moins ensemble, formant pour ses beaux yeux et sans concurrence un cénacle !


Les valseuses (1974), Bertrand Blier


Une autre vision du couple

Si l’on s’en tient à la définition formulée par Magali Croset-Calisto, auteure de Fragments d’un discours polyamoureux (éditions Michalon), le polyamour « est une manière différente de vivre et de penser les relations sentimentales puisqu’il implique toujours plus de deux personnes. Ce choix de vie part de la constatation qu’une seule personne ne peut et ne doit être contrainte à combler tous les désirs et besoins d’une autre personne. Le polyamour n’est ni libertinage ni aventure d’un soir. C’est l’art d’aimer plusieurs personnes à la fois, de manière libre, respectueuse et assumée. » Ce témoignage littéraire et singulier sonde les enjeux de l’amour durable et questionne les possibilités d’un nouvel art d’aimer face aux échecs de la conjugalité classique. En France, on compte près de 130 000 divorces par an, et 55 % des couples en ville se séparent, engendrant une succession d’unions infructueuses qui reproduisent à chaque fois le même schéma. Se basant sur plusieurs expériences, la sexologue montre qu’on peut avoir plusieurs relations sans qu’elles entrent en concurrence, et ainsi sortir de l’écueil du couple prison, celui qui enferme et aboutit à l’adultère, trahison ultime et première cause de rupture des couples.

En France, on estime que les polyamoureux représentent environ 2 % de la population contre 5 % aux États-Unis. Une proportion somme toute bien marginale qui rejoint ma conviction profonde que nous sommes potentiellement tous des polyamoureux qui s’ignorent. En effet, au-delà de la définition pure et dure, un florilège de situations est possible. Quelles que soient les variantes, ce nouvel art d’aimer déboulonne l’amour avec un grand A — vous savez, cette idée abstraite, ce fantasme d’absolu, inconditionnel, auquel on cherche désespérément à se raccrocher. Je suis une amoureuse de l’amour, mais je ne crois pas qu’il arrive sans prévenir, en frappant à notre porte un beau matin. Au contraire, le grand amour, celui de toute une vie se construit pas à pas, lentement. Et c’est justement cette contingence qui fait qu’on peut se retrouver à aimer plusieurs personnes à la fois.

Pendant longtemps, j’ai obéi à une vision traditionnelle du couple. Je ne concevais pas qu’on puisse avoir une intimité sans aimer, et tromper était la pire des trahisons. Si je ne me suis pas tant que cela éloignée de ces deux préceptes chers à mon cœur, j’ai appris à renverser mon schéma de pensée, car j’ai vite réalisé que ce n’était pas toujours si simple à appliquer dans la réalité. Pétris de paradoxes, nous sommes pris de peur, de sentiments d’insécurité et avons tendance à développer des réflexes d’autoprotection en réaction aux ruptures douloureuses du passé. Plus on avance dans notre vie sentimentale, plus on sait ce que l’on est prêt à accepter, ce que l’on veut, ce que l’on ne veut plus. Aussi, quels que soient nos désirs les plus intimes, il faut savoir à certains moments de sa vie désacraliser la rencontre, jeter aux orties la monogamie, même si cela est loin de relever de l’évidence.


The Dreamers (2003), Bernardo Bertolucci


Quelques règles à respecter

Pour fonctionner et s’inscrire dans la durée, le polyamour suppose une communication hors pair, à base de confiance, afin d’évacuer tout sentiment de jalousie, de frustration entre chacun des partenaires et d’éviter les incompréhensions. Et, si on ne s’engage véritablement avec personne, on peut très bien être polyamoureux sans en aviser les autres parties. Pour ceux qui en parlent ouvertement et l’assument à 100 %, le polyamour est une alternative à l’usure naturelle du couple, à l’adultère subi avec, à la clé, émancipation sexuelle, liberté et non-possessivité. De belles promesses qui incitent à penser autrement les relations sentimentales en se nourrissant des principes que l’on retrouve dans l’amour filial ou l’amitié. On aime en effet ses amis, ses enfants, ses parents chacun dans leur spécificité, sans que ceux-ci soient mis en concurrence. On passe alors du couple fusionnel au couple ouvert en acceptant que l’autre puisse aimer une autre personne. Pour atteindre cet idéal tentant, car riche de promesses, il est indispensable d’avoir une grande confiance en soi, de ne pas chercher à combler avec l’un ce que l’on n’a pas avec l’autre. Si cela permet de plaire à une plus grande échelle, de pouvoir séduire davantage et donc de booster son égo, il faut envisager qu’à un moment, on ne pourra certainement pas être le centre des attentions, et donc apprendre à se réjouir du bonheur de l’autre aimant un(e) autre.

Dans un documentaire diffusé sur France 5 en février 2010, L’amour, un peu, beaucoup, à la folie, une jeune femme témoigne de son expérience polyamoureuse avec assurance : « Le temps qu’on passe ensemble, c’est le temps qu’on a choisi de passer ensemble. Je me sens bien plus valorisée que mon ami ait le choix, qu’il puisse satisfaire ses désirs avec d’autres et qu’en même temps, il revienne. Je m’estime choisie. » Une grande ouverture d’esprit et une forme d’altruisme très poussée se manifestent dans la philosophie des polyamoureux qui consiste à dire : « Je suis heureux que tu sois heureuse comme tu le désires ». On sort ainsi de l’amour platonicien pour aller vers l’amour spinoziste. À la différence de Platon, Spinoza réfute l’idée selon laquelle l’amour répond à un manque, et préfère le rapprocher à de la puissance et de la joie. Le manque est une faiblesse et il ne suffit pas d’être frustré pour aimer faire l’amour — tout comme il n’est pas nécessaire de manquer de nourriture, ni même d’avoir faim pour aimer manger. Et là, je dois dire que je me retrouve tout à fait dans ces fondements. Je n’ai jamais cessé de croire en l’amour en dépit des difficultés de parcours, de certains désespoirs nécessaires, j’ai même réussi à aimer quelqu’un qui était loin géographiquement. Je ne dis pas que c’est un schéma soutenable ad vitam æternam, mais je me suis fait confiance. Je savais qu’il n’était pas prêt, j’ai donc mis de côté mes (res)sentiments en ne mentant jamais sur ce qui me traversait, en énonçant dès le début les règles du jeu et ce que je pouvais encore donner et promettre. Lacan disait lui-même que l’amour est parole de vérité : « Je ne te mens pas parce que je t’aime ». Alors, peut-être que ça m’arrangeait bien d’être face à des amours impossibles ou de les déclarer comme telles dès le début, car à la longue, on y laisse des plumes. Mais au fond, ça fait grandir.

Photo Camila Falquez


Les limites du polyamour

Quelles que soient vos motivations, si le polyamour vous séduit, il est nécessaire de travailler constamment et scrupuleusement sur vous, de vous interroger sur votre personnalité, vos envies, vos projets, votre disponibilité pour ne pas causer de dégâts. Et surtout, si vous êtes en couple, le polyamour ne doit pas être considéré comme une solution suprême : il ne ferait qu’exacerber les problèmes existants au lieu de les résoudre. Marion, 32 ans, en a fait l’expérience : « Le polyamour, ça me semblait encore impossible il y a quelques années. Pourtant un jour, il vous tombe dessus. Vous êtes en couple, amoureuse, et vous vous rendez compte qu’il est possible d’aimer une autre personne, tout en étant encore amoureuse de votre partenaire. Et comme cela n’a rien à voir avec les bases établies dans votre couple, monogame, cela peut sembler compliqué à établir en cours de route avec son partenaire... Sur le principe, c’est très tentant : c’est très beau, c’est la liberté, c’est la confiance absolue et c’est le signe d’une communication honnête et totale au sein du couple. Maintenant, en pratique, cela me semble bien plus complexe, c’est un mode de vie très différent, qui n’est pas encore accepté dans les mœurs et quoi que l’on en dise, même si l’on pense être très ouvert d’esprit, il faut apprendre à gérer la jalousie. Et ça, je pense ne pas pouvoir en être capable. D’autre part, cela signifie aussi consacrer moins de temps à chacun de ses amoureux. Avec du recul, je me suis rendu compte qu’il fallait finir par faire un choix, que j’étais au fond une vraie monogame, et que cela garantissait ma sécurité et celle de mon partenaire»

Car si la pluralité augmente les possibilités de bien-être, elle multiplie également les problèmes, au risque de se perdre et de ne pas avoir le temps de nourrir les différentes relations. Cela demande une gestion bien précise. Les plus habiles, les plus motivé(e)s pourront toujours installer « The PolyLife », une application mobile qui propose de vous aider à synchroniser vos agendas. Pourtant, je crois que le corps et l’affectif ont toujours le dernier mot. Et faire en sorte que le polyamour soit accepté par les deux parties n’est pas facile : c’est un concept que l’on a beaucoup de mal à accepter à cause de notre construction. « Notre éducation, les conditionnements reçus font barrage à cette éventualité, notamment lorsqu’ils proviennent d’une forte culture judéo-chrétienne qui place l’exclusivité sexuelle en tant que valeur suprême à ne pas enfreindre (d’où la honte, la culpabilité, l’autodépréciation qui s’ensuivent généralement et que je constate souvent lors des consultations...). Il est important de rappeler également que tout le monde n’est pas fait pour le polyamour. Cette approche du couple peut devenir très vite anxiogène pour les personnes fusionnelles ou insécures », rappelle Magali Croset-Calisto. Et en effet, il appartient à chacun de trouver la forme de couple qui lui convient le mieux !


> Article de Pauline Weber

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.