GRAINE DE BEAUTÉ : JE SUIS TRÈS GRANDE

Partager:



Quand on n’est pas mannequin et qu’on mesure plus d’1m75, c’est comment la vie de tous les jours ? Noémie, qui mesure plus d’1m80, nous raconte son quotidien.

Paulette : Peux-tu te présenter en quelques mots ?
Noémie : Je m’appelle Noémie, j’ai 21 ans et j’ai grandi à Toulouse. Je suis en licence commerciale en Italie. Après mon master, j’aimerais travailler dans le secteur de la mode et de l’humanitaire/social, sur le modèle des marques éthiques, par exemple.

Quelle est ta particularité physique ?
Ma taille, car je mesure 1,81m.

Est-ce une force pour toi aujourd’hui ?
Je dirais plutôt que c’est un atout, car dans notre société, être grande fait partie des critères de beauté imposées par la mode. Ça se répercute inévitablement sur l’image que l’on renvoie, et même dans la vie professionnelle. Mais parfois, quand il y a une importante différence de taille, les personnes que l’on rencontre sont mal à l’aise ou intimidées.



Est ce que ça l’a toujours été ?
Ça ne fait que très peu de temps que j’assume réellement ma taille. Avant cela, je ne m’autorisais jamais à mettre de chaussures à talons et je me courbais comme une bossue sur les photos de groupe. Mes proches avaient beau me répéter que j’avais de la chance, je ne voyais pas en quoi c’était esthétique de dépasser toutes mes copines d’une tête (voire deux !). Même si maintenant je suis contente d’être grande, il m’arrive de me sentir encore gênée au milieu d’un clan de petit(e)s, comme une girafe perdue au milieu d’un troupeau de gazelles.

Comment as-tu fait pour ne plus complexer ?
J’ai gagné confiance en moi en prenant des modèles. Ma meilleure amie et ma demi-sœur sont encore plus grandes que moi ! C’est très compliqué pour elle de trouver leur pointure dans les boutiques, et elles ont abandonné l’idée d’avoir un copain plus grand qu’elles. Pour autant, elles ne s’en plaignent jamais, et elles ont raison, ça les rend incroyablement magnifiques.



Quel est ton pire souvenir à cause de cette particularité ?
Pendant les boums, à l’époque du collège, aucun garçon ne voulait danser avec moi car ils étaient tous plus petits. C’est peut-être pour ça que, maintenant, je fais du raggajam, une danse dans laquelle on plie beaucoup les genoux. Je perd au moins 20 cm c’est magique !

Et au contraire, ton meilleur ?
La première fois que j’ai mis des talons à côté de mon père. Il était très troublé de devoir me regarder en levant la tête et a insisté pour qu’on marche à une certaine distance dans la rue. On a eu un fou rire mémorable.

Ton astuce beauté ?
Je n’ai pas assez d’énergie le matin pour le maquillage, alors je fais le minimum pour paraître vivante et je mise tout sur mes cheveux bouclés. J’en prends grand soin au moment du shampoing pour ne plus avoir à m’en occuper le reste de la semaine. Je gagne de précieuses minutes de sommeil !



Un produit fétiche ?
L’huile de coco pour absolument tout : les cheveux, le visage et le corps.

Quel message souhaites-tu faire passer ?


Être grand(e) n’est pas un choix et ce n’est pas quelque chose que l’on peut cacher, alors autant le prendre comme un avantage plutôt que d’en faire un complexe. On peut attraper les bocaux en haut du placard et voir le concert même quand on est loin de la scène, et ça, ça n’a pas de prix ! Hahah !
VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.