JOANNA KULIG : LA NOUVELLE IT-GIRL VENUE DE POLOGNE

Crédit : Reserved

On pourrait la comparer à Marilyn Monroe même si, avec ses boucles blondes et ses yeux magnifiques, elle dépasse de loin la référence. Repérée dans « Ida » du réalisateur polonais Pawel Pawlikowski, Oscar du meilleur film étranger il y a 3 ans, Joanna Kulig est à nouveau en tête d’affiche dans le film du réalisateur, Cold War, actuellement au cinéma. Brillante, pleine d’énergie, drôle et terriblement douée devant une caméra, Joanna sait aussi bien chanter que jouer... On fond totalement pour cette actrice aux multi facettes, nouvelle it-girl venue de Pologne.
 
Récemment, tu as formé un très joli duo avec Jeanne Damas pour la marque Reserved. Comment ça s’est fait ?
 
Joanna : C’est une campagne géniale, on a été entraînées par le chorégraphe star de Lady Gaga, et franchement, quand on m’a proposé le concept en ayant vu la précédente vidéo réalisée avec Cindy Crawford et Kate Moss, j’ai accepté tout de suite. Et puis Jeanne Damas, elle est incroyable, elle est bien plus insérée dans le milieu de la mode que moi, j’ai adoré danser avec elle, chanter ! J’ai passé deux jours de plus avec elle, elle est tellement forte et inspirante ! Franchement, j’ai adoré, et le fait de mêler la France avec mes origines polonaises, ça me paraît logique. J’ai appris le français, je me sens tellement bien en France. J’ai des amis sincères, je me sens comme à la maison ici !
 

Chapter I : THE SHOW – #ICanBoogie – RESERVED AW18 CAMPAIGN
 
Crédit : Instagram / @jeannedamas
 
Comment es-tu devenue comédienne ?
 
Joanna : J’ai suivi des études de théâtre et de musique à Cracovie en Pologne. La musique, c’était une évidence pour moi, je savais jouer au piano et chanter. Par contre jouer, c’était vraiment difficile, je ne savais pas comment me tenir, comment m’imposer, comment être comédienne. Mais petit à petit, je me suis accrochée, j’ai appris. J’ai passé un premier casting pour un film polonais, j’ai été prise et j’ai participé à des festivals. Ca s’est vraiment fait progressivement.
 
En France, on te connaît surtout pour tes rôles dans les films du réalisateur Pawel Pawlikowski. Comment l’as-tu rencontré ? Quel a été le déclic avec lui par exemple, pour jouer dans son magnifique film Ida ?
 
Joanna : On s’est rencontrés 5 mois avant le début du tournage de La Femme du Ve étage, à Varsovie. Il cherchait une actrice pour son film Ida, il a aimé la manière dont je jouais mais il voulait une fille moins slave, plus juive. Donc il m’a appelé pour La Femme du Ve étage, pour jouer avec Kristin Scott Thomas et Ethan Hawke... Comment refuser ! (rires). C’était incroyable. Et puis pour Ida, il m’a demandé de chanter quelques chansons... Ça s’est fait. Aujourd’hui, avec Cold War qui est sorti, je me dis que Ida était une belle préparation ! (rires).
 

BANDE ANNONCE COLD WAR
 
Ida a gagné l’Oscar du Meilleur film étranger en 2015. Cold War qui vient de sortir a été super bien accueilli au Festival de Cannes avec un Prix de la mise en scène. On voit véritablement le lien entre ces deux films de Pawel Pawlikowski, à chaque fois d’une beauté et d’un romantisme...
 
Joanna : Oui vraiment, ce sont les deux films les plus importants de ma vie ! On peut dire que Cold War traite vraiment des difficultés dans un couple où chacun a des envies différentes. Ça parle aussi d’immigration, de deux mondes. Mon personnage Zula est moins éduquée que son amour. Il comprend très vite qu’il ne pourra pas vivre dans le système dans lequel il est... Alors qu’elle, elle se dit que oui. Elle se sent en sécurité, elle-même. Elle est enfant, dans sa bulle, alors que lui, il est adulte, fort, sensé.
 
Quelle femme est-elle ?
 
Joanna : Elle est un peu définie par sa relation amoureuse. Tout est beau, puis elle décide de tout détruire, de tout foutre en l’air. Son enfance difficile, l’alcool, la transforme. Elle est blonde, grande, radieuse... Dans une époque très difficile. Ce personnage, je l’ai incarné grâce à l’aide de Pawel qui m’a donné en exemple l’actrice Lauren Bacall. J’ai essayé de lui transmettre, à mon personnage, la force d’être une femme. Comme je viens d’une famille nombreuse, j’ai toujours dû m’imposer, ne pas être timide, ça m’a servi ! (rires).

Crédit : Cold War
 
On a envie d’en savoir plus sur toi, quelle est ta vie en Pologne ?
 
Joanna : Je vis à Varsovie, après avoir vécu 11 ans à Cracovie, et encore avant dans la campagne polonaise. C’est pour ça qu’aujourd’hui je voyage beaucoup, je rattrape le temps perdu ! (rires). En étant prise pour le film La Femme du Ve, je suis venue vivre 3-4 mois à Paris ; puis je suis allée à Berlin. J’ai eu la chance aussi de vivre un peu en Corée du Sud, en République Dominicaine... Puis j’ai travaillé comme serveuse à Londres. J’ai pas mal bougé en fait ! (rires). J’ai deux sœurs, dont une qui est actrice aussi, et deux frères. Ma mère a 6 sœurs, on est une grande grande famille... On parle tous trop !
 
Si tu te sens comme à la maison en France, aimerais-tu jouer dans un film français ?
 
Joanna : Oui vraiment ! J’aimerais apprendre encore plus à parler le français. On a commencé des coproductions franco-polonaises. Je vois le cinéma français comme un cinéma très important dans le monde. J’ai d’ailleurs un agent français et Ida a eu un écho sublime ici en France. J’aimerais bien faire partie de cette industrie !
 
Quand tu ne chantes pas ou que tu ne joues pas, qu’aimes-tu faire ?
 
Joanna : J’aime nager, faire du vélo et lire des romans. Je suis très attachée à ma famille aussi, j’aime voyager. Bon et puis j’adore cuisiner des plats traditionnels polonais ! Faut que vous veniez goûter !

Crédit : Reserved

> Article de Stéphanie Chermont

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.