JAMES DEAN, LA FUREUR D’ETRE BEAU



À l’occasion de l’anniversaire de sa disparition, 60 ans plus tard, l’écrivain Philippe Besson rend hommage à James Dean dans un livre intitulé Vivre vite. James Dean, c’est une beauté inégalable, un acteur passionné et admiré, un destin tragique et des secrets si peu dévoilés. On vous raconte tout.
 
Pourquoi un écrivain aussi connu que Philippe Besson (En l’absence des hommes, Les Jours fragiles, Un instant d’abandon, Une bonne raison de se tuer, etc.) s’intéresse-t-il à James Dean pour son nouveau roman, l’icône de cinéma et l’incarnation de la jeunesse américaine des années 50 ? Peut-être que l’auteur avait envie de revenir sur le destin de cette star décédée d’un accident de voiture le 30 septembre 1955 au volant de sa Porsche 550 Spyder, sur la route 466 en Californie. Peut-être aussi que James Dean, parti à seulement 24 ans, d’une beauté fulgurante, a marqué toutes les générations de jeunes et de moins jeunes depuis les années 50 ?
Une chose est sûre, sa philosophie de “Vivre vite, mourir jeune et faire un beau cadavre” est devenu sa réalité.
 


Il y a plein de secrets sur James Dean. On le connaît qui crève l’écran dans des films mythiques comme La Fureur de vivre, sorti en 1955, ou bien À l’est d’Éden et Géant. C’est d’ailleurs tout juste après avoir tourné ce dernier long-métrage que le beau gosse de cinéma américain a son accident de voiture... Nommé deux fois pour l’Oscar du meilleur acteur à titre posthume, James Dean a créé une légende, celle d’une jeune homme à la beauté incomparable, capable de montrer sur grand écran la décadence d’une jeunesse made in USA.
Ce que l’on ne sait pas, c’est que dans son contrat pour tourner Géant, l’acteur a signé une clause l’obligeant à rouler doucement et à ne pas faire de courses de voitures, sa grande passion... Et que quelques jours avant son accident, James Dean apparaissait dans une publicité pour la sécurité routière. Et une autre pour Coca-Cola. Regardez ce que ça donne.
 
 
Ce que l’on aime chez James Dean, c’est sa sensualité, sa lumière face caméra, ses cheveux toujours bien brossés et son blouson rouge devenu immortel grâce au film La Fureur de vivre. Son sourire en coin façon lover, sa manière d’aimer les femmes – et les hommes, et oui, James Dean était selon les dires de ses conquêtes, bisexuel. Une sexualité que l’on imagine taboue dans les années 50, dans une Amérique très sérieuse et très religieuse. Rebel à sa manière, amateur de sensations fortes au volant, véritable caïd attendrissant, James Dean est 60 ans après sa disparition, toujours très présent et marquant encore aujourd’hui notre imaginaire cinématographique.




 
Qui pour l’incarner aujourd’hui parmi nos acteurs français ? Et oui, car côté américain, c’est James Franco qui a porté ses traits dans un film en 2002, pratique, ils ont le même prénom et la même gueule de cinéma – mais le même sex appeal ? Nous, on verrait plutôt Pio Marmaï, fan aussi de vitesse et de bolides, ou bien Pierre Niney, plus chic sur les bords mais tout aussi charismatique... Et vous ? Quel serait votre James Dean idéal de 2015 ?

> Philippe Besson, Vivre Vite aux éditions Julliard. 18 euros.
Stéphanie Chermont

Stéphanie, Journaliste culture, 30 ans, Paris
Une lubie ? Les petits carnets
Une chanson ? How soon is now, The Smiths
Un aliment ? L'avocat
Un endroit ? Une salle obscure
Une devise ? Let's Dance !
>https://twitter.com/StephChermont

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.