FLIRTEZ AVEC DAMIEN



On l’avait découvert en 2006 chez Record Makers, on le retrouve aujourd’hui seul aux manettes. Et il a bien fait ! Textes adolescents, hymne à l’amour platonique et candeur revendiquée… Le nouvel album de Damien avec sa fraicheur devrait ensoleiller vos journées estivales. Rencontre.


Paulette : Ton précédent et premier album date d’il y a 6 ans. Que s’est-il passé entre ce 1er et ce 2e opus ?
Damien : C’est vrai qu’il y a eu pas mal de temps entre les deux. Pour le 1er album, j’ai consacré du temps à la promo et aux concerts.  Après, réaliser un album coûte de l’argent et mon label de l’époque ne m'en a proposé qu'une fois le disque terminé. J’ai du, en fait, transformer l’argent en temps. Je me suis attelé à tous les rôles donc pour ce 2e album : j’ai fait les arrangements, l’enregistrement, le mixage, le mastering… Il a fallu trouver des instruments et des lieux pour enregistrer… Le comble, c'est que je compose mes chansons assez rapidement.
 
Tu avais signé chez Record Makers à l’époque. Pourquoi auto produire ton album aujourd’hui ?  
Eh bien par la force des choses j'étais donc devenu mon propre producteur, et cette liberté totale a certains avantages. Alors finalement, j'ai préféré poursuivre ainsi. Aujourd’hui, la plupart des labels s’engagent quand ça marche déjà ou qu'ils ne pensent pas courir de risque. C'est une erreur.

Pourtant ton premier album n’était pas passé inaperçu…
 
Oui, bien sûr, il a eu un succès critique et celui d'un public d'initiés. Mais ce n’est pas encore la musique qui marche en France. Je veux dire, ce n’est pas du M. Pokora ! Je me suis donc débrouillé tout seul en acceptant de jouer tous les rôles et en choisissant notamment mes musiciens, le photographe de la pochette etc...
 
Effectivement, tu es bien entouré avec notamment la contribution de Gonzales au piano…
J’adorais son album Solo Piano . Gonzales, c’est vraiment un grand maître du piano. C’était à l’époque de Myspace, je l’ai contacté via ce site. Il a été touché par quelque chose, et il a commencé à me proposer quelques trucs, comme jouer dans son clip Working together, ou encore participer à certains de ses concerts… Comme on s’entendait bien et qu’il avait déjà écouté ma musique, il m’a proposé d’ajouter du piano.  

« EN TANT QU'ARTISTE, MON BUT EST A LA RECHERCHE DU BEAU »

L’album s’intitule Flirt. C’est un hommage à l’amour platonique ?  

Oui ! Si on retourne à l’origine du terme, cela vient de Platon. Il a une vision de l’amour qui est très particulière et pas forcément très contemporaine. Il existe plusieurs degrés dans l'échelle de l’amour : les êtres doivent passer des beaux corps aux beaux sentiments, des beaux sentiments aux belles connaissances, jusqu'à ce que, de connaissances en connaissances, ils parviennent à la connaissance ultime, qui n'a d'autre objet que le beau lui-même. Et la recherche du beau, c'est justement mon but en tant qu'artiste. Je l’exprime de manière assez instinctive dans mon disque. C’est pour ça aussi qu’il y a beaucoup de flash back à l’adolescence. Je trouve que c’est à ce moment-là que tu te poses le moins de questions. Il y a une vraie noblesse dans cette pureté.

Les textes sont teintés d’une certaine candeur. Es-tu un trentenaire adolescent ?

Pas du tout ! En fait, ce disque est certes très différent du 1er, mais c’est tout simplement une nouvelle vision esthétique. Je suis tel un metteur en scène : je n’ai pas la prétention d’être moi-même dans mes textes ni de raconter ma vie. Ce ne sont pas des textes autobiographiques, mais la confusion, elle est possible. Je suis comme un réalisateur qui jouerait le premier rôle.  

On a l’impression d’écouter une succession de contes amoureux  sur cet album…  
Oui, c’est vrai. Ca pourrait être les chapitres d’un livre. Un recueil de prières destinées à l'éternel féminin.



Y’a t-il des chanteurs français qui t’inspirent ?  
Pas vraiment dans leur globalité, mais c’est plus des morceaux isolés qui vont me toucher, comme Les filles électriques d'Alain Souchon ou La forêt de Lescop. J’aime bien aussi Aline (ex Young Michelin),  Alister ou bien Julien Clerc, Daho, et évidemment Gainsbourg. Mais bon tout le monde dit la même chose non ?  Après j’aime beaucoup le R’n’B américain comme Timbaland, Rihanna, Nicki Minaj ou encore Beyoncé.  En tout cas, la chanson française n’a pas beaucoup évolué et il reste encore plein de choses à faire !  

Une dédicace aux Paulette ?
Rodin a été refusé 3 fois des Beaux-Arts car son style n’était pas assez académique. Picasso aussi a été beaucoup critiqué en son temps, certaines personnes pensaient que sa peinture ne valait pas mieux que celle d'un enfant alors que lui même clamait que c'était justement le top du style. Tous les vrais artistes ont été moqués, critiqués, mais le temps leur a donné raison. Ce temps, c’est le temps que le public les comprenne. S’émanciper des règles, ce n’est pas être sans règles, mais c’est quand l’artiste créé de nouvelles règles.   

DAMIEN :: FLIRT                                      
Sortie le 23 avril
A acheter ici  

Site  
Facebook  

 

VOUS AIMEREZ AUSSI

Utilisation des cookies

Découvrez comment fonctionnent les cookies et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l’utilisation de cookies sur notre site.